×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    L'Oriental en lutte acharnée contre le scolyte

    Par Ali KHARROUBI | Edition N°:5671 Le 08/01/2020 | Partager
    900 hectares d'amandiers infestés par un parasite ravageur
    Plus de 26 millions de DH pour sauver les plantations
    Un an pour des opérations d’arrachage et de renouvellement des arbres fruitiers
    scolyte-oriental-071.jpg

    L’examen des plantations infectées montre qu’elles sont en état très avancé de dégradation avec une forte infestation par les scolytes et représentent un foyer et un réservoir menaçant l’infestation des jeunes plantations (Ph. ONCA)

    Depuis son apparition en 2016, le scolyte (insecte caparaçonné de moins d’un centimètre, doté de six dents et mandibules qui lui permettent de perforer l’écorce des arbres) a ravagé plus de 900 hectares d’amandiers au niveau des provinces de Berkane, Oujda et Taourirt. L’accroissement d’infestation est de 30 à 40% par an.

    Les communes infestées par ordre de gravité sont Sidi Bouhria, Rislane, Ain Sfa, Machraâ Hammadi et Tanchrfi. 95% des infestations concernent les plantations adultes, mais également les nouvelles plantations si des mesures préventives ne sont pas prises dans l’immédiat.

    Constat alarmant qui a poussé les départements de l’agriculture (DRA, ONCA, ONSSA, la Chambre d’agriculture et l’INRA) à mener des campagnes de sensibilisation pour prémunir un verger estimé à 29.000 hectares. Une superficie qui fait de l’Oriental la deuxième région productrice d’amandes, après celle de Marrakech-Safi.

    Plusieurs facteurs ont contribué à la propagation du fléau comme l'âge des arbres desséchés par des années de sécheresse (spécialement en 2016), l'absence de traitements préventifs et curatifs, l'absence de binage et de cuvelage autour des arbres, le manque d’entretien et de suivi par les bénéficiaires du Plan Maroc Vert et l'absence de coopération entre les agriculteurs et les sociétés chargées de l’irrigation.

    projets-oriental-071.jpg

    Deux projets d’urgence sont en cours d’exécution pour lutter contre ce nouveau fléau. Ils s’articulent autour de trois actions: assistance et appui technique pour l’identification des arbres infestés, arrachage et broyage des arbres infestés, plantation et remplacement des amandiers

    «Pourtant, la lutte contre le scolyte est basique: irrigation régulière ou d’appoint en été, traitements à base d’huiles, installation des pièges à phéromones et amendement en fertilisants et ramassage des branches taillées (refuge idéal pour ces insectes) et non utilisation d'engrais minéraux pour améliorer la structure du sol et la rigidité des arbres», précise Hamid Chebabi, directeur régional du conseil agricole.

    Pour tenter de mettre fin à ce fléau, plus de 26 millions de DH ont été débloqués par le ministère de l’Agriculture afin d'assurer une assistante technique adéquate, l'arrachage d’arbres infestés et leur remplacement par de nouveaux plants. L’opération d’arrachage et de destruction des troncs affectés prendra fin en septembre 2020. Suivra une vaste opération de plantation de nouveaux plants, à partir de la province de Berkane.

    Son gouverneur, Mohamed Ali Habouha, y avait décrété un arrêté gubernatorial pour stopper la propagation de la bestiole. Les autres actions lancées depuis septembre 2019 sont aujourd'hui en phase avancée de réalisation. Elles concernent la généralisation de l’incinération du bois de taille et du bois déposé dans les haies et les clôtures selon une approche de responsabilisation des producteurs et l’arrachage systématique des plants infestés.

    Pour cela, la démarche suivante est préconisée. La réalisation d’un listing des parcelles infestées et délaissées par leurs propriétaires et l’activation du comité de vigilance pour l’élaboration d’un arrêté gubernatorial pour autoriser l’incinération du bois de taille et des plants desséchés et morts au niveau des vergers.

                                                                                         

    Une culture en pleine extension

    carte-oriental-071.jpg

    L’amandier est l’arbre fruitier qui occupe le plus de superficie dans la région de l’Oriental après l’olivier, soit une superficie de 29.000 ha dont 82% en zones pluviales. S’y ajouteront 5.000 autres hectares programmés d’ici 2022. Les principales superficies se situe dans les communes rurales de Sidi Bouhria, Rislane, Machraâ Hammadi, Ain Sfa.

    Un accroissement annuel des nouvelles plantations de 13%, dû principalement aux extensions réalisées dans le cadre du partenariat avec la Coopération technique belge et des projets de développement de la filière dans le cadre du Plan agricole régional.

    amendier-071.jpg

     

    Une superficie qui est appelée à accroître dans les années à venir grâce aux efforts entrepris dans le cadre des programmes de diversification des cultures menés par la Direction régionale d’agriculture (DRA), en particulier à travers la reconversion des céréales vers des filières à haute valeur ajoutée telles que l’olivier, l’amandier ou le figuier.

    La production a enregistré une hausse de 20% entre 2008 et 2016, sachant que plus de 5.000 ha ne sont pas encore rentrés en production. En matière de production, la filière a connu une nette croissance de 146%, passant ainsi de 8.000 tonnes en 2013 à 18.400 t en 2016, avec des prévisions qui tablent sur 35.000 t dans cinq ans.

    La production des amandes est largement dominée par les petites exploitations de moins de 1 ha qui réalisent un rendement oscillant entre 0,8 et 1,2 t/ha. Dans les zones irriguées, la moyenne est de 1,9 t/ha.

    De notre correspondant permanent, Ali KHARROUBI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc