×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    eleconomiste

    eleconomiste
    Régions

    Forum de la CCIS Marrakech/Safi: Comment redynamiser le financement de la TPME

    Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5660 Le 23/12/2019 | Partager
    L’une des principales revendications des petits et moyens entrepreneurs de la région
    Réinstaurer la confiance, accentuer la communication et aller vers plus de souplesse, les recommandations
    ccg-060.jpg

    La Caisse centrale de garantie (CCG) propose une multitude de produits de garantie destinés aux très petites, petites et moyennes entreprises (TPME). Depuis 2014, l’organisme a garanti des crédits en faveur de 35.000 TPME pour un volume de 70 milliards de DH. En 2018, il y a eu une évolution de 15% par rapport à 2017

    A voir tous les outils et mécanismes de soutien proposés par les banques, Maroc PME, les fonds d’aide de la CCG (Caisse centrale de garantie), le financement des TPME n’est plus une contrainte. C’est pourtant toujours le cas au Maroc et dans les régions particulièrement. Ce fut d’ailleurs le thème de la 2e édition du forum régional de la TPME Marrakech/Safi.

    Cette rencontre, initiée par la CCIS de Marrakech Safi en collaboration avec des opérateurs économiques représentant différents secteurs, des enseignants universitaires et des établissements bancaires vise à accompagner les PME et les aider à contribuer avec efficacité au développement économique aux niveaux régional et national.

    «Le financement de ces entités constitue un pilier essentiel pour assurer le développement et la croissance économiques et réaliser la stabilité sociale et politique, souligne Mohamed Fadlam, président de la CCIS M/S, vu leur rôle majeur dans la croissance économique, la création d’emplois et le renforcement de la cohésion sociale.

    Les TPME et les porteurs de projets ont récemment obtenu un soutien du Souverain, lui-même, qui a interpellé les banques sur la nécessité de renforcer leurs actions à l'endroit de ces acteurs économiques et, plus globalement, à jouer un rôle encore plus important dans la relance de l'économie. Ce rappel met une pression sur les banques qui travaillent au renforcement de leur dispositif pour mieux adresser ces prospects.

    A noter que les formules de financement existantes pour les PME et certaines catégories de TPE sont diversifiées, sachant qu'il existe des mécanismes de garanties qui leur facilitent l'accès au crédit. De leur côté, les PME sollicitent plus de souplesse et un climat de confiance. «Le système bancaire est trop centré sur ses résultats et les garanties».

    Ce n’est pas nouveau ni spécifique à Marrakech. Invité d’honneur à ce 2e forum régional de Marrakech/Safi, Mohamed Berrada, ancien ministre des finances et professeur universitaire, rappelle que les PME et encore plus les TPE passent une bonne partie de leur vie à se consacrer à survivre plutôt qu'à l'innovation et les raisons sont bien connues: l’accès au financement, les délais de paiement…

    «Même si les pouvoirs publics sont conscients de l’importance des PME et ont mis en place plusieurs dispositifs et mécanismes pour les accompagner, l’accès de ces entités aux services financiers reste encore faible, ce qui s’est traduit par une aggravation des inégalités entre les grandes entreprises qui peuvent recourir aux marchés des capitaux, et les PME qui n’y ont pas accès.

    Berrada a axé également son intervention sur le rôle de la PME dans le futur modèle de développement économique du Maroc qui doit donner la priorité à la production nationale pour créer du revenu et accroître la consommation et les investissements. «Les investissements productifs créateurs d’emplois permanents n’ont pas été à la hauteur des ambitions du Royaume, surtout que ce sont les PME qui les créent».

    Même son de cloche auprès de Thami Mouhib, vice-président du conseil régional de Marrakech-Safi, qui espère que le forum marque le lancement du processus d’élaboration d’un «Livre blanc» sur les PME au niveau de la région Marrakech-Safi. De son côté, Mohamed Benmoussa, économiste, vice-président de l'association Damir, rappelle que près de 8.000 entreprises ont fait faillite (étude d'Inforisk) et 99% d'entre elles sont des PME.

    «Les banques ont essayé de trouver des solutions, mais visiblement, il faut plus. Il faut redéfinir le modèle de l’industrie bancaire et revoir les politiques macro prudentielles», recommande-t-il. C’est d’autant plus urgent que chaque année 250.000 jeunes diplômés doivent intégrer le marché du travail, sans parler des «Neet» ou «nini», ces jeunes ni à l’école, ni en formation, ni en entreprise. Soit une population impressionnante de presque 1,4 million de personnes, largement méconnue.

    Les PME et les TPE représentent la colonne vertébrale de l’économie nationale et régionale, indique Youssef Mouhyi, président de l’union locale de la CGEM puisqu’elles représentent l’essentiel du tissu entrepreneurial, soit une proportion dépassant les 95%. «Elles jouent un rôle primordial dans le développement économique et territorial ainsi que dans la promotion de la dimension sociale, à travers la création de la majeure partie des emplois».

    A noter que le PLF 2020 prévoit la création d’un fonds de 6 milliards de DH sur trois ans. Il sera financé à raison de 2 milliards par an, répartis égalitairement entre l’Etat et le système bancaire, pour faciliter l’accès des jeunes diplômés aux crédits bancaires à des fins de financement de leurs projets d’entreprises.

    Ce fonds devrait servir aussi de levier pour faciliter l’accès aux prestations bancaires et aux opportunités d’insertion professionnelle, notamment pour les travailleurs du secteur informel (cf. L’Economiste n°5623 du 28 octobre 2019).

    De notre correspondante permanente, Badra BERRISSOULE

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc