×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Dossier Spécial

    La note du protectionnisme américain trop salée

    Par Franck FAGNON | Edition N°:5643 Le 28/11/2019 | Partager
    Les mesures de l’adminis­tration Trump amputeront la croissance de 0,5 point en 2019
    Euler Hermes prévoit seule­ment 2,4% en 2020
    alexis-garatti-043.jpg

    «L’accumulation de dette de la part des entreprises et des gouvernements, et des comportements prudents de la part des ménages, vont bloquer toute forme de renforcement du cycle d’investissement global», prévient Alexis Garatti, directeur de la recherche macroéconomique Euler Hermes (Ph. EH)

    - L’Economiste: A quelques se­maines de la fin de 2019, quels sont les enseignements que vous en tirez?

    - Alexis Garatti: L’année a été mar­quée par l’occurrence d’un choc macro­économique d’ampleur globale. La réo­rientation fondamentale de la politique commerciale américaine, qui s’est ma­térialisée par la mise en place de droits de douane plus élevés, notamment vis-à-vis de la Chine, a créé un énorme choc d’incertitude. Le droit de douane moyen américain a augmenté de 3,5% avant l’arrivée du président Trump au pouvoir à plus de 8% à l’heure actuelle. Au total, entre l’impact direct sur le commerce global et l’impact indirect sur l’investis­sement à cause de l’incertitude, les ini­tiatives protectionnistes américaines ont retranché 0,5 point de pourcentage à la croissance globale qui est attendue à 2,5% en 2019 en comparaison de 3,1% en 2018. Ce mouvement protectionniste s’est associé à une hausse du risque politique qui est né d’une demande de redistribution beaucoup plus forte observée à un niveau glo­bal. Le dernier élément pertur­bateur a trait aux difficultés de l’industrie automobile qui a fait face à un choc de régulation en Allemagne. Tous ces éléments nous laissent penser que nous évoluons aujourd’hui dans un cycle que nous pourrions dési­gner comme étant il-libéral. Ses principales caractéristiques pourraient être les suivantes:

    - Remise en cause générali­sée du consensus de Washing­ton sur les bienfaits du libre-échange et du laisser-faire économique;
    - Multiplication des initiatives protec­tionnistes et unilatérales;
    - Rejet des organisations internatio­nales et du multilatéralisme en général;
    - Poids croissant des revendications sociales et environnementales;
    - Augmentation significative du risque politique. Ce dernier est à son plus haut niveau global depuis 1998.

    - Sur les performances des écono­mies, comment cela va-t-il se traduire?
    - Les facteurs éminemment politiques continueront de peser sur la croissance qui est attendue à 2,4% en 2020. Cette absence de rebond significatif, malgré une vague d’initiatives d’assouplisse­ment de la part des principales banques centrales du monde, va s’expliquer par un contexte de dette et d’incertitude élevées. L’accumulation de dette de la part des entreprises et des gouverne­ments, et des comportements prudents de la part des ménages, vont bloquer toute forme de renforcement du cycle d’investissement global. Les activités manufacturières vont souffrir dans une plus grande mesure tandis que les activi­tés de consommation et de service vont être au mieux résilientes grâce à des ini­tiatives de soutien de la demande interne (censées favoriser l’absorption du choc externe) qui prennent principalement la forme de baisses de taux. Cette configu­ration est favorable à la stabilisation de la croissance à court terme, mais favo­rise le gonflement des bulles (de crédit) à moyen terme.

    commerce-mondiale-043.jpg

    Le commerce mondial de biens et de services, sévèrement touché par la guerre commerciale, devrait connaître son taux de croissance en volume le plus bas depuis 2009. Les perspectives pour 2020 ne montrent pas d’amélioration significative

    - Comment les tensions entre la Chine et les Etats-Unis vont-elles conti­nuer à peser sur l’économie mondiale?
    - La trêve commerciale (ou «la phase 1 d’un accord») entre la Chine et les Etats- Unis ne devrait offrir qu’un répit tem­poraire aux marchés. Cela ne signifiera pas selon nous un changement réel pour l’économie globale. Alors qu’au moment de la rédaction de ce rapport, nous ne sa­vons toujours pas la véritable portée de cet accord, nous pouvons d’ores et déjà être sûrs que, même avec une atténua­tion temporaire de certaines tensions, le «mini-deal» n’entraînera pas un retour au niveau de droit de douane américain moyen antérieur à l’arrivée du président Trump au pouvoir.
    Les États-Unis ne devraient pas reve­nir en arrière sur les droits de douane déjà mis en place. Ces derniers, s’appliquant sur un montant de 250 milliards de dol­lars de produits chinois importés, n’ont  pas augmenté à 30% le 15 octobre, mais sont restés à leur niveau de 25%. De plus, la hausse de droits de douane de 15% en septembre sur environ 110 milliards de dollars reste en vigueur. La hausse tari­faire prévue pour le 15 décembre (d’un montant de 160 milliards de dollars impactant les smartphones et des jouets font parties) ne devrait pas avoir lieu. Les concessions chinoises ont trait à des nouvelles lois de propriété intellectuelle, d’investissement, ainsi qu’à la création de nouvelles cours de justice liées à la propriété intellectuelle. Les Etats-Unis pourraient retirer leur accusation de manipulateur de devises à l’égard de la Chine.

    droits-de-douane-043.jpg

    Le droit de douane moyen aux Etats-Unis est passé de 7,6% à 8% au 1er septembre, et devrait rester proche de ces niveaux au-delà de 2020

    - Quelle issue entrevoyez-vous dans ce bras de fer?
    - La Chine a déjà repris l’achat de soja et a commencé à acheter du porc améri­cain en grand quantité. Bien que le pré­sident Trump se soit fixé comme objectif de doubler ces achats, tout indique que la Chine achètera tout simplement à des niveaux observés avant le début de la guerre commerciale. Des engagements d’achats de nouveaux avions commer­ciaux américains et du gaz naturel sont probables. La Chine a également réitéré son engagement à lever les plafonds de participation des sociétés étrangères au capital des entreprises dans les services financiers. La création d’un mécanisme de résolution des litiges est également envisagée.
    La partie la plus difficile des négocia­tions reste devant nous: les prochaines phases (2, 3, et potentiellement plus) de­vraient traiter en profondeur l’accès au marché, la protection de la propriété in­tellectuelle, les subventions industrielles de la Chine, les sanctions américaines sur Huawei et les entreprises de surveillance chinoises. Il est donc peu probable qu’un accord compréhensif ait lieu avant les élections présidentielles américaines de 2020. La Chine va essayer de gagner du temps d’ici-là.

    Propos recueillis par Franck FAGNON

                                                                                

    Présidentielle américaine: Quitte ou double pour la Chine?

    LE conflit sino-américain peut avoir une triple influence sur la présidentielle américaine. La première conséquence a trait aux objectifs de cette politique com­merciale protectionniste de la part des Etats-Unis, c’est-à-dire réduire le déficit de la balance commerciale américaine, favoriser le rapatriement des activités in­dustrielles sur le sol américain, favoriser l’emploi manufacturier et booster la crois­sance américaine.

    De ce point de vue, on ne peut faire au mieux qu’un constat de résultat clairement en demi-teinte. Certes le taux de chômage reste à un niveau his­toriquement bas de 3,6%. Néanmoins, la croissance n’a pas cessé de décélérer suite à la vague d’initiatives protection­nistes, avec des activités industrielles qui souffrent dans une plus grande mesure.

    Les travailleurs de l’industrie, ainsi que les agriculteurs (durement touchés par les mesures de rétorsion chinoises), qui représentent le coeur de l’électorat amé­ricain en faveur du président Trump, souffrent relativement plus. Une forme de déception de cet électorat traditionnel­lement républicain pourrait émerger au cours de la présidentielle américaine.

    Le déficit commercial américain, quant à lui, reste désespérément fixé à 2,5% du PIB, la politique de dépréciation du Renmin­bi ayant, comme anticipé par la théorie économique, neutralisé les effets de cette politique de hausse des droits de douane.

    Le deuxième canal à travers lequel les tensions sino-américaines pourraient jouer a trait à l’équilibre géostratégique de la zone Asie-Pacifique. Les Etats-Unis se sont retrouvés écartés des initiatives d’intégration commerciale dans cette zone et laissé l’initiative dans ce domaine au Japon et à la Chine. La stratégie du pivot initiée par le président Obama s’est vue radicalement transformée par le pré­sident Trump avec des effets qui sont encore difficiles à estimer.

    Cependant, l’approche protectionniste des Etats-Unis a remis en cause des liens historiques avec leurs alliés traditionnels (qui se sont quelque fois rapprochés de la Chine ou de la Russie), mettant en balance les considérations de sécurité, d’équilibre des pouvoirs et enjeux commerciaux.

    Cette confusion des genres a isolé quelque peu les Etats-Unis sur la scène internationale. Les électeurs américains pourraient être amenés à juger sévèrement la remise en cause de ces liens historiques avec leurs traditionnels alliés et porter un regard sé­vère sur les résultats obtenus sur le plan de la politique étrangère.

    Le dernier point a trait au scénario de la procédure d’impeachment qui a été activée au sein de la Chambre basse américaine. Le président Trump pourrait être incité à utiliser la politique commer­ciale comme un contre-feu, notamment dans un contexte où sa popularité se ver­rait impactée par les affaires internes.

    C’est l’une des raisons principales pour lesquelles nous n’attendons pas de pro­grès significatif quant aux négociations sino-américaines dans le domaine, même si le président américain aura à coeur de démontrer sa capacité à négocier de bons accords au niveau international.

    La dette des entreprises, un foyer à risque 

    La taille de la dette des entreprises non financières américaines a at­teint un record historique au premier trimestre de 2019, atteignant un niveau de 74,9% du PIB. Ce ratio s’établit à 104,8% pour la zone euro et 100,6% pour les pays émergents dans leur ensemble. Ce niveau d’endettement est problé­matique dans la mesure où la qualité du crédit s’est globalement détérioré, comme le révèle par exemple le poids important des obligations notées BBB au sein du segment investissement grade. De plus, il existe un lien étroit entre dette publique et privée, la complaisance des Etats et les politiques non conventionnelles des banques centrales incitant les investisseurs inter­nationaux à prendre de plus en plus de risques. Dans cet environnement, un évènement de crédit (défaut) concernant une grosse entreprise américaine par exemple pourrait avoir des répercussions globales.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc