×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Fujifilm: Comment réinventer le tirage papier

    Par Amin RBOUB | Edition N°:5635 Le 15/11/2019 | Partager
    Une longue histoire de business maroco-japonaise
    Le groupe dope son partenariat avec Arphot

    Mais qui avait dit que c’est la fin de la photo tirage papier à l’ère du digital? Qui ne regrette pas l’énorme faillite de Kodak? Est-ce la faute au digital? «Le numérique ne va jamais tuer la photo papier (tirage papier, selon le jargon). Tout au contraire», lance d’emblée Mohammed Mokhtari, PDG de Arphot, distributeur exclusif de Fujifilm au Maroc.

    L’entreprise a organisé, jeudi 14 novembre à Casablanca, un événement dédié au lancement d’une imprimante à jet encre de dernière génération, avec la présence effective du top management de Fujifilm France. Un produit qui a rencontré  un franc succès sur d’autres marchés visant à démocratiser le tirage papier.

    Dans une activité  fortement dominée par le numérique, le lancement de cette nouvelle imprimante permettra incontestablement de renouer avec le plaisir d’imprimer et de partager les plus belles photos sur papier. Le Frontier DE100 produit des images sur diverses surfaces de papier (brillant, lustré et soie) grâce à un grain et une netteté exceptionnels, s’adaptant ainsi aux nouvelles tendances du marché.

    Compact, il s’intègre facilement dans les petits espaces.  Modulable, il s’adapte aux besoins des professionnels de la photographie. Rapide, il permet jusqu’à 1320 tirages/heure et réduit l’usage des consommables. Fujifilm a consacré 7% de son chiffre d’affaires à la R&D, soit 4 millions d’euros par jour pour les nouveaux produits. Plus de 200 professionnels de la photo venus de tout le Maroc ont assisté à cet événement.

    Agfa, Kodak, Konica...

    Mais comment se porte le marché de la photo au Maroc? D’autant plus que des marques prestigieuses comme Kodak, Scotch et Konica se sont retirées du marché national. «Fujifilm a investi dans le numérique et a pu donc résister et se développer», soutient Mokhtari.  Mohammed Mokhtari n’est autre que le fondateur de Arphot en 1977, après une longue carrière chez Agfa et Kodak. Fort de ce partenariat, Massato Yamamoto, directeur général adjoint Fujifilm France, ne cache pas sa satisfaction et ses ambitions suite à l’association avec Arphot.

    «C’est l’un de nos meilleurs distributeurs et partenaires dans le monde. C’est une longue histoire avec Arphot qui a commencé en 1992. Cela fait 27 ans que notre partenariat fonctionne dans les meilleures conditions. Notre collaboration est encore prévue pour longtemps encore. La preuve, nous sommes encore là pour lancer de nouveaux produits».

    Ce partenariat de Fujifim est important au Maroc compte tenu du potentiel en termes de business. En témoigne  le chiffre d’affaires réalisé sur le marché national qui s’élève à 1 million d’euros par an ou encore les gisements de croissance. Justement, quid de l’avenir? Le smartphone est un levier important pour le développement de l’activité.

    «C’est le nerf de la guerre», selon le management. Sauf qu’il y a un effort de sensibilisation et de pédagogie à entreprendre pour que les consommateurs maîtrisent les produits et les outils avant l’achat des produits de tirage. Selon les statistiques de l’ANRT: 1 Marocain sur 2 dispose d’un smartphone. C’est dire le potentiel du marché!

    Autrement dit, le marché recèle d’énormes opportunités sur le tirage papier et autres solutions aux particuliers/professionnels, notamment les laboratoires, les studios, l’activité freelance, les artistes... Au total, 300 minilabs (matériel de développement de photo qui réalise de gros volumes) ont été installés depuis le démarrage de la coopération entre Arphot et Fujifilm. Arphot a à son actif la construction d’une plateforme de 4.000 hectares (créée en 1992), destinée au  développement du secteur, notamment dans le domaine du conseil, de la formation ou encore la montée en compétences.

    A.R.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc