×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    PLF/Biscuiterie: Pas de baisse sur les intrants

    Par Khadija MASMOUDI | Edition N°:5635 Le 15/11/2019 | Partager
    Les amandes, noisettes et arachides soumises au droit d'importation de 40%
    115 projets pour un investissement de 680 millions de DH
    biscuits-035.jpg

    Les projets attendus dans la biscuiterie et confiserie devraient créer 2.100 emplois. C'est du moins ce que le gouvernement a souligné dans ses réponses aux députés (Ph. L'Economiste)

    Les députés ont rejeté la baisse du droit de douane minimum à 2,5% pour certains intrants de la filière biscuiterie, confiserie et chocolaterie. La mesure devait permettre aux industriels d'importer ces intrants dans la limite d'un contingent fixé à 800 tonnes pour les amandes, 500 tonnes pour les noisettes et autant pour les arachides ainsi que 300 tonnes pour certaines graisses végétales de spécialité.

    L'idée était de s'aligner sur ce qui est appliqué pour le sucre raffiné, le lait en poudre et le blé tendre biscuitier. Ces produits sont soumis à un droit d'importation minimum de 2,5% dans la limite d'un contingent. Le refus des députés est motivé par la défense des petits agriculteurs. Une baisse du tarif de 40% à 2,5% aurait nui aux petites entreprises et aux coopératives pour lesquelles ces produits représentent une part importante du chiffre d'affaires.

    La protection des petits agriculteurs et des coopératives l'a emporté sur l'ambition de booster les biscuiteries et les confiseries. Pour le gouvernement, la mesure devait participer au développement, voire à l'accélération industrielle. Selon les statistiques fournies aux députés, 57 entreprises sont actives dans le domaine de la biscuiterie et réalisent un chiffre d'affaires de 3,7 milliards de DH. Elles assurent aussi 7.150 emplois.

    La petite bonne nouvelle qui devait les faires adhérer n'est autre que l'arrivée prochaine de nouveaux investissements dans le secteur. En tout cas, 115 projets sont en cours de préparation pour des investissements de 680 millions de DH. Ces projets, dont le détail n'a pas été livré par le gouvernement dans ses réponses aux députés, devraient assurer 2.100 postes d'emploi.

    Pour les longes de thon congelées précuites, destinées à la production de conserves de thon, soumises actuellement au tarif de 40% à l'import, la baisse a été validée. Mais le niveau de 10% proposé par le gouvernement n'a pas été accepté. Les députés ont opté pour un taux de 17%. La mesure est censée supprimer la distorsion existante puisque le produit fini est actuellement soumis au même taux que la matière première.

    Ce qui pénalise l'activité de production des conserves en la rendant moins compétitive que les importations. Certains députés étaient favorables à une baisse progressive: 20% dans un premier temps avant de passer à 10% pour éviter des importations massives. 

    Par ailleurs, si cette année, le gouvernement a taxé les boissons gazeuses en augmentant la TIC de 50%, l'année prochaine, il compte instaurer un système  progressif qui devrait pousser les industriels à baisser la teneur en sucre. Ce système vise aussi les eaux minérales, l'eau de table parfumée par l'ajout de moins de 6% de jus de citron ou de 10% d'autres jus de fruits.

    Pour  des teneurs de 5 grammes ou moins de sucre par 100 ml, la TIC serait à  30 DH par hectolitre. Elle passerait à 40 DH l'hectolitre pour des proportions de sucre allant de 5 à 10 grammes et 45 DH pour 10 grammes et plus.

    Khadija MASMOUDI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc