×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    CDG: 76 milliards de DH investis en 10 ans!

    Par Amin RBOUB | Edition N°:5616 Le 17/10/2019 | Partager
    C'est le montant global injecté entre 2008 et 2018
    ZI, tourisme, aménagement, immobilier, finance...
    cdg_investissment_016.jpg

    Le groupe CDG a investi 76 milliards de DH les 10 dernières années. Aménagement urbain, tourisme, immobilier, zones industrielles, parcs offshoring, industrie, finance... Les programmes ont porté sur différents domaines et secteurs d'activité via des projets d'envergure nationale, précise Abdellatif Zaghnoun, DG. C'est incontestablement l'immobilier qui a absorbé la part du lion en termes de fonds injectés.

    A lui seul, ce secteur, qui a connu plusieurs péripéties les 10 dernières années, a bénéficié de 30 milliards de DH. Un montant investi essentiellement dans des projets réalisés et en cours auprès de 14 villes, ainsi que des programmes de l'immobilier professionnel locatif (une superficie globale de 361 km2).

    L'aménagement urbain revêt également un caractère stratégique auprès de la CDG. Il a absorbé 18 milliards de DH lors des 10 dernières années. Un montant réparti entre trois gros projets qui ont une rentabilité différée. Il s'agit de l'éco-cité de Zenata, la ville nouvelle Casa Anfa ou encore le programme de l'avenue Royale. A elle seule, la ville de Zenata (entre Mohammedia et Casablanca) est un chantier gigantesque de 30 à 40 ans. Il s'étend sur 1.800 ha (en cours d'aménagement).

    A terme, cette ville écolo devra accueillir 300.000 habitants. «C'est un projet lourd de 30 à 40 ans qui doit être porté par les pouvoirs publics», tient à préciser le patron de la CDG. La vocation de ce projet est qu'il est inclusif et orienté développement durable avec 470 ha dédiés aux espaces verts, soit un ratio de 19 m2 par habitant. En termes d'inclusion sociale, le site prévoit de reloger quelque 8.500 habitants qui ont exprimé le souhait d'être relogés in situ.

    Pôles urbains

    Par ailleurs, la CDG prévoit le redéploiement de quelque 25 unités industrielles dans une zone aménagée afin de créer des emplois à Zenata. Sur Casa Anfa (zone CFC), l'Agence d'urbanisation et de développement d'Anfa (Auda), filiale de CDG et maître d'ouvrage général du projet, aménage un pôle urbain intégré. Une ville dans la ville qui s'étend sur 350 ha. La 1re tranche (de 100 ha) est en cours de développement et de finalisation. Elle est totalement viabilisée.

    Bientôt la seconde tranche devra démarrer. A terme, le pôle urbain Casa Anfa prévoit  d'accueillir 100.000 habitants et de créer 100.000 emplois.  Autre chantier urbain de grande envergure, celui de l'aménagement-développement de l'avenue Royale. Un site qui s'étend sur 45 ha au coeur de Casablanca.

    Le tourisme est l'un des secteurs stratégiques qui bénéficie de l'appui de la CDG. Elle y a consacré 12,5 milliards de DH les 10 dernières années. Le gros de l'investissement a porté sur le développement de deux stations balnéaires (Saïdia et Taghazout). La station de l'Oriental s'étend sur 550 ha et dispose de plus de 5.000 lits. Pour l'heure, le groupe CDG a complètement restructuré et redimensionné ce site qui avait connu des difficultés par le passé.

    A présent, il va falloir que le privé s'implique aussi pour accompagner l'exploitation et la rentabilité. Même si la station est restructurée, le privé y est très attendu pour monter des investissements dans l'animation, le transport, la restauration, les loisirs, la connectivité, l'arrière-pays... «Le privé devra venir investir à Saïdia. La CDG ne peut tout faire à elle seule», insiste Zaghnoun. Pour sa part, la station Taghazout se veut une succes story avec 6 hôtels de luxe opérationnels dès l'été prochain. A terme, Taghazout devra tourner avec 9 hôtels de luxe sur un site de 600 ha.

    Les enjeux industriels tiennent à coeur au management de CDG. Pour preuve, depuis 2008, il a consacré 5,8 milliards de DH à l'aménagement-développement de zones industrielles et parcs offshoring.

    «Les parcs industriels sont vitaux pour les régions et les territoires. Ils permettent de créer des emplois par milliers, apportent de la valeur ajoutée, stabilisent les jeunes, limitent l'exode rural...», soutient Zaghnoun, qui fait allusuin aux opérateurs privés qui refusent d'aller investir dans des zones reculées ou enclavées, notamment la ZI de Selouane à Nador, l'Oriental... Au total, en 10 ans, le dépositaire et gestionnaire de l'épargne revendique l'aménagement de 860 ha dans plus de 14 ZI.

    Ce qui s'est traduit par la création de plus de 153.000 emplois (directs et indirects). L'activité offshoring fait également partie des périmètres et domaines de fierté du groupe CDG. Sur la période 2008-2018, 285.000 m2 ont été livrés avec la réalisation de plusieurs parcs de nouvelle génération: Casanearshore, Rabat Technopolis, Fès Shore, Oujda Shore... Sur l'ensemble des sites, qui connaissent des évolutions contrastées, 35.000 emplois ont été créés. L'essentiel (25.000 postes) est à Casablanca.

    Amin RBOUB

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc