×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Marsa Maroc: La formule ne prend pas hors frontières

    Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5610 Le 09/10/2019 | Partager
    Après le marché du Ghana, celui de Kribi lui échappe
    Le trafic conteneurs et des vracs solides en hausse
    marsa_maroc_010.jpg

    Marsa Maroc revendique une part de marché globale de 67% à fin juin. La part de marché au port de Casablanca est de l’ordre de 72% contre 69% en 2018

    Marsa Maroc rate de peu le marché du terminal polyvalent du port autonome de Kribi au Cameroun. L’entreprise d’exploitation portuaire, qui avait été présélectionnée parmi les deux derniers opérateurs de la shortliste, n’a finalement pas été retenue.

    «L’offre d’un concurrent a été jugée meilleure que la nôtre par les autorités camerounaises. Toutefois, nous continuons à examiner toutes les opportunités avec comme condition qu'elles répondent aux exigences de rentabilité de nos actionnaires et qu’elles se fassent dans des conditions conformes à l’éthique de l’entreprise», explique Mohamed Abdeljalil, président du directoire de Marsa Maroc, lors de la présentation, hier mardi 8 octobre, des réalisations semestrielles du groupe.

    L’exploitant portuaire a réalisé un chiffre d’affaires de 1,44 milliard de DH à fin juin dernier, soit une progression de 4% en glissement annuel. La performance s’explique par l’augmentation du trafic conteneurs et des vracs solides. Mais le management note une quasi-stagnation du trafic traité durant les 3 dernières années. «Nous avons réalisé un volume de 19,1 millions de tonnes (trafic global traité), soit une hausse de 3% par rapport à la même période en 2018», explique le management.

    Le trafic conteneurs a totalisé 504.000 équivalent vingt pieds (EVP) (+7%) sur un trafic national de 748.000 EVP, tous opérateurs confondus. Entre 2016 et 2018, le trafic conteneurs traité par l’opérateur portuaire a enregistré une augmentation constante.

    En 2018, la hausse a atteint 14% pour une part de marché de 66% contre 34% en 2016. Marsa Maroc revendique une part de marché globale de 67% à fin juin. L’évolution résulte également de la hausse du trafic de charbon (+20%), 34% pour le soufre.

    S’y ajoute la hausse du trafic conventionnel, notamment les produits sidérurgiques (+75%) aux ports de Casablanca, Jorf Lasfar et Nador. Ces hausses ont compensé la baisse des trafics de céréales et de clinker, qui ont respectivement reculé de 44 et 37%.

    Le vrac liquide a également enregistré une hausse de trafic de l’ordre de 7%, avec une augmentation des volumes d’hydrocarbures traités au niveau des ports de Mohammedia (+33.000 tonnes) et Jorf Lasfar (+175.000 tonnes). Le trafic des huiles végétales traitées au port de Casablanca a progressé de 104.000 tonnes.

    Parmi les faits marquants du dernier semestre, Marsa Maroc a assuré à titre «exceptionnel» le traitement de douze navires de charbon, pour un volume de 486.000 tonnes, pour le compte de l’ONEE. La cargaison était destinée à alimenter la nouvelle centrale thermique de la société Safi Energy Company (Safiec). «Nous avons traité 8 escales au port de Safi pour 236.000 tonnes et 4 escales à Jorf Lasfar pour 250.000 tonnes», confirme le management.

    M.Ko.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc