×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Top Resa Un remplaçant pour Thomas Cook?

    Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5605 Le 02/10/2019 | Partager
    Co-marketing, dessertes aériennes, promotion… l’ONMT fait du forcing au salon de Paris •
    Deux gros contrats signés avec NG Travel (Directours.com) et Transavia
    Le TO prévoit une croissance de 30% sur le Maroc
    top_resa_005.jpg

    Au salon Top Resa 2019, une véritable offensive promotionnelle est menée par l’ONMT, les opérateurs et l’ambassadeur du Maroc. Le pavillon Maroc occupe une place stratégique centrale...Toutefois, il s’agit de la dernière apparition de cette version du stand marocain, tombé, il faut le dire, en désuétude.Un concours d’architecte est lancé pour concevoir une nouvelle mouture plus adaptée. A découvrir au salon de Londres (Ph. YSA)

    Coup d’envoi, hier, de la 41e édition du salon IFTM Top Resa à Paris. Rendez-vous incontournable des professionnels français et européens du tourisme, ce millésime 2019 se poursuit jusqu’au 4 octobre avec une forte participation du Maroc. Plus de 1.000 agents de voyages et 300 acheteurs d’affaires internationaux majeurs participent à l’évènement qui attend quelque 35.000 visiteurs.

    Pour les conquérir, 26 co-exposants, représentant les principaux acteurs publics et privés du tourisme au Maroc, compagnies aériennes, CRT/CPT, agences de voyages et groupes hôteliers, ont fait le déplacement à Paris, à l’initiative de l’Office national marocain du tourisme (ONMT). Le but est de mener une véritable offensive sur le marché français et offrir une visibilité optimale du Maroc dans son ensemble ainsi que ses multiples destinations.

    Pour ce faire, l’Office a choisi un emplacement stratégique au centre du salon, face au grand village des TO et à proximité des pavillons du Portugal, de la Tunisie, la Géorgie et l’Indonésie, pays à l’honneur. Un choix qui atteste de l’importance de la France dans la stratégie touristique nationale.

    Pour Adel El Fakir, directeur de l’ONMT, «le salon de Paris revêt une importante particulière. Il permet de découvrir les nouvelles habitudes de consommation des touristes et de définir ainsi les nouveaux modèles à adopter». Dans cette démarche prospective, l’ONMT compte renforcer la «marque Maroc» à différents niveaux, y compris diplomatique. A ce titre, Chakib Benmoussa, l’ambassadeur du Royaume à Paris, est venu rencontrer les professionnels du secteur, échanger les idées et étoffer la promotion du pays en France.

    Au Top Resa 2019, l’actualité sur le déclin de certains groupes touristiques et de compagnies aériennes est sur toutes les lèvres. La frilosité des professionnels est justifiée. Elle invite à la réflexion et à l’analyse d’un nouveau modèle économique qui doit préparer les opérateurs aux grands changements à venir et les pousser à penser à des solutions adéquates.

    «Il faut instaurer une veille stratégique, exiger des acomptes, et prévoir des assurances ainsi que des garanties… pour éviter les dommages collatéraux d’une faillite imprévisible», conseille Aziz Lebbar, président du CRT de Fès. «La leçon Tomas Cook est toujours en mémoire», renchérit-il. Conscient de ces enjeux, El Fakir a multiplié les rencontres avec les partenaires classiques du Maroc, mais également avec les nouveaux entrants, notamment dans le digital.

    «Nous souhaitons nouer de nouveaux partenariats de co-marketing et accompagner hôteliers et opérateurs touristiques marocains à récupérer les parts de marché perdues et diversifier leurs portefeuilles clients», explique-t-il. Aussitôt dit, aussitôt fait, le patron de l’Office a signé, le 1er octobre, un nouveau contrat avec NG Travel pour l’hiver 2019-20.

    Grâce à ce partenariat, le TO prévoit une croissance de 30% sur la destination Maroc dès cette saison. Et il a les moyens de ses ambitions. En fait, NG Travel est le 6e TO français avec un chiffre d’affaires de plus de 230 millions d’euros. Le groupe propose une offre très large de séjours touristiques couvrant un choix de près de 30 destinations.

    Le groupe diffuse cette offre via ses marques Boomerang Voyages et Promoséjours, et propose également des voyages sur-mesure sur le site Directours.com. Il développe également 3 concepts de clubs de voyage: Kappa Club, Club Coralia et Nosylis Collection, qui connaissent un véritable succès auprès de voyageurs en quête de qualité et d’expériences culturelles authentiques.

    Outre les TO, l’ONMT s’active auprès des compagnies aériennes pour densifier le transport de point à point. Ainsi, 14 nouvelles dessertes sont prévues. Une partie de ces vols sera couverte par la compagnie Transavia qui ouvrira, au titre d’un nouvel accord avec l’Office, une ligne aérienne directe reliant Paris Orly à Ouarzazate. «Cette ligne sera lancée le 7 novembre à raison de deux fréquences hebdomadaires», précise le management de l’ONMT.

    Mieux vendre Essaouira

    Avec 3,8 millions de visiteurs, la France est le principal pays émetteur de touristes vers le Maroc. Un marché en progression de 10% sur les premiers mois de 2019 (+23% à Marrakech), précise l’ONMT. En chiffres, ce sont plus de 2,27 millions de touristes français qui ont visité le Royaume de janvier à juin dernier, contre 2,25 millions de touristes durant la même période de l’année 2018. A noter que le Royaume est la première destination non européenne des Français. Ce n’est pas fortuit si les TO continuent à faire du Maroc l’une de leurs destinations phares, avec une prééminence pour Marrakech et Agadir. «Essaouira n’est pas en reste. Nous recevons des touristes qui viennent découvrir un autre Maroc, une ville apaisante et un programme d’animation étalé sur toute l’année…», indique Alaa Squalli, directeur de l’hôtel Le Médina Thalassa Sea et Spa. Et d’ajouter: «Des efforts sont menés pour mieux faire connaître le calendrier culturel de la ville qui comprend, en plus du festival gnaoua, le festival andalou, les nuits de la photographie et bien d’autres activités qui font que certains touristes restent à Essaouira plus de deux semaines».  

    DNES, Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc