×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Casablanca: Bye bye M’dina Bus…

    Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5595 Le 18/09/2019 | Partager
    Les bus qui tombent en morceaux, ne sont ni réparés, ni remplacés
    Le flou total sur la continuité du service après fin octobre
    Quel est le sort des 3.300 salariés
    mdina-bus-095.jpg

    Les bus se raréfient à Casablanca et les épaves qui circulent encore sont en piteux état, mettant en danger la vie des usagers et des piétons (Ph. L’Economiste)

    A quelques semaines du départ de M’dina Bus, les Casablancais ont zéro visibilité sur la suite des évènements. La continuité du service de transport public sera-t-elle assurée? Qui va gérer le parc déglingué après le 30 octobre? Qui est le prochain délégataire parmi le trio présélectionné suite à l’appel d’offres (RATP Dev, Alsa ou Chennaoui)? Qu’en est-il du marché des 700 bus neufs lancé il y a quelques mois?

    Autant d’interrogations qui restent en suspens. En attendant, des bus en très mauvais état circulent encore, mettant en péril la vie des usagers et des piétons. Beaucoup se retrouvent en panne au beau milieu des boulevards, bloquant la circulation, déjà infernale.

    «Il y a de moins en moins de bus en circulation et selon des rumeurs, les véhicules qui tombent en panne ne sont ni réparés, ni remplacés», témoigne une usagère de la ligne 7. «Est-ce qu’il y aura des bus début novembre ou pas?», s’interroge-t-elle.

    D’autres usagers parlent de l’importation de 500 bus d’occasion que la ville serait en train de préparer pour gérer la transition. Mais du côté des responsables et décideurs de la ville, c’est le silence radio. Pourtant, la sécurité et l’intégrité physique des usagers sont en jeu.

    Les Casablancais ont le droit de savoir si d’ici 4 ou 5 semaines ils pourront se déplacer en bus ou pas. L’état de dégradation avancé du parc fait craindre le pire aux usagers. Au fil des ans, les bus d’occasion se sont transformés en épaves, voire un danger public (accidents, incendies, agressions, vols, viols…).

    Quelque 7,8 millions de déplacements sont effectués chaque jour à Casablanca(1). Dans l’agglomération, la marche à pied prédomine (soit 62%, contre 53% en 2004). Seule une proportion de 13% opte pour les transports publics (bus et tramways). Il n’en reste pas moins que cette catégorie d’usagers n’a pas les moyens d’opter pour le taxi ou même le tram.

    Pour leur part, les salariés de M’dina Bus sont également dans l’expectative. Quel sort leur sera réservé? Les machinistes et les conducteurs de M’dina Bus ont d’ailleurs observé en août dernier une grève pour protester contre le retard de paiement de leurs salaires. A la veille de l’Aïd Al Adha, des milliers de salariés du délégataire du transport en commun par bus n’ont toujours pas perçu leurs émoluments.

    «Depuis quelques mois, les virements sont effectués avec un retard d’une dizaine de jours», avait déclaré un représentant syndical. Plus de 3.300 salariés sont de plus en plus inquiets sur leur sort à l’approche de la fin du contrat de gestion déléguée de M’dina Bus (fin octobre prochain).

    Pour rappel, les élus de Casablanca ont décidé, lors de la session de février dernier, de ne pas proroger le contrat actuel avec le délégataire du transport en commun. Ce dossier a été repris en main depuis par l’ECI (Etablissement de coopération intercommunale regroupant 18 communes), qui gère ce volet de la mobilité (au lieu de Casa-Transports).

    Aziza EL AFFAS

    --------------------------------------------------------------------
     (1) Selon les résultats d’une enquête ménages déplacements (EMD) dévoilés en janvier dernier (cf. édition du 17 janvier 2019).

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc