×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Alpha 55: 40 ans après, l'enseigne se réinvente

    Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5591 Le 12/09/2019 | Partager
    Le concept a su résister et s’adapter depuis 1979
    D’une petite échoppe à Derb Omar au store Anfaplace
    alpha_55_099.jpg

    Nostalgie… L'identité visuelle originelle d'Alpha 55 évoque plein de souvenirs pour les quadragénaires et plus. Une signature qui a longtemps marqué la mémoire collective depuis les années 80

    Tout a commencé à Derb Omar. Abdeslam Benghanem, fondateur d’Alpha 55, l’une des plus anciennes enseignes libre service au Maroc, est parti de rien. Arrivé de Fès en 1959, le fondateur dé­marre ses activités commerciales dans une échoppe de quelques mètres carrés, dédiés à la vente de foulards (importés d’Italie et de France).

    Une décennie plus tard, ce grand adepte des voyages développe son commerce en lançant le «Grand Soldeur» sur Mustapha Mâani à Casablanca. Une adresse incontournable dans les années 70. «Le succès fut tel que les clients faisaient la queue dans la rue», témoigne Mehdi Benghanem, PDG et fils du fondateur qui a repris le flambeau.

    Quelques années plus tard, le magasin de 600 m2 est deve­nu trop petit par rapport aux ambitions de Benghanem. Au gré de ses pérégrinations, Abdeslam Benghanem trouve finalement l’inspiration au Japon. D’où la naissance du nouveau concept qui a marqué des générations: Alpha 55. «Il était temps de s’agrandir, alors mon père a acquis non loin de ce site un terrain vague qui allait accueillir l’actuel Alpha 55», poursuit Benghanem.

    Le bâtiment, entièrement en béton armé, a été conçu par Louis Riou, un architecte réputé de l’époque (ayant également conçu le siège de l’OCP et le stade Mohammed V). En 1979, le nouveau magasin de 10.000 m2 est lancé en plein centre-ville. Depuis, le succès était immédiatement au rendez-vous. Ce pionnier de la distribu­tion a encore une fois vu juste.

    A l’époque, 4 étages du magasin étaient consacrés au prêt-à-porter (homme/femme). Selon le principe du «just in time», que les grandes enseignes (comme Zara) appliquent aujourd’hui, les collections étaient fré­quemment renouvelées. «Mon père, qui voyageait souvent, ramenait des modèles qu’il reproduisait au Maroc. Et c’est lui qui a été précurseur au pays du just in time», témoigne non sans fierté le fils du fondateur.

    mehdi_benghanem_mehdi_alj_091.jpg

    Mehdi Benghanem (à gauche) et Mehdi Alj, respectivement
    PDG et DG d’Alpha 55 (Ph. MB)

    Une équipe d’une quinzaine de stylistes et modélistes se charge de la confection et de l’adaptation des modèles aux goûts locaux. La recette a pris durant les années 80 et 90, mais encore une fois, le marché a évolué. Durant la dernière décennie, l’accent est surtout mis sur le côté maison (déco, cuisine, salle de bains, accessoires…). «Depuis deux ans, je suis de près les réseaux sociaux afin de mieux répondre aux besoins de la clientèle», confie le PDG de l’enseigne.

    Les collections sont changées suivant les évènements (à l’occasion de la rentrée, les fêtes, Aïd El Adha, Ramadan, Hal­loween…). Les vitrines d’exposition af­fichent, chaque mois, une thématique dif­férente. Deux équipes dédiées se chargent de la conception et de l’aménagement des vitrines. L’organisation des rayons à l’intérieur du magasin est régulièrement revue pour attirer davantage de clientèle.

    «Il y a 40 ans, mon père Abdeslam avait lancé un pari osé en ouvrant Alpha 55 et il fut le pionnier dans son domaine. Aujourd’hui, nous sommes là pour perpé­tuer cette vision et ce succès», explique Mehdi Benghanem.

    Le top management d’Alpha 55 négocie aujourd’hui un nouveau virage en lançant son 2e magasin à Anfaplace Mall. Un investissement de 20 millions de DH avec 45 postes d’emploi à la clé (qui s’ajoutent aux 120 existants) sur une superficie de plus de 12.000 m2 (10.000 au centre-ville et 2.000 à Anfaplace). «Nous envisageons aussi des lancements dans d’autres villes», annonce le PDG sans fournir plus de précisions.

    Le flagship store de Mers Sultan ne sera pas pour autant délaissé. Une opéra­tion de rafraîchissement et de rénovation est prévue. Et pour régler le problème de stationnement, chronique au centre-ville, le management a réservé 200 places au nouveau parking Rachidi (sous place Ne­vada) pour sa clientèle. Un autre parking, celui de la place Mohammed V (sous la fontaine), est situé non loin d’Alpha 55. Cerise sur le gâteau: des voituriers se chargent aussi des stationnements dans les rues avoisinantes.

    Aziza EL AFFAS

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc