×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Rentrée scolaire: Un demi-million d’élèves attendus dans l’Oriental

    Par Ali KHARROUBI | Edition N°:5587 Le 06/09/2019 | Partager
    Près de 10% sont inscrits dans le privé
    26 nouveaux établissements dont 10 privés
    Internats, transport scolaire, fournitures… l’Académie régionale s’active
    rentree-scolaire-087.jpg

    Les bons réflexes d’apprentissage commencent dès le primaire, d’où la nécessité d’y assurer des ressources humaines qualifiées. Plusieurs réunions ont été menées par l’Académie régionale afin de travailler sur ce chantier (Ph. A.K)

    Les bonnes performances scolaires se préparent tôt. C’est la règle de conduite adoptée par l’Académie régionale de l’éducation et de la formation (AREF) de l’Oriental, et qui explique, en partie, ses taux de réussite élevés au baccalauréat. Les candidats au bac de l’Oriental ont été plus de 85% à réussir leur examen final cette année. Ce qui a permis à la région de se classer première sur le plan national, pour la quatrième année consécutive.

    Les cadres des huit directions de la région ont entamé, dès l’annonce des résultats de fin d’année scolaire, une série de réunions pour l’élaboration d’une feuille de route pour la rentrée 2019-2020. Une approche proactive qui prend en considération les besoins matériels, financiers et humains nécessaires, et mobilise l’ensemble des intervenants et partenaires.

    Cette année, l’Aref a activé tous les leviers pour réussir la rentrée. Le plus important est celui de l'achèvement de tous les accords liés au soutien social: 96 internats au profit de 17.218 élèves, cantines scolaires en milieu rural et défavorisé pour 118.937 bénéficiaires, renforcement des moyens de transport avec 441 bus scolaires, en collaboration avec les autorités et conseils locaux, fournitures scolaires pour 287.903 élèves du primaire… «Ces mesures sont indispensables pour assurer une saison scolaire régulière et stable. Elles nous permettent également d’évaluer les différents processus en temps opportun, et de surmonter les contraintes de réalisation», confie à L’Economiste Mohammed Dib, directeur de l’Aref.

    En parallèle, plusieurs réunions de coordination se sont tenues avec les directeurs régionaux, pour solutionner les cas spécifiques à chaque établissement en matière de ressources humaines, équipements pédagogiques et accueil des élèves. La réunion de coordination, organisée le 28 août 2019, a été l'occasion de prendre les dispositions finales pour réussir la rentrée. Au total, 459.429 élèves, dont 49.308 nouveaux inscrits et 221.285 filles, ont regagné leur classe au niveau de l’Oriental.

    Ils sont répartis sur les trois cycles comme suit: 288.773 au primaire, 111.356 au collège et 59.300 lycéens. Le privé accueille 42.196 enfants dans les 221 établissements privés que compte la région, alors que le nombre total des établissements scolaires au niveau de l’Oriental est de 888.

    S’y ajoutent deux établissements dédiés à l’Organisation alaouite pour la protection des aveugles à Oujda et Nador, ainsi qu’une école pour les enfants en situation de handicap à Nador. L’offre en structures d’accueil pour cette nouvelle année s’est renforcée par la construction de 1.202 nouvelles classes, 26 nouveaux établissements dont 10 privés, 4 écoles communautaires et la rénovation de 4 internats.

    programme_tayssir_087.jpg

    Dans la région de l’Oriental, près du tiers des élèves, soit 147.597, sont bénéficiaires du système d’appui social aux parents, Tayssir, conditionné par la scolarité des enfants. Par ailleurs, 287.903 profitent de l’opération 1 million de cartables

                                                                     

    Les écoles communautaires contre la déperdition scolaire

    L’expérience des écoles communautaires en milieu rural, au lieu des classes satellitaires, a donné de bons résultats dans toutes les provinces de la région. Ce concept, intégrant un internat, permet de lutter contre la déperdition scolaire qui reste très élevée.
    Par la multiplication des écoles communautaires, au nombre de 35 au niveau de l’Oriental, le ministère de l’Education nationale veut assurer une scolarité en bonne et due forme aux populations rurales, qui ont souvent mis en cause la qualité de l’enseignement dispensé à leurs enfants. Ainsi, c’est toute la philosophie qui a changé. Au lieu que l’école aille à la rencontre des élèves, ce sont ces derniers qui sont regroupés dans des écoles répondant aux critères de qualité et d’efficience. La présence permanente des enseignants et l’amélioration du cadre d’apprentissage sont autant d’atouts pour réussir cette expérience, qui est en cours de généralisation dans les autres régions du Royaume.

    De notre correspondant permanent, Ali KHARROUBI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc