×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Présidentielle en Tunisie: 26 candidats et trois figures dominantes

    Par Faiçal FAQUIHI | Edition N°:5583 Le 02/09/2019 | Partager
    Elections anticipées pour mi-septembre 2019
    Deux femmes s’alignent dans la course électorale

    L’instance supérieure indépendante pour les élections en Tunisie a présenté samedi 31 août la liste finale des 26 candidats pour la présidentielle. Les élections anticipées sont prévues mi-septembre 2019 afin d’élire un successeur au chef de l’Etat décédé, Béji Caïd Essebsi. La campagne électorale va se dérouler du 2 au 13 septembre en Tunisie et a déjà démarré samedi dernier à l’étranger.

    Le Premier ministre tunisien, Youssef Chahed, est l’un des prétendants à la magistrature suprême. Il a lancé à la fin de la semaine dernière à Lyon sa campagne électorale. Ce candidat se positionne comme «défenseur des droits humains, quelques jours après l’arrestation d’un de ses principaux rivaux», le magnat des médias Nabil Karoui.

    Youssef Chahed, 43 ans, est l’une des trois figures dominantes de cette bataille électorale à laquelle s’ajoute le président par intérim du Parlement,  Abdelfattah Mourou (71 ans) et l’ex-ministre de la Défense, Abdelkrim Zbidi (69 ans). Ce dernier souhaite «relancer l’ascenseur social» et «modifier le régime parlementaire mixte», indique-t-il à l’AFP.

    L’instance chargée de superviser les élections a également validé la candidature de l’homme d’affaires et magnat des médias, Nabil Karoui. Même s’il est détenu depuis le 23 août après avoir été inculpé pour «blanchiment d’argent». La législation tunisienne permet le droit d’être élu tant qu’il n’y pas une condamnation judiciaire définitive.

    Deux femmes seulement sont sur la liste des 26 candidats retenus. Il s’agit de l’ancienne ministre du Tourisme Salma Elloumi et d’Abir Moussi, présidente du Parti destourien libre et pasionaria de l’ancien régime de Zine El Abidine Ben Ali.

    Par ailleurs, 71 autres candidatures ont été écartées au terme de l’examen préliminaire des dossiers, le 14 août à Tunis. Initialement prévue en novembre prochain, l’élection présidentielle a été avancée à la suite du décès, fin juillet 2019, de Béji Caïd Essebsi. Agé de 92 ans, il était le premier président élu démocratiquement au suffrage universel.

    F.F.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc