×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 126.058 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 155.275 articles (chiffres relevés le 26/5 sur google analytics)
Economie

Microcrédit: Les nouveaux plafonds

Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5581 Le 29/08/2019 | Partager
Le décret d’application publié au Bulletin officiel
Une série de conditions pour emprunter jusqu'à 150.000 DH
Le taux de couverture est actuellement à 2,5% de la population
textiles-081.jpg

Le relèvement du plafond des prêts accordés par les associations de microcrédit permettra de couvrir une nouvelle clientèle, essentiellement des micro-entreprises, peu servies par le circuit bancaire classique. (Ph Bziouat)

Les nouveaux seuils des prêts accordés par les associations de microcrédit seront bientôt effectifs. Le décret d’application de la loi sur les activités de microfinance vient d’être publié au Bulletin officiel. Ce texte réglementaire est prévu par la loi adoptée par le Parlement il y a quelques mois.

Aujourd’hui, le nouveau dispositif, permettant d’accorder des prêts d’une valeur maximale de 150.000 DH, ouvre la voie à une nouvelle clientèle, composée essentiellement de micro-entreprises. Celles-ci sont peu servies actuellement par le circuit bancaire classique. Une étude réalisée par le ministère des Finances a montré que près du tiers des petites entreprises ont affiché leur volonté d’obtenir des financements dont le montant dépasse 50.000 DH.

Aujourd’hui, le décret d’application définit 3 tranches de prêts. Celui plafonné à 50.000 DH, est destiné aux clients désirant créer ou développer une activité de production ou de prestation de service, dans l’objectif d’assurer leur intégration économique.

Ce montant maximal peut passer à 150.000 DH, pour les personnes voulant créer ou développer une activité de production ou de prestation de services, si elles remplissent une série de conditions. Il s’agit notamment d’être inscrits au registre du commerce, être titulaire du statut d’auto-entrepreneur, être soumis à la taxe professionnelle, ou encore être inscrit au registre national des coopératives. Une autre tranche de prêt est également prévue. Elle est plafonnée à 100.000 DH. Elle est destinée aux personnes voulant acquérir ou construire un logement, ou procéder au raccordement de leur habitat au réseau d’électricité ou d’eau potable.

Ce relèvement du plafond des crédits accordés devra renforcer l’engouement pour ce type de produits de financement. Ceux-ci misent sur certains avantages décisifs pour la clientèle ciblée, généralement des personnes en situation vulnérable. Il s’agit essentiellement de la proximité et de l’absence des exigences strictes du système bancaire classique.

Après plusieurs années d’activité, le niveau des impayés reste maîtrisé, variant entre 3 à 5%, selon les statistiques du département des Finances. Les opérateurs de la microfinance, de leur côté, ambitionnent de booster leur activité après ce relèvement des seuils. Cela leur permettra d’améliorer le taux de couverture, actuellement à 2,5% de la population, contre 5% au Mexique et 15% au Pérou.

M.A.M.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc