×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    Service militaire: Un démarrage prometteur

    Par Mohamed CHAOUI | Edition N°:5577 Le 23/08/2019 | Partager
    Les casernes commencent à accueillir les premiers appelés
    Enorme dispositif en place pour la mise en marche de cette opération
    17 centres de formation répartis sur l’ensemble du pays
    service-militaire-077.jpg

    Rien n’a été négligé du point de vue logistique, y compris pour le dispositif de transport des appelés (Ph. Bziouat)

    Les différentes casernes à travers le pays commencent à accueillir les premiers groupes d’appelés dans le cadre du service militaire obligatoire. La sélection et l’incorporation de 15.000 appelés (âgés de 19 à 25 ans), pour l’année 2019-2020, a démarré lundi dernier. Une opération qui se poursuivra jusqu’au 31 août. La rentrée effective des classes démarre le 1er septembre.

    Le retour du service militaire est marqué par un engouement populaire sans précédent au point que les résultats ont largement dépassé les prévisions. Ainsi, selon les statistiques du ministère de l’Intérieur, pas moins de 133.820 personnes ont rempli le questionnaire dédié à cette opération durant la période du 9 avril au 7 juin dernier. Sur ce total, 13.614 sont des jeunes filles qui se sont portées volontaires pour passer le service militaire, soit 10,17%.

    Les FAR ont mobilisé un énorme dispositif pour la mise en marche de cette opération ayant des finalités économiques et sociales. Ainsi, après le service militaire, qui dure une année, les appelés seront orientés vers un des 25 métiers qui leur permettront une meilleure insertion dans la vie active.

    En tout cas, l’opération de sélection des appelés se déroule dans les 17 centres de formation, de 16 villes à travers le Maroc. Les établissements qui vont les abriter sont situés à Larache, Al Hoceïma, Bouarfa, Dakhla, Laâyoune, Meknès, Agadir, Casablanca, Taza, Oujda, Errachidia, Ouarzazate, Médiouna, Tadla, Guelmim et Kénitra. 

    Dans cette dernière ville, le dispositif de sélection est réglé comme une horloge. Dans la 3e base aérienne, dès leur arrivée, les candidats sont pris en charge pour être conduits vers des tentes où ils reçoivent des fiches individuelles, avec leurs nom et adresse. Ils sont regroupés pour aller passer la visite médicale: poids, taille, tension artérielle, radio, les yeux,… tout y passe.

    Après ce périple, le candidat se présente devant une commission composée de représentants des différents corps de l’armée, y compris la gendarmerie royale. C’est finalement cette commission qui décide de l’aptitude ou non du candidat au service militaire, sur la base des indicateurs de la visite médicale. Mais d’autres éléments sont susceptibles de disqualifier des candidats comme ceux présentant un tatouage exagéré.

    Ceux qui sont acceptés sont conduits par autobus dans une salle couverte. Après un déjeuner offert même aux recalés, les candidats sélectionnés sont transférés par autobus dans l’un des 17 centres, choisis pour les accueillir. En attendant le démarrage effectif du service militaire, prévu le 1er septembre, les appelés suivront les instructions de base dès leur arrivée.

    En fait, au cours des quatre premiers mois, les appelés recevront une formation commune de base, comprenant un volet militaire et physique. Cette formation sera concentrée sur le goût de l’effort, le sens de la rigueur et de la discipline, les valeurs de citoyenneté, le respect des symboles et institutions de l’Etat. La formation militaire est censée développer chez les jeunes l’esprit d’engagement et de responsabilité dans la défense de l’intégrité territoriale.

    Pendant la période restante, qui est de huit mois, les jeunes appelés recevront une formation spécialisée dans des métiers aux centres de formation desquels ils relèvent. Ce parcours est censé leur permettre de diversifier leurs connaissances et compétences. A l’évidence, la formation, technique et professionnelle, sera choisie en fonction des potentialités et des ambitions de chacun.

    Rappelons que la loi  régissant cette opération a prévu une série d’exceptions pour être dispensé du service militaire obligatoire. Il s’agit essentiellement de l’inadaptation physique. Un rapport médical, qui doit être émis par les services d’un hôpital public, doit être présenté. Les appelés mariés ou assurant la garde d’enfants ou leur prise en charge sont également dispensés.

    L'exemption pour études

    Le service militaire est obligatoire pour tout jeune âgé entre 19 et 25 ans. Sont dispensées les personnes inaptes physiquement, en charge de famille, ou ayant un frère ou une sœur déjà en train d’effectuer le service militaire.
    Aux yeux de la loi, la poursuite des études est également un motif d’exemption du service militaire. Les élèves et les étudiants qui reçoivent «un avis les invitant à remplir la notice de recensement» et qui souhaitent bénéficier d’un sursis doivent se rendre sur le site www.tajnid.ma. Par la suite, ils doivent télécharger et remplir manuellement le formulaire de la demande d’exemption et le signer. Le document sera accompagné du reçu de la notice de recensement et d’une attestation d’inscription dans un établissement d’enseignement. Le dossier devra ensuite être déposé auprès de l’autorité administrative locale ou des services de la préfecture ou de la province contre un récépissé remis sur place.

                                                                                       

    Avantages spécifiques

    Les appelés bénéficieront de plusieurs avantages. Le plus important concerne une solde mensuelle, exonérée de tout impôt ou autre retenue à la source, qui varie entre 1.050 DH pour les soldats, 1.500 DH pour les sous-officiers et 2.100 DH pour les officiers. Les appelés affectés à la zone sud  pour passer leur service militaire bénéficieront d’une indemnité forfaitaire de sujétion de 300 DH par mois.  Pendant leur formation, les appelés bénéficieront de congés périodiques et exceptionnels selon la réglementation militaire. A l’image des militaires de carrière, ils auront droit à des facilités tarifaires dans les transports.
    Au cours de cette période, ils sont pris en charge pour leur hébergement, l’habillement et l’alimentation, en plus des soins médicaux dans les hôpitaux relevant des Forces armées royales, de l’assurance décès et invalidité. Les cotisations sont à la charge de l’Etat. Les appelés reçoivent des grades selon la hiérarchie militaire en fonction de leur niveau d’études. Pendant leur formation, ils sont soumis aux lois et règlements des militaires de carrière.

    M.C.

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc