×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Fès: La ZI Bensouda toujours en mal d’équipements

    Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5575 Le 16/08/2019 | Partager
    Les nids-de-poule et chiens errants persistent malgré… la restructuration
    Les industriels ne veulent pas balayer près de chez eux
    zi_bensouda_075.jpg

    Au quartier industriel Bensouda, les premiers industriels opèrent depuis les années 1980 et 1990. Ils souffrent quotidiennement de l’état de délabrement de ses infrastructures de base (Ph. YSA)

    Pourquoi la zone industrielle (ZI) Bensouda rate-t-elle toujours ses opérations de restructuration? Pourtant, à chaque fois, l’on annonce des travaux de réfection des voiries, renforcement de l’éclairage public, et embellissement des bas côtés et des trottoirs. Mais qui, au final, aboutissent à un résultat «médiocre».

    La toute récente mise à niveau, alors que les travaux de voierie atteignent 95% de taux de réalisation, a apparemment elle aussi occulté les vieux problèmes de la zone. Nids-de-poule, chiens errants, pâturage… constituent toujours le même lot quotidien pour les occupants de la ZI.
     
    ■ Des opérations de mise à niveau… ratées
    Considérée comme la plus grande que compte la ville, la ZI Bensouda s’étend sur une superficie d’environ 160 hectares. Au total, plus de 500 unités sont recensées au niveau de la zone. Parmi lesquelles on dénombre 230 entreprises à vocation industrielle et près de 300 à vocation artisanale. Rappelons qu’en 2004, les autorités avaient initié un premier programme de mise à niveau de la zone. Réhabilitation et réfection de la voirie, amélioration des réseaux d’électricité, d’eau potable et d’assainissement, remise en état du système d’éclairage public et anti-incendie et implantation de service médical et de sécurité étaient au programme. Mais, ce projet de 69 millions de DH a été abandonné à mi-chemin. Ceci était dû en partie au retard dans le recouvrement de la contribution des attributaires au lotissement Al Wafae et dont les titres fonciers sont déjà remis à leurs bénéficiaires. Certains entrepreneurs refusaient toute participation au financement de la mise à niveau de la zone, car ils estimaient avoir acquis des lots de terrain supposés être aménagés, équipés et dotés de toutes les conditions nécessaires pour accueillir des projets d’investissement.

    ■ Des partenaires insolvables
    Pour rappel, la ZI Bensouda se décompose en deux tranches: Al Wafae et Annamae, couvrant respectivement 53,6 et 115,4 hectares de superficie. Ils abritent différents secteurs d’activité: agroalimentaire, textile et confection, chimie et parachimie, construction et menuiserie, industrie métallique et métallurgique, électricité et électronique, services. Leur programme de réhabilitation, version 2, est fondé sur de nouvelles bases, mais surtout des partenaires solides (gouvernement, communes et industriels). Initiée par la CCIS, la nouvelle restructuration de la ZI de Bensouda devait coûter 21,5 millions de DH, mais l’amicale du quartier industriel n’a pas débloqué sa participation (6,5 millions de DH). «Faute de quoi, nous avons été contraints de ne prendre en charge que la réfection des principaux accès, à hauteur de 12 millions de DH et l’éclairage public pour 2 millions de DH. Soit un total de 14 millions de DH financés par le ministère de l’Industrie», explique Hamza Benabdallah, trésorier de la CCIS Fès-Meknès.

    ■ Chiffonniers, chiens errants, pâturage… un lot quotidien
    Au quartier industriel Bensouda, l’inexistence de trottoirs représente également un danger pour les piétons, d’autant plus que la zone est très fréquentée par les poids lourds. Irrités par cette situation, les industriels réclament l’évacuation des abords des routes occupés par les ferrailles abandonnées provoquant la détérioration des voiries. «L’autre problème est celui de l’invasion des chiens errants», dénoncent-ils. Ces animaux squattent pratiquement tout le périmètre de la zone, constate L’Economiste. Il en est de même pour les vagabonds et chiffonniers, ou encore des troupeaux de moutons. Au pâturage clandestin s’ajoutent les charrettes qui viennent déposer des détritus et ordures de tous genres. Une image qui décourage l’arrivée de nouveaux investisseurs. A noter qu’à Fès, certaines zones ne sont valorisées qu’à hauteur de 60%, alors que les opérateurs revendiquent la création de nouvelles plateformes.

    ■ Seuls 2.000 postes d’emploi créés sur les 12.000 projetés
    Sur 850 lots répartis dans la ZI Bensouda, il y a 372 lots qui ont été dédiés à l’industrie, 3 lots au marché de gros, 6 lots à la pépinière de jeunes promoteurs, 451 lots au recasement des ferrailleurs, et 5 lots ont été prévus pour la technopole à Annamae. Une étude sur l’état des lieux de ladite zone avait révélé que seulement 135 unités sont en activité, 46 sont des dépôts et 109 locaux fermés et près de 30% du total des lots sont mis en vente. De même, l’étude indiquait que la destination initiale des lots industriels n’est pas respectée puisque de nombreux lots sont utilisés pour le dépôt, le stockage ou l’installation de services. Ceci révèle que les usines en activité représentent un peu moins du tiers de la zone. Ainsi, beaucoup de lots restent encore non utilisés par leurs propriétaires. Une enquête menée par les autorités avait montré que la destination initiale des lots industriels n’est pas respectée, puisque de nombreux lots sont utilisés pour le dépôt, le stockage ou l’installation de services. Dans cette zone, 12% des entreprises sont des dépôts. Ainsi, sa réalisation n’a permis que 2.000 postes d’emploi sur les 12.000 projetés.

    De notre correspondant permanent, Youness SAAD ALAMI

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc