×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    Il y a 50 ans, l’homme a marché sur la lune

    Par L'Economiste | Edition N°:5560 Le 19/07/2019 | Partager
    Guerre de prestige entre les USA et l’URSS
    Reprise des missions habitées en 2024
    apollo_xi.jpg

    «C'est un petit pas pour l'homme mais un bond de géant pour l'Humanité». Cela fera cinquante ans, ce dimanche 21 juillet que le plus célèbre des astronautes, Neil Armstrong, aura prononcé cette phrase d'anthologie au moment même de fouler le sol lunaire. Il est le premier homme à avoir  marché sur un astre qui alimentait les fantasmes de l’Homme depuis des siècles. L’événement a été suivi en direct par environ 650 millions de téléspectateurs de par le monde faisant entrer les Etats-Unis à la place de première puissance mondiale.

    Un beau pied de nez pour leur ennemi juré, l'URSS. En 1969, le contexte politique mondial est plus que glacial entre les deux puissances et tous les secteurs d'activité sont devenus un moyen d'asseoir la supériorité de l'une ou de l'autre puissance.

    Les Soviétiques avaient marqué un coup d'avance avec l'envoi du premier homme dans l'espace, Youri Gagarine le 12 avril 1961. Pour rattraper le retard, une pression énorme reposait sur les épaules des membres de l'équipage d'Apollo 11. L'échec n'est pas permis. Objectif: damner le pion aux Soviétiques dans cette course effrénée à la Lune.  Le 16 juillet 1969, à 13h32 GMT, le sol de Cap Kennedy tremble. Le décompte du directeur de la salle de contrôle est terminé, les propulseurs de la fusée Saturn V (lanceur  développé par la NASA pour le programme Apollo) grondent et le module s'élève.

    Les télévisions du monde entier sont venues couvrir cet événement. Deux jours de voyage sont nécessaires au module Columbia pour atteindre son objectif final. Ce lundi 21 juillet 1969, trois astronautes avaient rendez-vous avec l'Histoire.  Après un alunissage mouvementé, dans la mer de la tranquillité, ils font leurs premiers pas sur la Lune Pour Neil Armstrong à 2:56:20 GMT (le 20 aux États-Unis, 20h 56min 20s à Houston) puis Buzz Aldrin un quart d'heure plus tard. Michael Collins est resté seul en orbite. Il les surveille d'un coin d'hublot. Le passage d'Armstrong et d'Aldrin sur la lune est à jamais marqué dans les mémoires. Afin d'asseoir leur supériorité, les Américains n'hésitent pas à planter la bannière étoilée sur le sol lunaire. Pour célébrer cet événement, le président Nixon les félicite directement par téléphone.

    Les deux hommes vont passer près de 21 heures sur la lune mais leur sortie ne dépasse pas deux heures. Le 24 juillet, la mission Apollo 11 touche à sa fin. Les trois membres de l'équipage ont amerri sains et saufs dans l'océan Pacifique. Le bouclier thermique a bien résisté.

    Les astronautes sont récupérés par le porte-avion Hornet. Pour éviter toute contamination par des bactéries extraterrestres, les astronautes sont ensuite placés en quarantaine. Ils retrouvent la liberté au bout d'une vingtaine de jours. Lancé par le président John Kennedy le 25 mai 1961, le programme Apollo ouvre la voie à d'autres missions humaines sur la Lune.

    Dès novembre 1969, Apollo 12 se lance à son assaut et réussi un alunissage parfait. Mais l'autre mission qui marquera les esprits est certainement Apollo 13. L'un des plus célèbres échecs de l'histoire spatiale qui a failli  coûter la vie aux trois astronautes qui participaient à la mission.

    Le 17 avril 1970, Jim Lovell, John Swigert et Fred W.Haise faisaient un retour miraculeux sur Terre après qu'un des réservoirs d'oxygène de leur vaisseau ait explosé, les obligeant à se réfugier dans le module lunaire. Le programme Apollo prendra fin en 1975. Cependant les Etats -Unis ont annoncé en juin dernier le retour de missions habitées vers l’espace. La NASA envisage, en effet, d’envoyer sur la lune des équipements en 2020 et 2021, préalablement au retour d'astronautes programmés en 2024 dans le cadre du programme Artémis.

    A.Bo

                                                                                       

    Des camps d’été US pour les scientifiques en herbe

    nasa_060.jpg

    Il y a 50 ans, les astronautes d’Apollo 11 décollaient pour la lune. Une date à la mémoire de laquelle l’ambassade des Etats-Unis à Rabat organise pour la troisième année consécutive ses camps d’été baptisés «My Summer of Discovery», avec en prime la participation active d’une ex-ingénieure de la NASA. Un moyen de pousser les jeunes à investir davantage les métiers de la science, mais également à oser entreprendre.

    Ces camps d’apprentissage, à la fois ludiques et pédagogiques, bénéficieront à près de 140 marocains âgés entre 14 et 17 ans. S’étalant du 14 juillet au 24 août sur trois sites – El Harhoura, Agadir et Tinghir – ils ont été organisés par trois associations dont notamment l’association des scouts marocains, ou encore, l’association de communication pour l’animation éducative et culturelle.

    Côté programme, les participants pourront consolider leurs compétences et améliorer leurs connaissances dans le domaine scientifique en prenant part à des ateliers de coding et de programmation ainsi qu’à des workshops d’initiation aux technologies actuelles.

    Mais pas seulement. Ils profiteront également des précieux conseils d’un ancien ingénieur de la NASA, le docteur Ayanna Howard, laquelle animera en personne plusieurs ateliers de robotique. L’experte de renommée mondiale s’est notamment fait connaître en contribuant à la conception du programme Mars Rover de l’agence gouvernementale américaine.

    Enfin, cette nouvelle édition fera également la part belle à l’entrepreneuriat. Sont ainsi prévus des cours de créativité ainsi que des séances d’identification et de développement de soft skills.
    K.A.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc