×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Chimie-parachimie: La météo s’éclaircit

    Par Nadia DREF | Edition N°:5559 Le 18/07/2019 | Partager
    Les écosystèmes drainent 1,7 milliard de DH d’investissement
    5.000 emplois prévus, soit 40% des objectifs fixés pour 2020
    Une nouvelle zone industrielle pour grandes unités à Berrechid
    chimie_parachimie_059.jpg

    Le secteur ambitionne d’attirer des groupes internationaux de premier rang en complémentarité avec l’offre existante. Un chantier suivi par l’AMDIE

    A 18 mois de la fin du contrat-programme avec l’Etat dans le cadre du PAI, le secteur de la chimie renferme de grandes possibilités de développement. A mi-parcours, les premiers résultats de la mise en œuvre des écosystèmes de la chimie (hors OCP), démarrée début 2018, sont là.

    «Il y a une bonne dynamique du secteur. 40% des objectifs ont été réalisés mais il y a un potentiel latent qui reste à développer surtout en matière de valorisation de l’amont agricole et des plantes aromatiques», relève Abdelkebir Moutawakkil, président de la Fédération de la Chimie et de la Parachimie (1).

    A ce jour, 31 projets sont retenus mobilisant 1,7 milliard de DH d’investissements. Le fonds de développement industriel et des Investissements apporte 201 millions de DH pour la chimie verte et Maroc PME contribue à hauteur de 502 millions de DH. Le reste provient d’autres mécanismes de financement (banques, fonds propres…). Les projets identifiés permettront la création de 5.000 emplois directs et stables à l’horizon 2020, soit 40% des objectifs fixés dans le cadre des écosystèmes chimie.

    Par région, Casablanca-Settat concentre la moitié des projets drainant 70,5% des investissements (1,27 milliard de DH pour 2.700 emplois). Elle est suivie de loin par Fès-Meknès (4 projets /59,73 millions de DH/362 emplois), Marrakech-Safi (4 projets/23 millions de DH/154 emplois) et Souss-Massa (3 projets/13,42 millions de DH/913).

    Le reste est réparti entre Rabat-Salé-Kénitra (2 projets/34,44 millions de DH/454 emplois), Guelmim-Oued Noun (1 projet/236,30 millions de DH/220 emplois), l’Oriental (1 projet/38,57 millions de DH/220 emplois) et Tanger-Tétouan-Al Hoceïma (1 projet/20 millions de DH/9 emplois). Ces chiffres ont été présentés par le cabinet Etic Consult retenu par les industriels de la chimie et de la parachimie pour accompagner la mise en œuvre des écosystèmes durant la période 2018-2020.

    Les écosystèmes du secteur visent la création de 12.430 emplois directs stables et 20.570 indirects à l’horizon 2020. Ils généreront un chiffre d’affaires additionnel de 14,6 milliards de DH et une valeur ajoutée supplémentaire de 3,8 milliards de DH. Côté export, les deux écosystèmes chimie (organique et verte) devront générer 9,8 milliards de DH de revenus additionnels.

    Pour appuyer la réussite de ces chantiers, des mesures transverses ont été définies. En matière de foncier, une commission a été créée pour la mobilisation de 99,6 hectares. L’accent sera mis sur la recherche de foncier classe I, localisé dans les axes recommandés pour chaque filière, accessible au réseau routier et mobilisé en locatif et à un coût compétitif.

    La demande est très pressante sur le voisinage du Grand Casablanca qui souffre d’un manque chronique de terrains industriels de première et deuxième classe. Pour y répondre, la fédération a identifié un site à Berrechid plus précisément au sein de la commune rurale de Sidi El Mekki. C’est un chantier sur lequel la corporation travaille depuis plusieurs années, axé sur la création d’une nouvelle zone industrielle de première catégorie, susceptible de drainer des entreprises du secteur et d’accueillir des unités délocalisées.

    La formation n’est pas en reste. La fédération compte faire appel aux principaux établissements de formation professionnelle et de l’ingénierie. Par ailleurs, la fédération travaille, en partenariat avec les banques, sur une offre intégrée de financement d’investissement et d’exploitation pour la réalisation des projets de développement des entreprises.

    Une première convention vient d’être signée avec la BCP dédiée aux projets issus des écosystèmes. Ce package propose plusieurs avantages adaptés à la durée et à la nature des projets de la chimie et de la parachimie. Maroc PME et la CCG sont également mises à contribution.

    Quatre études lancées

    La Fédération a lancé quatre études. La première porte sur l’établissement de la monographie du secteur de la chimie et de la parachimie. Les résultats sont attendus à la fin du 3e trimestre. La deuxième s’articule autour des établissements classés et le dahir 1914. La troisième concerne la communication autour des écosystèmes. La quatrième vise à identifier les terrains industriels pour les établissements classés dans la région Casablanca-Settat.

    Nadia DREF

    -----------------------------------------------

    (1) Lors d’une journée organisée à l’occasion de l’Assemblée générale tenue le 16 juillet à Casablanca.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc