×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    International

    La crise du Soudan

    Par L'Economiste | Edition N°:5558 Le 17/07/2019 | Partager
    Les négociations se poursuivent
    soudan_manifs_058.jpg

    Les Soudanais manifestent encore, agitant des drapeaux et scandant des slogans révolutionnaires. Ces rassemblements surviennent alors qu'un accord est attendu entre les militaires au pouvoir au Soudan et les meneurs du mouvement de contestation qui secoue ce pays depuis plusieurs mois.

    Cet accord doit formaliser le principe d'un partage du pouvoir entre les deux parties pendant une période de transition d'environ trois ans. Mais les négociations, qui ne sont pas encore achevées, ont été reportées à deux reprises la semaine dernière, à la demande des contestataires. Une nouvelle rencontre était prévue mardi.

    Le 3 juin 2019, 136 personnes ont été tuées lors du raid brutal mené sur le campement de manifestants installé depuis avril devant le siège de l'armée, selon un comité de médecins proche de la contestation, cité par l’AFP. Les autorités parlent de 71 morts. Immédiatement après le drame, les autorités avaient imposé le blocage total de l'internet mobile dans le pays. Mais avec sa levée cette semaine, des dizaines de vidéos sont devenues virales. Le Conseil militaire de transition a ordonné l'ouverture d'une enquête sur les violences, mais les conclusions n'ont pas encore été rendues publiques.

    Des dizaines de personnes avaient déjà été tuées dans la répression des manifestations lancées le 19 décembre, après la décision du gouvernement de tripler le prix du pain. Le mouvement avait pris une tournure politique en réclamavnt la chute du président Omar el-Béchir, destitué et arrêté le 11 avril par l'armée après trois décennies au pouvoir.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc