×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    Entrepreneuriat social: Cartier valorise les startupeuses de talent

    Par Karim Agoumi | Edition N°:5558 Le 17/07/2019 | Partager
    La 13e édition de sa compétition Women’s Initiative vient d’être lancée
    100.000 dollars et une année de coaching spécialisé à la clé
    La Marocaine Zineb Agoumi parmi les lauréates 2019
    zineb_agoumi_058.jpg

    Les Cartier Women’s Initiative’s 2020 viennent d’être lancés. Une compétition qui récompense et accompagne les startupeuses à fort impact social et dont la Marocaine Zineb Agoumi compte parmi les sept lauréates de l’édition 2019
    (Ph. Fadwa AL Nasser)

    Pousser les femmes à entreprendre. C’est dans cette optique que le leader de la haute joaillerie Cartier vient de lancer la 13e édition des Cartier Women’s Initiative 2020. Une compétition destinée à valoriser des startupeuses de talent provenant des quatre coins de la planète et qui a compté l’année dernière une Marocaine – Zineb Agoumi – parmi ses lauréates.

    Le concours, initié en partenariat avec l’Insead, s’adresse aux femmes leaders détenant un projet à fort impact social pour la société et l’environnement. «L’entreprise associée au projet présenté doit néanmoins être en phase initiale de développement avec à son actif plus d’une année d’activité et doit générer du revenu depuis au moins douze mois», précise par ailleurs Meng Xu, chef de projet Senior à Cartier International.

    Autre critère d’éligibilité tout aussi important, pas plus de deux millions de dollars de levée de fonds dilutifs. Les participantes, provenant de 7 régions du monde parmi lesquelles l’Amérique latine, l’Europe ou encore l’Afrique du Nord, seront évaluées par un jury de près de 35 chefs d’entreprise, investisseurs et entrepreneurs (à raison de cinq membres par région).

    Parmi leurs critères de sélection notamment, la viabilité financière du projet, le degré de leadership de la startupeuse, les moyens déployés pour parvenir à atteindre ses objectifs ou encore les avantages du produit.

    Côté étapes, la compétition n’en est pour le moment qu’à sa première phase, l’appel à candidature, qui s’achèvera le 14 août. «Nous communiquons pour recevoir le maximum de candidates possibles. L’année dernière, nous avons reçu plus de 2.900 inscriptions», lance avec enthousiasme Meng Xu. Pour participer, les intéressées peuvent d’ores et déjà remplir le formulaire disponible sur l’adresse https://application-form.cartierwomensinitiative.com.

    «Les dossiers doivent être intégralement rédigés en anglais», précise la responsable. Par la suite, après une présélection sur dossier qui permettra de retenir près de 70 candidates en octobre, 21 finalistes seront soigneusement sélectionnées d’ici fin décembre. Elles seront alors accompagnées par des coachs spécialisés jusqu’à leur pitch face au jury prévu pour le mois de mai 2020.

    Les sept lauréates recevront la bagatelle de 100.000 dollars. Quant aux 14 finalistes restantes, elles décrocheront également un financement d’une valeur de 30.000 dollars. Autre gain particulièrement valorisant, un coaching d’une année pour accompagner la croissance de leur entreprise ainsi que l’accès à une bourse pour prendre part au programme exécutif «Entrepreneuriat social» de l’Insead.

    Parmi les lauréates 2019 de ce grand concours, la Marocaine Zineb Agoumi a su convaincre le jury avec sa machine de rééducation EzyGain permettant à des patients atteints d’AVC ou de maladies neurodégénératives de «remarcher» via un tapis roulant connecté à un harnais. «Mon invention permet de maintenir le patient en position verticale afin qu’il puisse réapprendre à marcher tout en allégeant sensiblement son poids au besoin», explique la co-fondatrice du projet.

    «L’originalité d’EzyGain tient au fait que la machine est entièrement connectée pour pouvoir transmettre de précieuses données aux médecins», ajoute l’entrepreneuse. Autre point fort de cette invention des plus utiles, une application de jeux de rééducation afin de pouvoir motiver le patient et retenir son attention durant l’effort.

    Karim AGOUMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc