×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Transport routier: La formation des chauffeurs bradée

    Par Khadija MASMOUDI | Edition N°:5558 Le 17/07/2019 | Partager
    Le ministère de l’Equipement a réduit le volume horaire d’un mois à 10 jours!
    13 jours seulement pour les conducteurs de véhicules de transport en commun
    «Cette formation n’est pas prise au sérieux», critiquent des opérateurs

    Les chauffeurs de véhicules de transport de marchandises et de transport en commun de personnes ont finalement obtenu gain de cause. Le ministère de l’Equipement a revu à la baisse le nombre d’heures de formation de qualification initiale minimale obligatoire. L’arrêté vient d’être publié au Bulletin Officiel n° 6794.

    Cette formation leur permet de décrocher le sésame «la carte professionnelle» exigé par le Code de la route. Mais son objectif est d’assurer des connaissances minimales au-delà de celles acquises par la détention du permis de conduire. Le programme dédié aux conducteurs de véhicules de transport de marchandises passe à 80 heures, dont 4 heures de conduites individuelles. Ce qui représente 10 jours de formation à raison de 8 heures par jour.

    Auparavant, un mois de formation dont 7h30 mn de conduite individuelle était requis.  Le département de Amara a donc réduit de manière «drastique» le volume horaire pour ce volet considéré stratégique dans la réduction de la sinistralité.

    Pareil pour les conducteurs de véhicules de transport en commun de personnes. Le volume horaire minimum de la formation de qualification initiale passe de 210 heures à 102 heures, dont 5 heures et demie de conduite individuelle. Seuls 13 jours de formation sont aujourd’hui nécessaires contre 6 semaines auparavant!

    Le département de l’Equipement a certes répondu aux doléances des professionnels, mais cette décision ne passe pas. Surtout que le «lifting» vise des volets stratégiques comme le perfectionnement à la conduite rationnelle axée sur les règles de sécurité pour le transport en commun des personnes qui nécessitera 41 heures contre 133 heures auparavant.

    La mise en œuvre des principes de prévention des risques physiques, des règles de sécurité routière et environnementale pour les conducteurs de véhicules de transport de marchandises sera assurée en 16 heures de cours contre 30 heures 30 mn auparavant.

    «C’est grave puisque la sécurité est en jeu. Ces réductions concernent la formation initiale de qualification et il faut s’attendre à ce que les notions importantes soient survolées », souligne un opérateur. Pour d’autres ces changements soulèvent plusieurs interrogations: sur quelle base ces modifications se sont-elles appuyées? Cela ne risque-t-il pas d’affecter la formation et la maîtrise?

    La mise à niveau des conducteurs à travers la formation qualifiante et continue constitue un axe important de la lutte contre les accidents de la route. Mais elle a souvent soulevé les protestations des chauffeurs et de certains de leurs employeurs.

    «Les chauffeurs risquaient leur emploi pour se plier aux exigences sur la formation puisqu’ils faisaient parfois l’objet de licenciement. Le ministère a réduit le nombre de jours de formation pour leur permettre un retour rapide au travail. Une décision qui risque aussi d’avoir des impacts sur la formation privée», souligne une source.

    Depuis le lancement du processus, plus d’une vingtaine d’entreprises se sont mises à la formation des chauffeurs. Agréées par le ministère de l’Equipement, elles assurent aux côtés de l’Office de la formation professionnelle des formations qualifiantes initiales minimales et la formation continue. «Les écoles pourraient compenser les baisses de volumes horaires en formant beaucoup plus de personnes. Mais nous avons l’impression que cette formation n’est pas prise au sérieux», soutiennent des opérateurs.

    Les calendriers réglementaires

    Le calendrier de la première formation continue des chauffeurs professionnels a également connu quelques changements. Pour les chauffeurs de taxi et le transport touristique, il court de janvier 2012 au 31 décembre 2023. Pour les autres catégories de conducteurs, le calendrier est fixé de janvier 2012 au 31 décembre 2024. Dépassé ces délais, aucun chauffeur professionnel ne se verra renouveler sa carte et ne pourra donc exercer.

    Khadija MASMOUDI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc