×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Tourisme: Alerte sur les arrivées et nuitées!

    Par Amin RBOUB | Edition N°:5556 Le 15/07/2019 | Partager
    Une contre-performance de 2,4% en mai
    Les nuitées ont chuté de 15%
    Seules les recettes se stabilisent (+1,2%)
    tourisme_arrivees.jpg

    Recul de 2,4% des arrivées en mai. Hollande, Belgique, Espagne et la France ont affiché des baisses respectives de -5%, -3%, -4% et -3%

    Le spectre de la baisse des arrivées de touristes refait surface. Après une tendance haussière, inscrite plusieurs mois dans la durée, la destination Maroc enregistre une contreperformance tant sur les arrivées (-2,4%) que sur les nuitées dans les établissements hôteliers classés (-15%). Fort heureusement, le nerf de la guerre que sont les recettes se stabilisent. En effet, les recettes ont enregistré une légère hausse de 1,2%. Selon l'Office des changes, les recettes se sont établies à 27,85 milliards de DH à fin mai dernier. Pour le ministère du Tourisme, il n'y a pas de quoi s'inquiéter: les indicateurs baissiers s'expliquent par la périodicité creuse habituelle lors du mois de Ramadan.
    Mais cette fois-ci, il y a une particularité. La baisse des arrivées concerne aussi bien les touristes étrangers de séjour (TES) que les Marocains résidant à l'étranger (MRE). Les TES affichent une baisse d'à peine 1%, alors que les MRE reculent de 8%. D'habitude, certaines communautés marocaines basées à l'étranger privilégient des séjours au Maroc pendant le mois de Ramadan. C'est le cas notamment des ressortissants en Italie.

     

    toursim_nuitees.jpg

    Une contre-performance de 15% dans les établissements d'hébergement classés. Les nuitées ont enregistré une baisse de 27% pour le touriste interne (résident) et -11% chez les non-résidents. Marrakech et Agadir sont les plus touchées avec des reculs respectifs de 8 et 20%

    Autre constat, sur les principaux marchés émetteurs, les résultats sont  assez contrastés. La Hollande, la Belgique, l'Espagne et la France ont affiché des baisses respectives de -5, -3, -4 et -5%. En revanche, sur la même période, des marchés comme le Royaume-Uni, les Etats-Unis, l'Allemagne ou encore l'Italie ont enregistré des hausses respectives de +12%, +11%, +2% et +4%.  Sur le registre des nuitées, les données telles que communiquées par les professionnels de l'hébergement touristique classé font ressortir une baisse de 15% (contre -11%) sur le même mois de 2018. Mais si les touristes non résidents ont accusé une baisse de 11%, le résident (touriste interne) lui affiche une contreperformance de l'ordre de 27%. Il faut dire que le Marocain n'aime pas trop voyager pendant le mois de jeûne. 
    Par répartition géographique, les destinations locomotives (Marrakech et Agadir) ont enregistré un recul respectif en termes de nuitées (de 8% pour la ville ocre et 20% pour le chef lieu du Souss). Autres baisses significatives sur le même mois, celles de Tanger (-16%), Fès (-11%) ou encore Casablanca (-10%). 
    Sur les cinq premiers mois de l'année, la situation est moins inquiétante. En effet, de janvier à mai derniers, le volume des arrivées aux postes frontières a progressé de 4,6% par rapport à la même période en 2018. Sur cette période, pratiquement tous les marchés émetteurs sont sur un trend haussier en termes d'arrivées: Etats-Unis (+14%), Italie (+12%), France (+7%), Espagne (+7%), ou encore l'Allemagne (+7%). Autres marchés qui s'inscrivent à la hausse, mais dans de moindres proportions: la Hollande (+5%), la Belgique (+4%), le Royaume-Uni (+6%)...
    Le volume global des nuitées sur les cinq premiers mois de l'année affiche une légère croissance de 2%. Bien évidemment, les deux pôles touristiques (Marrakech+Agadir) absorbent l'essentiel des nuitées (58%) en 5 mois. Ce qui représenté des hausses respectives de 5 et 2%. Les hôtels de la capitale du Détroit (Tanger) affichent une hausse de 6%. Quant à Casablanca et Rabat, elles sont dans le rouge (-2% chacune). 

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc