×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Conteneurs: TangerMed assure la domination en Méditerranée

    Par Ali ABJIOU | Edition N°:5553 Le 10/07/2019 | Partager
    rachid_houari_5553.jpg
    TangerMed II place le Maroc en tête du classement des ports méditerranéens en termes de capacité pour conteneurs, selon Rachid Houari, directeur du port (Ph. Bziouat)

    Avec le complexe portuaire TangerMed, le pays s’assure un contrôle sur le commerce maritime dans cette étendue méditerranéenne et dépasse des puissances maritimes en la matière comme la Grèce et l’Espagne. Il ne faut pas non plus oublier le port de Nador WestMed à uniquement 300 km, qui pourrait être appelé à devenir la future extension du complexe et à étendre la domination du Maroc sur les routes maritimes méditerranéennes. Comme l'explique dans cet entretien Rachid Houari, directeur des ports TangerMed I et II. 

    - L’Economiste: Le port TangerMed entame une nouvelle ère en devenant le premier port de la Méditerranée. Dans les faits, qu'est-ce que cela signifie?
     - Rachid Houari: Dans le monde, il existe 500 ports qui font du conteneur. Sur cette liste, il y a un top 100  sur lequel nous sommes premiers de l’Afrique depuis 3 ans avec un volume traité de 3,5 millions et demi de conteneurs EVP. Nous sommes arrivés à dépasser les ports de Durban en Afrique du Sud et Port Said en Egypte qui enregistrent des volumes moyens de l’ordre de 3 millions de conteneurs. Ce sont des ports avec une grande expérience, et parmi d'autres en opération depuis 30 ou 40 ans, des références que nous avons dépassées en très peu de temps, moins de 7 ans. Un temps record.
    Avec TangerMed II, nous avons placé la barre encore plus haut avec six millions de conteneurs de capacité supplémentaire. De la sorte, TangerMed devient le premier port à l’échelle de l’ensemble de la Méditerranée en termes de capacité. Maintenant, nous nous comparons à des ports du sud de la France, de l’Italie, de la Grèce ou de l’Espagne, de grandes nations maritimes que nous avons aussi dépassées en capacité de traitement de conteneurs. 

    Efforts de productivité, 
    anticipation,...

    - Quel est l’ingrédient secret de cette réussite?
    - D'abord, par la position géographique incomparable, à la croisée des grandes lignes maritimes internationales et une connectivité avec plus de 186 ports dans le monde. Ensuite, par les flux traités. TangerMed I, qui a une capacité mathématique et physique de 3 millions de conteneurs, a réussi à en traiter 15% de plus, par le biais d’efforts de productivité en passant de 3 à 3,5 millions de conteneurs. Avec TangerMed II, nous avons anticipé la construction de la deuxième phase en 2009 alors que le monde maritime était en crise. Ce qui nous a permis de disposer d'une bonne longueur d’avance et augure aux nouvelles installations un futur tout aussi glorieux. 
     
    - Quelle est la prochaine étape pour TangerMed II?
     - Maintenant, il faut passer de la capacité au remplissage. Pour cela, nous avons confiance dans nos opérateurs, armateurs et en nos installations. TangerMed a pu se remplir en six ans. Il n’est pas impensable de prévoir le remplissage de TangerMed II en six à dix ans. A ce moment-là, nous rentrerons dans le top 20 mondial en termes de trafic avec plus de 9 millions de conteneurs.

    Attirer du trafic et grandir ensemble 

    - Existe-t-il des possibilités d’extension? Peut-on prévoir un TangerMed III?
    - L’idée est intéressante et attirante et rien ne nous interdit d’y réfléchir dans le futur. Toutefois, TangerMed est déjà impliqué dans le futur port de Nador WestMed qui est uniquement à 300 km d’ici, soit à un jet de pierre à l’échelle maritime. Ce port pourrait être appelé à devenir la future extension du complexe et à étendre la domination du Maroc sur les routes maritimes méditerranéennes.
     
    - Comment affectera cette montée en puissance les relations avec Algésiras, le voisin-concurrent du Nord?
    - Nos relations sont, depuis très longtemps, très bonnes avec Algésiras. Une partie non négligeable de notre activité nous oblige d’ailleurs à être partenaires. Nous partageons avec le port espagnol un trafic de près de 3 millions de passagers et de 330.000 camions par an avec, en outre, près de 10.000 escales par an entre Tanger et Algésiras. Des conventions de partenariat ont d’ailleurs été signées, la première en 2007 et la dernière encore plus importante et globale en février 2019.
     
    - Et en matière de conteneurs?
    - Sur  la partie conteneurs, Algésiras est présenté, quelquefois à tort, comme concurrent. Le port TangerMed a été ouvert en 2007 et a atteint les 3 millions de conteneurs et demi en 2018. Sur la même durée, le port d’Algésiras est passé de 3 millions de conteneurs à 4,5 millions. La conclusion est que le marché est suffisamment grand pour que les deux ports puissent attirer du trafic et grandir ensemble. Ce qui permet de rendre le détroit comme un point de passage très compétitif et attractif pour le trafic maritime. Mais TangerMed conserve toujours une bonne longueur d’avance avec une croissance plus rapide et aujourd'hui une capacité deux fois plus grande.

     2018, l'une des meilleures cuvées

    tangermed_conteneurs_5553.jpg
     (Ph. Bziouat)

    LE complexe portuaire TangerMed a enregistré en 2018 l’une de ses meilleures cuvées. En valeur, le port a vu transiter par ses quais l’équivalent de 139 milliards de DH en marchandises vers l’export, soit un peu plus de 50% du total des exportations du pays, selon l’Autorité portuaire TangerMed, TMPA. Ce score place le port comme premier point de transit des exportations nationales.
    Le tonnage global manutentionné pour l'année dernière a dépassé les 52,2 millions de tonnes, en évolution de 2% par rapport à l'année d’avant pour un total en valeur de 317 milliards  de DH.
    En matière de conteneurs, le cœur de métier du port et l’une de ses premières activités, le volume a dépassé les 3,47 millions de conteneurs, soit une croissance de 5%. 

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc