×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 186.066 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 230.556 articles (chiffres relevés le 28/5 sur google analytics)
Economie

La dollarisation de la dette du Trésor en marche

Par Franck FAGNON | Edition N°:5548 Le 03/07/2019 | Partager
Sa part est passée de 17% en 2015 à 29% au premier trimestre 2019
L'objectif est de coller le plus possible au panier de cotation du dirham
L'encours de la dette a baissé de 1,4% à 146 milliards de DH

 

tresore.jpg

Depuis le réajustement du panier de cotation du dirham avec le renforcement du poids du dollar à 40%, le Trésor tente de rapprocher le plus possible le poids de la dette libellée dans la devise américaine de ces niveaux

Si la sortie du Trésor à l'international cette année est toujours maintenue, le ministère des Finances reste peu loquace sur le timing et la devise dans laquelle l'opération sera réalisée. Plusieurs éléments seront pris en compte, surtout le coût. Ceci dit, le ministère des Finances pourrait aussi bien vouloir accélérer la convergence de la structure de la dette du Trésor vers le panier de cotation du dirham. A ce titre, au moins une des deux levées programmées en 2019 et 2020 pourrait s'effectuer sur le marché dollar. 
Après le réajustement du panier de cotation en 2015, la part de l'euro avait été ramenée à 60% et celle du dollar relevée à 40%. Ce changement de pondération impose d'augmenter le poids de la dette en dollars pour lisser les effets de change. Le Trésor s'y est attelé ces dernières années en relevant la part de la dette libellée en dollars de 17% en 2015 à 29% au premier trimestre 2019. La dette en euros, elle, a été ramenée de 76% à 63%. L'encours de la dette du Trésor a totalisé 146 milliards de DH à fin mars, en baisse de 1,4% sur trois mois. Entre janvier et mars, le Trésor a mobilisé 1 milliard de DH et a remboursé 3 milliards de DH. En tout, 55% de l'encours de la dette sont détenus par les institutions internationales et 29% par le marché financier international. L'exposition des créanciers bilatéraux au risque souverain marocain est de 23 milliards de DH, soit 16% de l'encours. Par ailleurs, 2/3 de la dette ont été souscrits à taux fixe. 
En phase d'investissement, plusieurs établissements et entreprises publics ont recours à des financements extérieurs pour financer leurs projets. Ils ont levé 3,3 milliards de DH au premier trimestre. En tenant compte d'un remboursement de 2,5 milliards de DH, l'encours de la dette extérieure des établissements et entreprises publics s'est établi à 180 milliards de DH. 
 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc