×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Marquage fiscal: Sicpa prête au combat

    Par Abashi SHAMAMBA | Edition N°:5548 Le 03/07/2019 | Partager
     eric_besson.jpg

    Eric Besson, président de Sicpa Maroc: «Nous ne vendons pas de simples concepts visuels, mais bien des technologies» (Ph. Sicpa)

    La convention qui lie la filiale du groupe suisse Sicpa à l’Administration des Douanes pour assurer le marquage fiscal des produits soumis à la TIC, arrive à échéance le 31 décembre 2019. Un appel d’offres a été lancé pour désigner le futur prestataire. L’ouverture des plis est prévue le 1er août. Plusieurs groupes internationaux se sont positionnés, mais Sicpa Maroc est décidée à défendre son territoire. Son président, Eric Besson, explique les atouts de la société dans cette compétition.  

    - L’Economiste: Si vous deviez ressortir trois points essentiels de l’expérience de Sicpa au Maroc, quels seraient-ils?
    - Eric Besson: Il nous semble juste tout d’abord de saluer le grand professionnalisme des agents de l’Administration des Douanes. Leurs compétences leur ont permis de rapidement s’approprier la solution et d’être une force de proposition pour des améliorations que nous avons pu ensuite intégrer. 
    Autre point important, l’écart de technicité industrielle entre les sites de production qui a nécessité une adaptation de nos équipements et de nos process. Nous avons donc également beaucoup appris grâce aux producteurs. Enfin, l’obligation de ne laisser aucun produit sans marquage constituait pour nous, dans un milieu industriel complexe et au tout début de l’expérience, un challenge technique et humain. Cette contrainte forte ne devait de plus en aucun cas impacter d’une manière significative la productivité des sites. Challenge réussi.
     
    - Sur quels aspects la relation avec la douane ainsi qu’avec les entreprises soumises au marquage fiscal peut-elle être améliorée?
    - Les technologies évoluent constamment. Sicpa a fait de l’innovation une valeur centrale et a d’ailleurs regroupé de nombreux ingénieurs et talents locaux dans son hub de Casablanca. Il y aura donc toute une gamme de mises à niveau dans nos futures propositions. Certaines seront invisibles pour le public, mais amélioreront les données et les renseignements mis à la disposition des autorités, ce qui renforcera leur application. D’autres seront plus évidentes et seront destinées aux entreprises et aux consommateurs finaux. Ils disposeront ainsi d’informations sur les produits et pourront -s’ils le souhaitent- les contrôler.
     
    - La non reconduction tacite de votre convention apparaît aux yeux de certains observateurs comme une marque d’insatisfaction de la douane de votre partenariat. Quelle est l’analyse qui est faite à ce propos au sein du groupe?
    - Le choix du type de procédure par un pays lui appartient et Sicpa n’a pas à le commenter. Néanmoins, nous n’interprétons pas cela comme un signe d’insatisfaction. Une seconde reconduction tacite n’a d’ailleurs jamais fait partie des termes du contrat initial, a contrario de celle qui a eu lieu il y a 4 ans. L’existence d’un processus concurrentiel nous semble plus important car en mesure de rassurer non seulement les autorités gouvernementales mais aussi les citoyens marocains sur le fait qu’un choix judicieux issu d’une sélection rigoureuse sera fait. 

    - Quels seront vos éléments de différenciation dans la compétition ouverte par l’appel d’offres?
    - Sicpa est probablement le seul fournisseur en mesure d’offrir un système de traçabilité sécurisée moderne qui ait atteint le stade industriel, et ce depuis de nombreuses années et dans un grand nombre de pays. Notre expérience croît avec chaque nouveau projet, ce qui a permis à notre solution d’atteindre une maturité inédite. Ces enseignements rejoignent les travaux de nos chercheurs et ingénieurs pour améliorer constamment la solution. Cette grande expertise se retrouve de plus dans chaque aspect du projet que nous fournissons comme un service de bout en bout. L’Administration des douanes et impôts indirects peut être assurée que nous ne vendons pas de simples concepts virtuels mais bien des technologies qui ont fait leurs preuves et qui seront constamment améliorées.
     
    - Seriez-vous prêt à concéder une baisse tarifaire pour emporter le marché?
    - Nous travaillons actuellement sur les détails de notre offre qui doit-vous vous en doutez- rester confidentielle. Nous avons la ferme intention de faire une offre qui représente un excellent rapport coût/efficacité pour le Royaume et ses citoyens.o


    Au-delà du marquage et du marché marocain

     

    «Notre implantation marocaine revêt un rôle stratégique pour notre présence ici mais aussi plus largement pour notre présence sur le continent: tout d’abord, le Maroc est pionnier en Afrique et il nous semble pertinent de valoriser cette expérience pour rayonner en Afrique de l’Ouest. Ensuite, le pays est riche de nombreux talents connaissant bien le contexte régional. Tout ceci explique pourquoi nous avons implanté ici un hub appelé à rayonner dans le domaine de la traçabilité sécurisée: nos équipes, experts et ingénieurs marocains seront logiquement sollicités pour la mise en œuvre de nos autres projets dans la région. Ils travaillent en lien étroit avec d’autres équipes, notamment en Espagne ou au siège.
     Ces liens étroits avec l’écosystème marocain nous permettent d’étudier de nombreuses collaborations pour sécuriser les chaînes de valeur dans d’autres domaines tels que l’agriculture. La qualité de la production et les volumes des exportations marocaines justifient l’adoption de telles technologies et constituent un exemple pour le reste du continent. Les échanges que nous avons eus lors du récent salon de l’agriculture marocaine (SIAM), avec des acteurs nombreux, aux besoins variés, vont tout à fait dans ce sens. Nous avons perçu un intérêt bien réel de la part d’exploitants qui s’intéressent à nos solutions.
     Nous avons d’autres activités au Maroc, et notamment la fourniture d’encres et d’éléments de sécurité pour les billets de banques. Nous sommes l’un des fournisseurs de Dar As-Sikkah, l’entité de Bank Al-Maghrib en charge de l’impression des billets».

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc