×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Nouveaux modes d’intervention pour l’AFD

    Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5546 Le 01/07/2019 | Partager
    Des partenariats avec des institutions comme la CDG, l’OCP...
    Collaboration avec la NBA pour un projet à l’éco-cité de Zenata

    Avec un engagement annuel de 400 millions d’euros, soit près de 4 milliards de DH, le Maroc est le 1er client de l’Agence française de développement (AFD). L’objectif aujourd’hui est de renforcer davantage les relations avec le Maroc. Son directeur général, Rémy Rioux, en déplacement à Rabat la semaine dernière, a mis l’accent sur la fluidité de la démarche. Lors de la période 2017-2021, l’objectif est d’atteindre un financement de 2 milliards d’euros. Mais, «ce n’est pas uniquement une question de fonds. L’AFD apporte également son expertise, à l’image du partenariat signé avec la NBA pour la création d’un terrain de basket-ball à l’éco-cité de Zenata», a expliqué Rioux. La construction de ce terrain s’inscrit dans le cadre de l’extension du programme de la junior NBA au Maroc, dans le cadre d’un partenariat pluriannuel avec l’AFD.

    Pour le DG de cette institution, il ne s’agit pas de financer le sport, mais plutôt l’éco-cité de Zenata. L’Agence française a injecté 150 millions de DH pour la réalisation de ce projet d’urbanisme. Pour Rioux, ce type de projet est important, dans la mesure où il s’agit de «rajouter des éléments favorisant la création de liens sociaux, le développement durable et le renforcement de l’attractivité et l’animation à Zenata». L’apport de la NBA est lié à des valeurs d’engagement et de discipline. C’est important parce que «le message passe mieux surtout vis-à-vis des jeunes». L’idée est de «s’appuyer sur le pouvoir fédérateur du sport dans cette éco-cité qui reflète la volonté du Maroc de se positionner aux avant-postes du développement durable», a-t-il indiqué.
    Au-delà des modalités classiques de l’aide au développement, l’AFD développe de nouveaux canaux de coopération avec certains partenaires marocains. C’est le cas notamment de la CDG, qui «au-delà des relations bilatérales, c’est également un partenaire international, dans la mesure où les 2 institutions sont membres du groupe IDFC». Ce dernier est un rassemblement des plus grandes banques nationales et régionales de développement. Elles totalisent des flux annuels de plus de 850 milliards de dollars. L’un des sujets qui accaparent une grande part des financements: la lutte contre le réchauffement climatique. Aujourd’hui, «nous avons besoin de ces instruments efficaces qui viennent réconcilier et créer des liens», selon Rioux, dont l’ouvrage présenté vendredi dernier à Rabat, met l’accent sur cette nouvelle démarche. Pour lui, il s’agit également d’accompagner l’Afrique. Cela passe par le développement de nouveaux canaux de coopération avec d’autres opérateurs comme l’OCP. Une réunion a été tenue la semaine dernière avec le management du groupe. «Des pistes de collaboration sont actuellement à l’examen», a noté Rioux, qui n’a pas caché son optimisme concernant l’apport de ce partenariat. Cela passe par le déploiement de certaines techniques développées par l’OCP, notamment en matière de «fertilisants customisés», pouvant résoudre de grandes problématiques en Afrique.

    Accompagnement

    Globalement, l’apport de l’AFD en matière d’aide au développement est lié aux priorités fixées par les autorités marocaines. C’est le cas notamment du développement territorial, de la régionalisation avancée, du rééquilibrage du modèle économique, ou encore du soutien aux entreprises et à la création d’emploi, selon le responsable de cette institution. Pour lui, le Maroc est en avance dans certains domaines, comme la budgétisation sensible au genre.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc