×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Agence urbaine de Casablanca: Avis favorable pour 75% des projets

    Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5544 Le 27/06/2019 | Partager
    Contre 52% en 2017 et 49% en 2016
    6.348 projets instruits en 2018
    Les chantiers du plan 2019-2021

    L’Agence urbaine de Casablanca (AUC) vient de tenir récemment son conseil d’administration. L’occasion de dresser son bilan 2018 et les grandes lignes de son plan d’action 2019-2021. L’année 2018 a été notamment marquée par l’instruction au sein des guichets uniques d’urbanisme de 6.348 projets, touchant tous les secteurs (habitat, industrie, tourisme ainsi que le commerce et les équipements publics et privés), dont 4.760 ont reçu un avis conforme, soit 75% par rapport à 52% en 2017, 49% en 2016, 42% en 2015 et 35% en 2014. Pour ce qui est du secteur de l’habitat, 904 projets, s’étalant sur une surface globale de 1.734 hectares, ont reçu l’avis conforme de l’AUC. Ce qui dégage un potentiel de 50.192 unités de logement. Parallèlement à ces actions, l’AUC a instruit, dans le cadre de la commission de dérogation, 89 projets d’investissement dont 35 projets ont reçu l’avis favorable.
    L’AUC poursuit la réalisation du 2e programme de réhabilitation et de mise à niveau de l’ancienne médina, lancé en 2014. Ce dernier vise l’amélioration du cadre de vie de la population de l’ancienne médina, la création de nouveaux équipements de proximité, la promotion des secteurs du commerce et de l’artisanat, l’insertion sociale des jeunes, des femmes et des personnes en situation de handicap, le développement culturel et artistique et enfin la réhabilitation et la mise à niveau des édifices à valeur architecturale et patrimoniale.
    L’année 2018 a également été marquée par la signature de la convention relative au traitement des constructions menaçant ruine. Ce programme (2018-2023), qui constitue la 3e phase du projet de réhabilitation de l’ancienne médina, mobilise une enveloppe globale de 300 millions de DH. 
    Par ailleurs, le plan d’action 2019-2021 de l’AUC concerne dans ses grandes lignes la planification stratégique englobant entre autres l’évaluation du schéma directeur de l’aménagement urbain et la poursuite de la couverture du territoire couvert par le SDAU et par des plans d’aménagement. L’AUC se penchera durant  cette période sur la durabilité des territoires à travers le lancement de chantiers comme le plan vert, la gestion des risques, la prospective territoriale, la digitalisation territoriale ou encore la mise à disposition de l’archive numérique de l’agence urbaine … 
    L’AUC se fixe également comme mission l’accompagnement des projets structurants du programme de développement du Grand Casablanca 2020, du programme régional de résorption des bidonvilles et de restructuration des quartiers sous-équipés.

    Où en sont les plans d’aménagement?

    A fin 2018, 30 plans d’aménagement (PA) ont été homologués. S’y ajoutent deux PA examinés par la commission centrale et envoyés au SGG pour homologation (communes Echellalate et Mejjatia Ouled Taleb). Par ailleurs, 2 autres plans d’aménagement ont été soumis aux autorités concernées pour enquête publique (communes de Nouaceur et Médiouna). Enfin, deux autres PA sont en cours d’élaboration (Sidi Belyout et El Mechouar). Par ailleurs, 15 plans d’aménagement sectoriels (PAS) sont en cours de réalisation (dont un déjà homologué, celui de la commune d’Ouled Azzouz). Quatorze autres PAS sont en cours d’élaboration (communes de Bouskoura, Mohammedia, Sidi Moussa El Mejdoub, Tit Mellil, Lahraouiyine, Dar Bouazza, Beni Yekhlaf, Sidi Moussa Ben Ali et des arrondissements de Ain Chock, Hay Hassani, Sidi Moumen, Sidi Bernoussi, Maârif et des friches industrielles. Le PAS est un document qui définit les règles et droits d’utilisation du sol pour une partie de territoires ruraux ou urbains à caractère spécifique (touristique, industriel…), surtout ceux connaissant une certaine dynamique d’urbanisation dont le développement futur mérite d’être encadré et réglementé.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc