×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Mauritanie: L'opposition conteste la victoire d’El Ghazouani

    Par L'Economiste | Edition N°:5542 Le 25/06/2019 | Partager

    Le candidat du pouvoir en place à l'élection présidentielle, Mohamed Cheikh El-Ghazouani, a récolté 52% des voix dès le premier tour, selon les résultats annoncés par la Commission électorale indépendante (Céni). L'opposition, à laquelle appartiennent quatre de ses cinq concurrents, a qualifié cette annonce précoce de «nouveau coup d'Etat» de la part de l’ancien général.
    Il est suivi par les quatre opposants: le militant anti-esclavagiste Biram Ould Dah Ould Abeid (18,58%), l'ex-Premier ministre Sidi Mohamed Ould Boubacar (17,87%) le journaliste Baba Hamidou Kane (8,71%) et le professeur d'université Mohamed Ould Moloud (2,44%). Ces résultats doivent encore être validés par le Conseil constitutionnel après examen d'éventuelles contestations, alors que les quatre candidats d'opposition ont annoncé leur intention d'utiliser tous les recours légaux. «Nous considérons que les résultats n'expriment nullement la volonté du peuple mauritanien», a exprimé Sidi Mohamed Ould Boubacar lors d'une conférence de presse. Parallèlement, les quatre candidats de l'opposition étaient convoqués par le ministre de l'Intérieur Ahmedou Ould Abdallah, qui leur a demandé d'appeler au calme.
    Le président sortant, Ould Abdel Aziz, a stabilisé la Mauritanie, frappée dans les années 2000 par des attentats jihadistes et des enlèvements d'étrangers. Remise sur pied de l'armée, surveillance accrue du territoire et développement des zones reculées ont été observés. Mais les critiques se focalisent sur les droits fondamentaux, dans une société marquée par des disparités persistantes entre communautés arabo-berbère, haratine et afro-mauritanienne.
    Les Mauritaniens ont cependant été nombreux à voter : 62,66% de participation. Le président élu devra préserver la stabilité chèrement conquise par le pays, mais aussi en assurer le développement économique et y faire progresser le respect des droits humains.

    S.A.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc