×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Trump ne relâche pas la pression sur l'Iran

    Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5541 Le 24/06/2019 | Partager
    Cyberattaques contre des systèmes de défense iraniens

    Les tensions restent vives entre Téhéran et Washington. Donald Trump promet de nouvelles sanctions encore plus dures  contre l'Iran dès ce lundi 24 juin. Dans une série de tweets, le président américain, qui a reconnu vendredi avoir annulé à la dernière minute une opération militaire contre l'Iran, a annoncé des sanctions «majeures»,  contre ce pays qui «ne peut pas avoir d’armes nucléaires!». 
    Trump a assuré que si les Iraniens renonçaient à leur programme nucléaire, il deviendrait leur «meilleur ami». Avant de s'envoler pour la résidence présidentielle de Camp David, où il devait s’entretenir de cette crise avec plusieurs responsables, il a déclaré que «nous n’allons pas laisser les Iraniens se doter de l’arme nucléaire et quand ils auront accepté cela, ils auront un pays riche, ils seront tellement heureux et je serai leur meilleur ami. J’espère que ça va arriver». Et d'ajouter que «si les dirigeants iraniens se comportent mal, ils vont passer une très mauvaise journée».  

    Alternant les déclarations martiales et les appels au dialogue depuis plusieurs semaines, Trump a indiqué que «si on pouvait remettre l’Iran sur les rails de la reconstruction économique, ce serait fantastique». 
    Des médias américains ont révélé que Trump a ordonné secrètement des cyberattaques contre  des systèmes de défense iraniens et contre un réseau d'espionnage surveillant le passage des navires dans le détroit d'Ormuz. Téhéran, qui a annoncé dans la journée l'exécution pour «espionnage» d'un prestataire du ministère de la Défense accusé d'avoir collaboré avec la CIA, a mis en garde les Américains contre les conséquences dévastatrices pour leurs intérêts dans la région.  
    De son côté, le ministère britannique des Affaires étrangères a fait savoir qu'un émissaire britannique devait se rendre en Iran hier,  dimanche. Les signataires européens de l’accord sur le programme nucléaire iranien ont promis la mise en place d’un dispositif censé compenser les sanctions américaines et Téhéran juge leurs efforts insuffisants. Toutes les grandes compagnies ont par ailleurs décidé de ne plus emprunter l'espace aérien iranien. 
    K. M. avec agences

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc