×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Casablanca/Circulation: 11 soumissionnaires pour le poste central de régulation

    Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5532 Le 11/06/2019 | Partager
    La 2e phase sera bientôt amorcée
    Plus de 750 caméras pour équiper 200 carrefours
    Coût global: 460 millions de DH
    casa_transport_pcc_032.jpg

    Implanté dans l’enceinte de la préfecture de police de Casablanca, le bâtiment abritant le PCC est d’une superficie globale de 1.050 m2 (Ph. Casa-Transports)

    Une plateforme à la pointe de la technologie au service de la sécurité et de la mobilité des citoyens. C’est ce que promet le projet de Poste central de régulation de la circulation de Casablanca (PCC). Ce nouveau building adossé à la préfecture de police de Casablanca devrait contribuer à l’organisation d’une circulation de plus en plus chaotique.

    En cause, l’augmentation exponentielle du parc de véhicules chaque année, mais aussi les chantiers de voiries lancés dans les quatre coins de la ville. Il s’agit là de l’un des projets phares du plan de développement de Casablanca, doté d’une enveloppe de 460 millions de DH (financés par l’Intérieur et la CUC).

    Pour amorcer sa 2e phase (dont les prestations sont estimées à 28 millions de DH), notamment les études de conception et le suivi des travaux, un appel d’offres pour désigner la maîtrise d’œuvre a été relancé par Casa-Transports.

    «Les 11 dossiers soumissionnés sont en cours d’examen», indique une source auprès de la SDL en charge de la mobilité. Implanté dans l’enceinte de la préfecture de police, le bâtiment abritant le PCC est d’une superficie globale de 1.050 m2. Les locaux sont composés d’une salle d’exploitation principale, une salle de gestion de crise, une salle des appels de secours, un bureau d’administration systèmes ainsi que des locaux de maintenance, d’archivage et de verbalisation.

    Composé principalement de deux rubriques à savoir, la vidéo protection et la gestion de la circulation, le PCC introduira des équipements et des fonctionnalités technologiques qui permettront à la fois d’apporter un précieux outil d’aide aux forces de sécurité et également d’améliorer considérablement les conditions de   circulation dans la métropole grâce à la mise en place d’une plateforme intelligente centrale.

    Le système, propriétaire d’un réseau de transmission de plus de 220 km de fibres optiques, implémentera sur le terrain plus de 750 caméras de vidéo protection et dotera près de 200 carrefours de contrôleurs intelligents. Il intégrera également des caméras du réseau de Tramway de Casablanca et d’autres caméras déjà existantes (aéroport, ports de Casablanca et Mohammedia, grandes surfaces et banques).

    Le calendrier de livraison de ce projet est programmé en deux tranches. Le bâtiment du PCC a été livré durant la phase 1 du projet fin 2017, avec l’installation de 210 caméras, déjà opérationnelles. La mise en service de la seconde phase est programmée sur 2 échéances fin 2020 et fin 2021.

    Aziza EL AFFAS

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc