×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Oujda: Et de huit pour le festival maghrébin du film

    Par Ali KHARROUBI | Edition N°:5531 Le 10/06/2019 | Partager
    Six longs métrages et 12 courts métrages en compétition
    Ateliers de formation, conférences et animations de places publiques, également au programme
    oujda_festival_maghrebin_du_film_031.jpg

    Cette 8e édition sera distinguée par la présence de stars maghrébines et arabes: Malika Belbaye, Cherif Mounir, Rachid Elouali, Youssef Shiri, Aziz Hettab… (Ph. FFMO)

    Malgré la fermeture de 7 salles de cinéma à Oujda, les cinéphiles résistent et perpétuent la tradition du festival du film maghrébin. Ce rendez-vous incontournable du 7e art maghrébin, qui en est à sa 8e édition et sera organisé du 11 au 15 juin au théâtre Mohammed VI. Il a pour objectif de placer la capitale de l’Oriental sous les feux de la rampe et lancer les festivités artistiques et culturelles de cet été.

    Enjeux importants en termes d’image, ce type de festival véhicule des messages d’espoir et contribue au dynamisme culturel escompté. «Ce festival est également une opportunité pour mobiliser ceux qui souhaitent  partager leur ferveur artistique et créer un événement pour marketer leur ville», confie à L’Economiste Khalid Sli, directeur du festival.

    Six films sont sélectionnés pour la compétition du long métrage. Il s’agit de «Reconnaissance» du réalisateur algérien Salim Hamdi, «Cri de l'âme» du réalisateur marocain Abdelilah El Jaouhari, «La voix des anges» du réalisateur algérien Kamal Laiche, «Une urgence ordinaire» du réalisateur marocain Mohsine Besri, «Fatwa» du réalisateur tunisien Mahmoud Ben Mahmoud et «Porto-Farina» du réalisateur tunisien Ibrahim Letaief. La direction du festival a également sélectionné 12 courts métrages pour participer à cette édition.

    En ce qui concerne la présidence du jury, elle est confiée au cinéaste algérien Ahmed Bedjaoui.  Critique de cinéma, enseignant universitaire, Bedjaoui est une figure de proue du  cinéma algérien. Il sera assisté par le réalisateur marocain Hassan Benjelloun, la réalisatrice et productrice tunisienne Salma Bekkar, l'enseignante-chercheuse et sociologue marocaine Aicha Belarbi, et le réalisateur mauritanien Abderrahmane Lahi.

    Au menu également des conférences, animées par des spécialistes du domaine. Elles traiteront trois thématiques: «l'impact de la femme sur le cinéma maghrébin», «le cinéma de la diaspora et l'attraction du cinéma» et «le tourisme culturel, un créneau promoteur pour le développement de la région de l’Oriental». Par ailleurs, quatre ateliers seront consacrés au scénario, la réalisation et la gestion de l'acteur, les principes fondamentaux de la vidéo et l'analyse filmique.

    En parallèle avec la projection des films qui aura lieu au théâtre Mohammed VI, d’autres projections sont programmées dans les grandes places de la ville pour un plus grand moment de partage.

    Comme à l'accoutumée, des hommages seront rendus aux artistes qui ont marqué par leur engagement et apport le cinéma maghrébin. Il s’agit  des réalisateurs Rachid Bouchareb (Algérie), Kamal Kamal et Saad Chraibi (Maroc), les acteurs  Cherif Mounir (Egypte),  Fatima Bensidan (Tunisie) et Mohammed Benkaddour (Maroc).

    De notre correspondant permanent, Ali KHARROUBI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc