×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Tourisme: Marrakech poursuit sa croissance

    Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5531 Le 10/06/2019 | Partager
    10% de touristes en plus pour les 3 premiers mois de l’année
    La ville profite de l’embellie mondiale et augmente son taux moyen d’occupation
    marrakech_tourisme_031.jpg

    À l’exception de l’Allemagne, tous les marchés émetteurs sont en hausse dont celui de la Grande-Bretagne qui cartonne cette année.

    Le tourisme à Marrakech poursuit son envolée. Après une année de croissance en 2018, la tendance à la hausse continue. Ainsi, l’activité a enregistré une croissance de  9 % en termes d’arrivées touristiques à fin mars qui s’est traduite par une hausse de 11% au niveau des nuitées.

    A fin mars, ils étaient près de 650.000 touristes à avoir opté pour Marrakech.  À l’exception de l’Allemagne, tous les marchés émetteurs sont en hausse dont celui de la Grande-Bretagne qui cartonne cette année. Le nombre des visiteurs anglais a augmenté de 15% à fin mars comparativement à la même période en 2018.

    Le Royaume-Uni est un des marchés placés au cœur de la stratégie touristique du Maroc, et de Marrakech particulièrement.  Il se classe depuis 2017 en 3e position en termes d’arrivées à Marrakech. Derrière cette reprise, il y a bien sûr l’aérien et la connectivité de Marrakech avec plusieurs aéroports britanniques.

    Ainsi, cette année, la compagnie British Airways va connecter Marrakech au plus grand aéroport de Londres et d’Angleterre, le London Heathrow à raison de 4 vols par semaine en plus des 8 vols hebdomadaires qu’elle propose vers l’aéroport London Gatwick. Autre grand indicateur pour le premier trimestre 2019, le taux d’occupation qui a atteint 62% avec une augmentation de 6 points par rapport à la même période que l’an dernier.

    A noter que le mois de mars a enregistré une performance exceptionnelle avec un taux moyen d’occupation de 73%, induit notamment grâce au segment du mice. La ville a en effet accueilli un grand nombre de congrès mondiaux  à l’instar de la conférence de la Banque islamique.

    La ville a été désignée en 2018 – au côté de New York – comme meilleure destination internationale de MICE par l’Association ibérique des voyages d’affaires (IBTA) et son défi est d’augmenter la part du mice et le porter à 40% de l’activité. Et ce pour résoudre définitivement la problématique du remplissage en jours de semaine, insiste Hamid Bentahar, président du conseil régional du tourisme de Marrakech.

    Depuis 2017, Marrakech a repris le dessus et profité pleinement de la conjoncture favorable du tourisme et la demande musclée du tourisme émetteur de nombreux marchés traditionnels et émergents. «Il faut se réjouir des performances, mais nous ne sommes pas encore au niveau des objectifs finaux. Et c’est pour cela que nous continuons à chercher des idées pour accélérer la croissance», souligne Bentahar.

    Parmi ces gisements de croissance, le renforcement de l’approche régionale de la promotion en collaboration avec le Conseil de la région et les différentes provinces et préfectures, tout en gardant Marrakech comme locomotive.

    De notre correspondante permanente, Badra BERRISSOULE

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc