×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    L'interconnexion des Bourses africaines: Les premières transactions au 1er semestre 2020

    Par Franck FAGNON | Edition N°:5529 Le 03/06/2019 | Partager
    Un accès sponsorisé pour les courtiers a été retenu
    Au Maroc, il va falloir adapter la réglementation des changes
    bourse-africaine-29.jpg

    Pour dépasser la contrainte liée à l'hétérogénéité des réglementations, un accès sponsorisé pour les courtiers a été retenu. Un courtier dans l'un des sept pays pourra négocier des titres sur les autres marchés par l'intermédiaire des courtiers locaux. De même, un protocole fixe servira à connecter les Bourses au lieu d'un système d'information unique qui sera difficile à mettre en place (Ph. DR)

    Au cours de son mandat à la tête de l'Association des Bourses africaines (ASEA), Karim Hajji, directeur général de la Bourse de Casablanca, veut mener au bout le projet d'intégration (AELP) des marchés de Johannesburg, Lagos, Nairobi, Casablanca, île Maurice, Abidjan et Le Caire.

    Comme les économies africaines, il existe très peu de liens entre les marchés financiers. Le projet d'interconnexions entre ces différentes Places va contribuer à corriger ce point faible. Surtout, il va permettre d'améliorer la liquidité des marchés, un des points noirs aujourd'hui. Ensemble, les Bourses concernées pèsent plus de 1.000 milliards de dollars de capitalisation dont 871 milliards pour la seule Afrique du Sud.

    Pour la mise en œuvre du projet de connectivité, il faudra lever certaines barrières ou bien les contourner. Chaque marché à ses propres règles et une tentative d'harmonisation nécessitera de traiter des questions qui relèvent des prérogatives des Etats. C'est un chantier lourd et complexe.

    Pour dépasser cette contrainte, les responsables des marchés concernés vont opter pour un accès sponsorisé pour les courtiers. Un courtier dans l'un des sept pays pourra négocier des titres sur les autres marchés par l'intermédiaire des courtiers locaux.

    «C'est le modèle le plus simple qui permet d'aller vite et qui sécurise tout le monde», confie Karim Hajji. Il n'y aura pas de limite pour les brokers pouvant intervenir sur les marchés tout comme les valeurs sur lesquelles ils peuvent investir. Une association des brokers des pays membres est en cours de création.

    Sur la partie technologique, un protocole fixe pour connecter les sept Bourses entre elles a été retenu. Cette solution permet de surmonter la complexité de la mise en place d'un système d'information unique.

    Soutenu par la Banque africaine de développement (BAD), le projet d'interconnexion a reçu un financement de 980.000 dollars de la part de la Coopération économique entre la Corée et l'Afrique gérée par la BAD. Un project manager office est en cours de recrutement. «Nous avons identifié un candidat et sommes en train de le valider avec la BAD», indique le président de l'ASEA. Le project manager aura pour principale tâche d'opérationnaliser l'AELP en ouvrant le dialogue avec les brokers, les dépositaires...

    Les premières transactions dans le cadre du projet d'interconnexion sont espérées au 1er semestre 2020. L'opérationnalisation au Maroc est tributaire de l'évolution de la réglementation des changes. Les compagnies d'assurances ont la possibilité d'investir 5% de leurs capitaux et les OPCVM 10% de l'actif net à l'étranger, mais essentiellement dans les pays de l'OCDE et de l'UMA. Il faudra donc élargir leur périmètre d'intervention aux pays participants au projet d'interconnexion. L'Office des changes a délégué à l'AMMC et l'Acaps le choix des pays dans lesquels les investisseurs institutionnels sont autorisés à intervenir.

    F.Fa

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc