×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Le GAM dévoile sa vision 2022

    Par Amin RBOUB | Edition N°:5522 Le 23/05/2019 | Partager
    Ouverture des adhésions en faveur des PME, de l’entreprise publique et des régions
    Une grille de cotisation progressive selon la taille de l’entreprise
    youssef_cheikhi_022.jpg

    Plus d’ouverture dans les adhésions, recrutement des PME, des entreprises publiques, ancrage régional... Ce sont là autant de priorités de l’équipe Youssef Cheikhi (Ph. Gam)

    La nouvelle équipe dirigeante du Groupement des annonceurs nourrit de grandes ambitions sur la période 2019-2022. La première sortie du nouveau bureau a eu lieu, le 21 mai à Casablanca, devant un parterre représentatif de l’écosystème des annonceurs, agences conseil en communication, professionnels du marketing, médias, digital...

    Présidé par Youssef Cheikhi (directeur Communication de l’OFPPT), le bureau du GAM dévoile la Vision 2022. Une feuille de route qui s’inscrit à la fois en rupture et en continuité avec l’équipe sortante du groupement. L’orientation va vers l’ouverture et le recrutement de nouvelles adhésions aussi bien dans les régions qu’auprès du tissu des PME avec une grille de cotisation progressive selon la taille de l’entreprise.

    L’idée est de ratisser large dans les adhésions et surtout rompre avec la perception, à tort ou à raison, du GAM en tant que club sélect et fermé, réservé exclusivement aux grands annonceurs privés. Il est aussi question de s’ouvrir davantage aux entreprises publiques.

    Autre résolution majeure, la réactivation des commissions et la structuration du secteur. Le GAM compte aussi s’ouvrir davantage sur l’ensemble de l’écosystème, de manière à faire jouer des synergies entre les annonceurs, les médias, les agences de communication, les professionnels du marketing ou encore le digital.

    La Vision 2022 du GAM s’articule autour de 6 axes stratégiques: la gouvernance, la communication et événementiel, la structuration du secteur, le développement des compétences ou encore le partenariat et membership.

    Sur le registre de la gouvernance, la priorité sera donnée à la réactivation des commissions thématiques, notamment la Commission études et mesures d’audience, celle de la réglementation/régulation ou encore la formation. Le challenge est d’enclencher la même dynamique que celle de la commission digitale, qui est la plus opérationnelle et régulière.

    L’équipe de Youssef Cheikhi compte également créer et dynamiser des clubs du GAM. Il s’agit d’espaces de networking entre annonceurs et différents acteurs de l’écosystème. Parmi les clubs, figurent ceux de l’Innovation, Médias, FMCG ou encore EEP (entreprises publiques).

    Le contexte actuel de régionalisation avancée fait que le GAM s’est résolu à renforcer sa représentativité à l’échelle territoriale. Désormais, la régionalisation des instances est un élément crucial de la stratégie. Ce qui passera par l’identification des acteurs et l’organisation d’événements dans l’ensemble des régions du Maroc.

    Sur l’axe de la communication, le GAM compte mettre en place une stratégie Brand Content. Le groupement des annonceurs prévoit d’évoluer vers une plateforme digitale, produire des livres blancs, ou encore finaliser le projet très avancé de l’African Digital TV... Il est aussi question de maintenir un lien permanent avec les membres de l’écosystème via des forums, des newsletters, flash infos... Dans le même esprit, le GAM compte diversifier les actions événementielles sur les 3 prochaines années.

    Une chose est sûre, la structuration du secteur est un axe fondamental. Le GAM compte s’y prendre à travers la mise en place d’un organe de mesure d’audience digitale. Il s’engage aussi à contribuer à la création d’une instance d’auto-régulation de la publicité. Là aussi, il est prévu de faire jouer des synergies sur la data avec les instances qui produisent les mesures d’audience.

    Le défi du secteur réside aussi dans la montée en compétences. «Le développement des compétences est la pierre angulaire de notre stratégie», soutient Cheikhi, président. L’approche repose sur le développement de l’offre de formation du GAM (projet GAM Academy, plateforme e-learning ouverte à l’ensemble des membres ou encore le learning trip).

    Dans le même sillage, les annonceurs comptent se rapprocher du monde académique, notamment dans la définition des besoins en compétences. «Nous avons notre mot à dire par rapport aux spécificités de notre domaine d’activité», précise le président du GAM. Par ailleurs, il est prévu de créer des espaces et plateformes de peer learning ou encore de partage de bonnes pratiques entre membres pour rehausser le niveau de compétences.

    Le 5e axe de la vision privilégie les partenariats de manière à assurer plus de visibilité et une meilleure représentativité auprès des instances de mesure d’audience. Le GAM s’est également résolu à renforcer ses liens avec les acteurs institutionnels (notamment le ministère de la Communication, la HACA, l’ANRT, l’Agence du digital...). Pareil avec les organisations professionnelles, notamment la CGEM, FMEJ, WFA...

    Who’s who...

    Créé en 1984, le Groupement des annonceurs du Maroc (GAM) se positionne aujourd’hui en tant qu’unique représentant des annonceurs du Maroc. C’est un organe qui évolue dans un secteur vital de l’économie, celui des investissements publicitaires, principale source de revenus des médias. Début avril dernier, le GAM a élu son nouveau bureau exécutif pour un mandat de trois ans. La présidence est assurée par Youssef Cheikhi, directeur Communication de l’OFPPT, auparavant à la tête de la com de l’Anapec. Trois vice-présidents siègent au bureau: Soumia Chraibi (dir com de Centrale Danone), Amine Sadik (Brand Operations Leader chez Procter & Gamble) et Azzedine Lazrak (directeur de Comsup). Le secrétariat général revient à Sanaa Bousmai (L’Oréal). Enfin, Younes Okba (manager médias chez Inwi) est le trésorier général.

    Amin RBOUB

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc