×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Habitat rural: El Fassi promet des solutions alternatives

    Par Mohamed CHAOUI | Edition N°:5521 Le 22/05/2019 | Partager
    De nouveaux documents d’urbanisme pour anticiper les besoins
    Un programme national pour le développement intégré des centres ruraux en préparation
    Circulaires pour simplifier le permis de construire dans le monde rural

    Les 19 agences urbaines ont étudié près de 58.461 dossiers de construction dans le monde rural au cours de 2017 et 2018. Plus de 70% ont bénéficié des autorisations de construire dont 75,7% concernent des superficies de moins de 5.000 mètres carrés.

    Rien n’y fait, ces chiffres que Abdelahad El Fassi, ministre de l’Aménagement du territoire, de l’Habitat et de l’Urbanisme, a brandis devant les députés, lors des questions orales lundi, ne les ont pas rassurés. Ils demeurent convaincus de la nécessité de revoir tout le dispositif réglementaire dans le monde rural.

    Pour lui, ses services travaillent pour la mise en œuvre d’une approche renouvelée en matière d’urbanisme, en mesure de contribuer à trouver des solutions alternatives pour dépasser les contraintes.

    En effet, il s’agit d’orienter le travail des agences urbaines vers la délimitation des agglomérations et des douars qui connaissent une pression démographique et urbanistique. Le but est de les couvrir par des documents d’urbanisme en vue d’optimiser la dynamique et d’anticiper les besoins en la matière. Dans l’effort de généralisation des documents d’urbanisme, la couverture rurale a dépassé 83%, a noté Abdelahad El Fassi.

    Ainsi, au cours de la dernière décennie et jusqu’à fin octobre dernier, les 19 agences urbaines ont réalisé près de 500 plans d’aménagement et 250 schémas directeurs pour le développement de groupes de douars. A cela s’ajoutent 500 études consacrées à la restructuration des villages. Ce n’est pas pour rien que le coup d’envoi de la préparation du programme national pour le développement intégré des centres ruraux émergents a été donné.

    L’objectif est de contribuer à la limitation de l’exode rural, l’amélioration des conditions de vie de la population, l’exploitation optimale des potentialités dont disposent  ces territoires en plus de son rôle dans le rééquilibrage du tissu urbain.

    Par ailleurs, le domaine est régi par un décret relatif à l’urbanisme, particulièrement son article 34 qui fixe les conditions à remplir par les projets de construction dans le monde rural pour l’obtention des autorisations. Ainsi, le terrain sur lequel sera construite la maison doit être égal ou supérieur à 1 hectare. La surface constructible ne doit pas dépasser le 1/50 de l’ensemble du terrain, de sorte qu’elle ne dépasse pas 800 mètres carrés.

    En plus, la hauteur est limitée à 8,5 mètres. Ces critères et autres conditions, imposés dans les campagnes, irritent les députés qui sont en front office avec les paysans qui veulent construire une maison sur leur lopin de terre dans des zones reculées.

    Par ailleurs, le ministère de l’Habitat a publié plusieurs circulaires dont l’une comprend des instructions données aux directeurs des agences urbaines et aux inspecteurs régionaux. L’objectif est de simplifier la procédure d’autorisation de construire dans le monde rural. Et cela à travers une nouvelle approche pour encadrer l’urbanisme et la construction destinée au logement. Ces responsables doivent faire preuve de flexibilité lors de l’étude des projets de demande d’autorisation de construire.

    Le département a également prévu certaines dérogations, particulièrement en ce qui concerne les conditions et les critères relatifs à l’octroi du permis de construire. Ainsi, dans la situation où la personne concernée ne dispose pas de la superficie exigée de 1 ha, le président de la commune peut, après accord d’une commission spécialisée, accorder l’autorisation de construire quelle que soit la superficie du terrain, à condition de s’assurer que le bâtiment à construire ne soit pas suivie d’opérations urbanistiques similaires.

    Il est également possible d’accorder des dérogations au sujet des deux conditions relatives à la surface constructible et à la hauteur du bâtiment. Là aussi, l’accord de la commission, comprenant des représentants des ministères de l’Equipement, de l’Agriculture et de l’Habitat est une obligation.

    En outre, le ministère a mis en place un programme relatif à l’assistance architecturale et technique gratuite dans le monde rural. Celle-ci repose sur l’encadrement technique des bénéficiaires issus des zones rurales pour l’élaboration des plans de construction autonomes et des plans modèles. Elle œuvre à l’élaboration des plans de restructuration et d’orientation urbanistique, souligne une note du ministère de tutelle.

    De plus, le département vise à élaborer les plans relatifs à la détermination des douars et à la réalisation des études urbanistiques concernant le monde rural. Il s’agit de préparer des plans et des schémas modèles pour l’auto-construction.

    L’idée est également de prévoir des programmes pratiques avec un impact sur le développement des zones rurales et sur l’organisation des constructions. Cela à travers l’encouragement pour la création d’opérations alternatives au niveau de certains lotissements aux équipements limités ou progressifs, à proximité des douars et des zones connaissant une faiblesse urbanistique. Il s’agit aussi d’élaborer de nouveaux projets d’habitat dans les centres ruraux émergents.

    Classe moyenne rurale

    Le monde rural fait l’objet de toutes les attentions depuis que le Roi a montré la voie avec la nécessaire émergence d’une classe moyenne rurale. Celle-ci a également des attentes en matière de logement. D’où l’importance des nouvelles mesures relatives à la simplification des procédures des autorisations, présentées par Abdelahad El Fassi devant les députés. Sur le plan de la simplification des procédures, le ministre a tenu à rappeler que l’octroi de l’autorisation de construire dans le monde rural vise à s’assurer que le contenu des documents d’urbanisme respecte les critères de réalisation des constructions. L’objectif est de veiller à la sécurité de la population rurale.

    M.C.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc