×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Cosumar: L’usine d’Arabie saoudite opérationnelle dès fin 2019

    Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5519 Le 20/05/2019 | Partager
    L’état d’avancement du projet est à 75%
    Un investissement de plus de 200 millions de dollars

    Cosumar annonce pour fin décembre l’achèvement de son projet de construction de raffinerie de sucre blanc en Arabie saoudite. «Le projet a atteint 75% de taux de réalisation», annonce Mohamed Fikrat, directeur général de Cosumar, lors de la présentation de la nouvelle identité visuelle du groupe. Il s’agit du premier projet de Cosumar à l’international, lancé avec un partenaire saoudien.

    L’opérateur co-investit 200 millions de dollars dans la raffinerie de Yanbu (côte ouest de l’Arabie saoudite, au bord de la mer Rouge). La nouvelle entité appelée Durrah Sugar Refinery vise la production de 850.000 tonnes de sucre blanc par an. Rappelons que la région Moyen-Orient enregistre un déficit de 4 millions de tonnes de sucre. Autant dire que les débouchés promettent dans la région.

    Menée en partenariat avec Consolidated Brothers Company et Industrial Project Development Company (Cosumar détenant 43,27% du capital), la future usine permettra de fournir l’un des plus gros marchés de sucre au monde et qui en importe massivement. L’expertise de l’opérateur sucrier a été mise à profit pour construire la nouvelle raffinerie dont les produits seront écoulés à la fois sur le marché saoudien et le reste de la région Mena.

    En 2018, le groupe sucrier a exporté plus de 350.000 tonnes de sucre, avec comme principaux marchés extérieurs la région Mena, la Turquie et l’Europe, ou encore la Corée du Sud et la Chine. Au total, une quarantaine de pays desservis, représentant environ 25% du chiffre d’affaires.

    Au Maroc, la filière génère à l’heure actuelle plus de 5.000 emplois directs et indirects. Elle garantit en outre des revenus à 80.000 partenaires agriculteurs de betterave et canne à sucre. En Afrique subsaharienne, autre zone sur laquelle le groupe exporte une partie de sa production, le déficit s’élève à 10 millions de tonnes de sucre.

    Les challenges à relever sur les marchés de la zone se situent au niveau de la compétitivité logistique et les circuits de distribution, notamment pour des pays enclavés, dont la desserte prend beaucoup de temps. Aujourd’hui, le groupe dispose d’une capacité de production effective de 1,65 million de tonnes de sucre blanc par an, pour assurer les besoins du marché domestique.

    La demande locale est évaluée à 1,2 million de tonnes, pour une moyenne de 35 kg par habitant et par an. Ce qui permet d’exporter plus de 375.000 tonnes de sucre blanc par an (hors régime de subvention). En 2020, l’ambition du groupe est double: fixer le taux de couverture à 50% des besoins en sucre issu de la production nationale et gagner en compétitivité sur l’ensemble de la chaîne de valeur.

    Le groupe Cosumar compte 5 filiales dont 7 usines réparties dans 5 régions: Gharb, Loukkos, Moulouya, Tadla, Doukkala et Casablanca. La précocité des pluies de la campagne actuelle a permis à Cosumar d’assurer un programme assez ambitieux comparativement à la campagne passée. Le groupe a démarré les campagnes agricoles dans les délais. Celle de la canne a débuté le 22 février. La campagne d’usinage de la betterave, a quant à elle, démarré le 15 avril.

    «Nous attendons une production globale avoisinant les 4 millions de tonnes de betteraves et 640.000 tonnes de cannes à sucre, avec des rendements moyens agricoles de 60 tonnes à l’hectare et un rendement sucre avoisinant les 30,5 tonnes à l’hectare», annonce le management.

    Nouvelle identité visuelle

    Pour accompagner son développement et renforcer son positionnement, Cosumar a conçu aujourd’hui une plate-forme de marque caractérisée par un nouveau slogan et une nouvelle identité visuelle : le logo du groupe mentionne désormais son année de création (1929), comme pour rappeler son ancrage et son positionnement historique ainsi que la maturité de ses expertises.

    M.Ko.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc