×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Impôts locaux: Quel bazar!

    Par Khadija MASMOUDI | Edition N°:5493 Le 11/04/2019 | Partager
    Taxes difficiles à appliquer et assiette compliquée
    Le CESE recommande l’harmonisation entre les niveaux national et local
    Il s’interroge sur l’intérêt de maintenir certaines taxes
    recettes_collectivites_terriotoriales_093.jpg

    Les transferts de l’Etat constituent une source de financement importante pour les collectivités territoriales. L’amélioration du système fiscal local devrait permettre de disposer de recettes additionnelles pérennes et d’atténuer la dépendance vis-à-vis des subventions de d’Etat.

    Levier important pour la fiscalité territoriale, la fiscalité locale souffre de plusieurs dysfonctionnements. Le Conseil économique, social et environnemental s’y est intéressé pour la première fois( 1). La principale recommandation du nouveau rapport sur la fiscalité est de mener une profonde réforme avec l’objectif de consolider les bases réelles de recettes, l’élargissement de l’assiette, une application fluide ainsi que la garantie d’un traitement équitable.

    Plusieurs taxes sont difficiles à appliquer, à recouvrer et à contrôler. Cela s’explique en partie par l’incurie des services qui sont censés gérer la fiscalité locale. Dans certains cas, ils méconnaissent même l’existence des impôts.  Pour le CESE, la définition d’une vision intégrée portant sur l’ensemble des prélèvements obligatoires assurerait l’harmonisation des systèmes fiscaux national et local.

    Certaines taxes locales représentent une charge fiscale supplémentaire et grèvent une base d’imposition déjà appréhéndée par un impôt d’Etat. L’étude du ministère de l’Intérieur (cf. L’Economiste n°5467 du 6/3/2019), cite l’exemple de la taxe sur les débits de boissons, due par tout débitant de boissons à consommer sur place.

    Cette taxe est assise sur les recettes hors TVA, mais elle est répercutée sur le consommateur, en supplément de la TVA. Les opérations de lotissement sont soumises à une TVA de 20% à laquelle se superpose  la taxe sur les opérations de lotissement (taux de 3 à 5 %). Ce qui porte la charge fiscale du secteur à un prélèvement cumulé de 23 à 25 %.

    La taxe sur les eaux minérales et de table s’ajoute aussi à la TVA et représente un impôt sur la dépense supplémentaire pour les consommateurs. La nouvelle vision devrait, selon le CESE, tenir compte notamment de l’évolution de la nouvelle organisation territoriale et des marges permises par le vrai potentiel fiscal local. S’y ajoute l’amélioration du rendement, de l’efficience et de la transparence. Cela  inciterait à l’adhésion à l’impôt et constituerait un facteur en faveur du développement local. 

    recette_fiscales_locales_093.jpg

    La taxe sur les terrains non bâtis, la taxe sur les services communaux et la taxe professionnelle représentent près des 2/3 des recettes fiscales locales

    Le rapport insiste sur le lien entre la fiscalité locale et la production de richesses. Les  prélèvements sont actuellement déconnectés du revenu perçu par les contribuables et des facultés contributives. Le Conseil économique, social et environnemental s’interroge sur l’intérêt même «de maintenir ou non certaines taxes, qui participent à la lourdeur administrative sans contribuer significativement au financement des collectivités territoriales».

    Le diagnostic mené relève aussi que le cadre de référence actuel constitue une source d’insécurité juridique. D’abord en raison de la pluralité des impôts et des taxes superposées. Le système compte notamment dix-sept taxes locales: 4 sur le foncier,  5 liées au chiffre d’affaires et 3 aux véhicules terrestres à moteur.  S’y ajoutent 13 droits, contributions et redevances: deux sont  liés à l’abattage, deux au stationnement, trois à l’occupation du domaine public, deux aux marchés…

    Ensuite, la base de calcul des différentes taxes est complexe, en particulier celles assises sur la valeur locative. Le chevauchement des textes juridiques applicables, ainsi que la multiplicité des intervenants constituent un vrai handicap.

    Khadija MASMOUDI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc