×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Fès veut se protéger contre les inondations

    Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5482 Le 27/03/2019 | Partager
    Plus de 300 millions de DH de marchés à prendre
    La pollution du bassin du Sebou, une priorité
    fes-inondations-082.jpg

    L’Agence du bassin hydraulique du Sebou (ABHS) a du pain sur la planche. Son credo, la sensibilisation, le contrôle, le suivi et la réalisation de projets d’équipements et d’infrastructures. Plus de 300 millions de DH de marchés à réaliser au niveau des zones à risque. C’est ce qui ressort d’un colloque tenu, vendredi dernier, à l’Université privée de Fès (UPF), à l’occasion de la célébration de la journée mondiale de l’eau. Décryptage.

    L’Agence mobilisera une enveloppe de 88,2 millions de DH pour la protection de son territoire contre les inondations. Pour rappel, le bassin du Sebou est potentiellement confronté aux risques d’inondations. Ceux-ci sont de plus en plus récurrents du fait des changements climatiques et une rapide urbanisation. «Les inondations entraînent généralement des dégâts économiques et sociaux lourds touchant souvent des populations et des territoires vulnérables», alertent les experts de l’ABHS. Pour endiguer ce phénomène, la lutte contre les inondations figure en priorité.
    «Nous avons instauré des mesures structurelles axées sur la correction, la déviation et l’entretien des cours d’eau, l’augmentation de leur capacité et la création d’ouvrages d’écrêtement et de stockage des crues», est-il indiqué. D’autres mesures non structurelles sont aussi adoptées. Celles-ci reposent sur l’accompagnement des documents d’urbanisme et les projets d’investissements pour éviter toutes les constructions dans les zones inondables et la mise en place des systèmes d’alerte de façon à réduire les conséquences les plus dramatiques des inondations.

    ■ Lutter contre la pollution
    Trois grands programmes de lutte contre la pollution sont prévus par l’ABHS. Le premier concerne la réalisation d’une centrale pour le traitement des rejets des unités de trituration dans la province de Sidi Kacem. Il nécessitera 4,7 millions de DH, et sera réalisé en partenariat avec les ministères de l’Équipement, des Finances, l’Association des sociétés de trituration de Sidi Kacem, la commune et la province de Sidi Kacem. Un autre projet similaire sera réalisé avec une enveloppe de 10 millions de DH dans la commune de Lmhaya dans la province de Meknès. L’Agence se penchera aussi sur le traitement et la réutilisation des déchets liquides dans l’irrigation dans la province de Lhajeb. Doté d’un budget de 5,4 millions de DH, ce projet sera réalisé en partenariat avec les ministères des Finances, de l’Equipement, et le domaine MMA «Belles sources».

    ■ Communication tous azimuts
     «L’objectif de la journée mondiale de l’eau, instaurée par l’ONU-Eau, est d’attirer l’attention sur l’importance vitale de l’eau et de promouvoir la gestion durable des ressources en eau», expliquent les responsables de l’ABHS. Cette célébration annuelle internationale permet de communiquer autour des organismes qui assurent la gestion de l’eau, d’agir et de changer les mauvaises habitudes. C’est dans cette optique que l’ABHS a organisé, le 22 mars, une journée d’étude au profit des élèves du collège La fontaine de Fès. Son but est de sensibiliser les plus jeunes et les informer sur l’importance des ressources en eaux, et sur l'obligation de la protection et la préservation de ces ressources qui se font de plus en plus rares en raison des changements. Signalons que l’Agence a contribué aussi à l'organisation d’un colloque international sur l’eau, recyclage et valorisation des déchets, initié par le Groupe de réflexion sur le développement durable (GRDD).

    ■  Fès, Meknès, Ifrane… des zones à risque

    fes-inondations-2-082.jpg

    Pour mener ses projets à bon port, l’ABHS s’associe avec des partenaires solides. Elle s’allie ainsi avec les conseils élus (Région, commune et préfecture) et l’Office national des chemins de fer, pour la réalisation des travaux d’aménagement de Oued Lhimer pour la protection de la ville de Fès. Ce projet coûtera 41,5 millions de DH. Son exécution sera assurée par un comité mixte présidé par le wali de la région.
    Les partenaires s’engagent à mobiliser au cours des 3 prochaines années les ressources financières nécessaires et à réaliser les travaux conformément au programme retenu dans le cadre d’un appel d’offres.
    Quelque 20 millions de DH iront à la réalisation des travaux de protection de la localité de Sidi Harazem contre les inondations. Ce projet sera réalisé entre 2019 et 2020 en vertu d’un partenariat entre le Conseil régional, l’ABHS, le Conseil préfectoral de Fès et le Conseil communal de Sidi Harazem. Deux autres conventions concernent la réalisation des travaux pour la protection des centres de Terwal (Ouazzane) et Bouchbel (Khenifra) contre les inondations. Les deux projets vont nécessiter respectivement des enveloppes de 12 et 6,7 millions de DH.
    La préfecture de Meknès et la province d’Ifrane ne sont pas en reste. Ainsi, le projet de lutte contre les inondations au niveau de la capitale ismaïlienne nécessite 210 millions de DH. Il est réalisé en partenariat avec les ministères de l’Intérieur, de l’Equipement, le conseil provincial et la commune de Meknès. De leur côté, les centres d'Aït Ghanem, Tawssalt et Aït Amer Ouali (province d’Ifrane) seront prémunis contre les inondations grâce à des chantiers de l'ordre de 8 millions de DH.

    Prospection et forages aussi

    Conformément à la thématique choisie par l'ONU cette année «ne laisser personne de côté», l’ABHS réalise, chaque année, un programme de forages, en vue de prospecter et de dégager les eaux souterraines dans différentes régions du bassin de Sebou en particulier en milieu rural afin de permettre l’accès à l’eau potable aux habitants locaux. L’ABHS réalise également des projets de collecte et de stockage des eaux pluviales (Metfias) pour constituer des points d'eau nécessaires à l’approvisionnement en eau de certaines écoles et mosquées en milieu rural reculé. De plus, l’ABHS dans ses programmes de développement et d’investissement donne beaucoup d’importance à l’approche genre, et ce dans l’optique d'assurer un développement inclusif et durable, et un équilibre entre les régions du bassin, et d'éviter toute sorte de discrimination.

    De notre correspondant permanent, Youness SAAD ALAMI

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc