×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Occupation du domaine public: L’arrondissement du Maârif bat des records

    Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5477 Le 20/03/2019 | Partager
    43% des PV dressés par la police administrative
    Une panoplie de contraventions
    Une hausse des recettes de la ville estimée à 40%
    occupation-du-domaine-public-077.jpg

    Les uniformes actuels de la police administrative, inspirés de ceux de Rabat, seront remplacés par des costumes bleus avec l’effigie de la ville de Casablanca et un badge identifiant l’agent (Ph. L’Economiste)

    Nouvelles missions, nouveaux costumes.  Le déploiement de la police administrative sur l’ensemble du territoire casablancais s’accompagnera d’un relifting des uniformes des agents. Casa-Prestation vient en effet de lancer un appel d’offres pour la confection de 300 uniformes (2 par personne) pour un coût global estimé à près de 620.000 DH.

    Le nouvel uniforme bleu (pour se distinguer de celui des agents de Rabat en vert) a été conçu par les étudiants de l’Esith. Il complétera l’attirail des agents de la police administrative (voitures de service, tablettes, badges…). Ces derniers ont d’ores et déjà entamé des opérations sur les arrondissements d’Anfa, Sidi Belyout et Maârif en janvier dernier (cf. édition du 22 janvier 2019). Les agents communaux accompagnés de l’autorité ont déjà entamé leurs rondes dans ces quartiers.

    Des milliers de PV ont été établis rien que sur ces 3 arrondissements connus pour leurs activités commerciales. L’opération s’est soldée par un premier bilan pour les mois de février à la mi-mars. Il en ressort que c’est l’arrondissement du Maârif qui bat des records en matière d’occupation du domaine public.

    En effet, plus de 43% des contraventions concernent l’absence d’autorisation d’exploitation du domaine public. Le défaut de reçu de paiement pour les banderoles publicitaires est la deuxième contravention la plus fréquente (24,5%), suivi par le non-paiement pour les bâches imprimées (20%), le non-respect des superficies autorisées (9,3%)… Sur le territoire de l’arrondissement d’Anfa, l’absence d’autorisation d’exploitation du domaine public arrive en tête des contraventions enregistrées, soit 37,4%, suivie par le non-respect des superficies autorisées (19,7%), le défaut de reçu de paiement pour les banderoles publicitaires (16,5%)…

    «La régularisation de la situation de ces commerces se traduira par une hausse des recettes de la ville», témoigne une source, qui estime cette augmentation à près de 40%. Pourtant, les 48 agents déployés ne représentent qu’un tiers des effectifs qui seront sur le terrain à terme (150).

    Pour rappel, ces brigades multidisciplinaires, qui relèvent de la commune urbaine de Casablanca, sont chargées de la verbalisation des contraventions en matière d’hygiène, d’urbanisme ou encore l’occupation du domaine public. Elles se basent sur les dispositions du nouvel arrêté municipal relatif à l’hygiène, adopté par le Conseil de la ville lors de la session de février 2018.

    Aziza EL AFFAS

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc