×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Résultats annuels: Atlanta contient la baisse de régime de l'automobile

    Par Franck FAGNON | Edition N°:5476 Le 19/03/2019 | Partager
    La compagnie assume la hausse des tarifs des garanties annexes et des franchises
    Le ratio combiné auto s'établit tout de même à 95%
    Le résultat net a augmenté de 15% et le chiffre d'affaires de 7,1%
    resultats_atlanta_076.jpg

     L'assureur maintient une bonne dynamique commerciale sur les principales branches. En revanche, comme pour tout le secteur, il doit composer avec la hausse de la sinistralité automobile. Cette branche pèse 30% de ses revenus

    Si la sortie de route de l'automobile affecte les performances des compagnies d'assurances, les effets sont variables selon les acteurs. Les premières mesures prises pour contrer la hausse de la sinistralité et la performance du portefeuille de placement ont permis d'amortir le choc.

    La réponse d'Atlanta a été notamment d'augmenter les tarifs pour les garanties annexes. La compagnie a également entrepris une revue des franchises et procédé à une nouvelle classification pour les cyclomoteurs.

    «La compagnie n'a jamais été à l'extrême de certaines pratiques sur le marché, notamment des franchises tierces à 0 ou 500 DH par exemple. Nous essayons toujours de rester attentifs aux évolutions du marché sans perdre de vue la rentabilité. Aujourd'hui, la hausse des franchises et des tarifs se fait d'une manière extrêmement segmentée», a commenté Jalal Benchekroun, directeur général délégué d'Atlanta, lors de la présentation des résultats annuels.

    Il faudra du temps pour évaluer les effets des solutions de place et des initiatives individuelles sur la rentabilité de la branche. Le coût des sinistres et les frais de gestion ont absorbé 95% des primes auto émises par Atlanta en 2018. Le poids des sinistres masque la bonne performance commerciale, puisque le chiffre d'affaires de la branche a augmenté de 10% à 730 millions de DH.

    Les revenus de l'ensemble du segment non-vie se sont améliorés de 7,3% à  1,9 milliard de DH en 2018. Atlanta revendique une part de marché de 8,4% sur ce segment. La compagnie enregistre également une belle dynamique commerciale sur la branche vie avec une hausse de 13% des primes à 481 millions de DH (2,6% de part de marché). Toutes branches confondues, le chiffre d'affaires de l'exercice a dépassé 2,4 milliards de DH, en hausse de 7,1%.

    Les frais de gestion ont augmenté de 4,7% à 560 millions de DH. Le résultat financier a progressé de 8,6% à 281 millions de DH. La compagnie a dégagé un bénéfice de 221 millions de DH, en hausse de 15%. Elle proposera à la prochaine assemblée générale la distribution d'un dividende de 3 DH par action contre un coupon de 2,80 DH par action précédemment.

    Au niveau des comptes consolidés, les bénéfices sont restés stables à 211 millions de DH. Le décalage du rythme de progression par rapport aux résultats sociaux est imputé à Oulmès dans laquelle Atlanta détient une participation de 28,4%. Le résultat de la société agroalimentaire s'est effondré de 92% en 2018 du fait du boycott de sa marque Sidi Ali.

    F.Fa

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc