×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Competences & rh

    Tendances RH 2018: Le marché de l’emploi se professionnalise

    Par Tilila EL GHOUARI | Edition N°:5471 Le 12/03/2019 | Partager
    Les profils expérimentés sont les plus convoités
    Les offres destinées aux bac+4 et plus en hausse de 43 points
    Les secteurs de l’informatique et des call centers captent le plus gros des offres
    metiers_de_linformatique_071.jpg

    Les profils ayant un master et plus en informatique ont le plus de chance de trouver un travail. Près des 3/4 des offres d’emploi en 2018 leur sont destinées 

    IT, offshoring et call center sont les secteurs qui ont concentré le plus de demandes de recrutement en 2018. C’est ce que révèle l’enquête annuelle «Tendances RH», réalisée par le cabinet de recrutement en ligne, ReKrute.com. Toutefois, sur les 99.832 offres d’emploi diffusées durant l’année, une baisse de 17% a été relevée.

    Selon le jobboard, cette diminution n’est pas alarmante. «En 2018 nous avons constaté que la chasse directe a triplé au détriment des annonces postées sur le site», explique le management. Elle est également corrélée au recul des offres destinées aux bac+3 et moins de 33%.

    Pour ces profils, les fonctions les plus recherchées sont les métiers du call center. Ils ont capté près des 2/3 des demandes avec une légère baisse de 3 points. Cette forte demande est liée au turnover élevé du secteur. La plupart des personnes qui y travaillent considèrent ce job comme étant temporaire, le temps de trouver un poste qui réponde mieux à leurs aspirations de carrière.

    Avec 11% des offres, la fonction informatique vient en 2e position et gagne ainsi 10 points par rapport à 2017. Elle est suivie des postes de commerciaux qui ont connu une baisse de 7 points. Ils ont tout de même réussi à garder leur place sur le podium, avec une offre sur 10 qui leur est destinée.

    Côté secteur d’activité, les centres d’appel ont maintenu leur pole position pour la catégorie bac+3 et moins avec 71% d’offres. Toutefois, il est à noter que le secteur a perdu 9 points par rapport à 2017. La seconde place revient à l’informatique (14%) qui a progressé de 12 points.

    Quel que soit le type d’activité, les employeurs préfèrent embaucher des profils expérimentés, plus précisément ceux ayant entre 1 et 3 ans d’expérience. Ces dernières ont canalisé 41% des offres des bac+3 et moins en 2018, au détriment des profils débutants (29%) qui ont chuté de 32 points. 

    Sur un registre plus optimiste, l’enquête des tendances de recrutement RH indique que le marché du travail se professionnalise de plus en plus. Les offres d’emploi destinées aux bac+4 et plus ont connu une hausse de 43 points. Sur cette catégorie, ce sont les profils les plus expérimentés qui ont la cote. 8 offres sur 10 concernent les cadres ayant plus de 3 ans d’expérience. Les plus convoités sont ceux entre 3 à 5 ans en entreprise (49%), suivis de ceux avec 5 à 10 ans d’expérience (25%).

    centres_dappels_071.jpg

    Depuis quelques années, les call centers sont les plus importants recruteurs des profils bac+3 et moins. Le secteur fait ainsi partie des plus importants créateurs d’emplois

    Même s’ils sont classés à la troisième place avec 14% des demandes les concernant, les 1 à 3 ans d’expérience ont connu une baisse de popularité de 6 points auprès des employeurs. Ceux à qui la chance a moins souri sont les jeunes diplômés avec à peine 5% des offres d’emploi qui leur sont destinées, mais aussi les profils ayant moins d’un an d’expérience (2%).

    La fonction la plus prisée durant 2018 pour les bac+4 et plus est l’informatique. Elle a concentré le ¾ des demandes (26.848 offres d’emploi), soit une augmentation de 14% par rapport à 2017. Toutefois, ce fort engouement cache un réel malaise dans le secteur. Seulement 8.000 ingénieurs et assimilés  arrivent sur le marché chaque année, alors que la demande dépasse largement ce nombre.

    Pour précision, ce chiffre englobe également les informaticiens (bac+3) et les techniciens. De plus, ces profils s’expatrient de plus en plus ces derniers temps. Rien qu’au 1er semestre de 2018, quelque 600 ingénieurs ont quitté le Maroc pour des postes à l’étranger, selon l’Apebi. Dans de moindres proportions, les commerciaux occupent la deuxième position avec seulement 3% des offres, en baisse de 5 points par rapport à 2017.

    Pour ce qui est des secteurs les plus dynamiques, l’on retrouve –sans grande surprise- celui de l’informatique qui a capté près des deux tiers des offres d’emploi durant l’année. Il est suivi par l’offshoring (16%) qui a connu une hausse de 14 points en un an, et en troisième position le secteur bancaire (3%), en stagnation.

    T.E.G.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc