×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Recherche scientifique et innovation à la rescousse

    Par Ali KHARROUBI | Edition N°:5471 Le 12/03/2019 | Partager
    Amélioration génétique des porte-greffes pour des plants plus résistants aux maladies
    9 nouvelles variétés d’agrumes créées
    fertilisation_071.jpg

    La gestion de la fertilisation des agrumes et l’assainissement des variétés et porte-greffes d’agrumes sont au centre des préoccupations des recherches scientifiques (Ph. cultures-tropicales)

    En parallèle aux travaux des agriculteurs pour améliorer leur production et la prémunir contre les différentes menaces virales et phytosanitaires, plusieurs centres et instituts mènent des études sur la protection des plantes et l’amélioration des récoltes.

    C’est le cas de de l’INRA de Kenitra qui pilote des recherches pour lutter contre les principaux ravageurs, insectes émergents potentiellement vecteurs de maladies cryptogamiques et mauvaises herbes associées aux agrumes. De fait, il contribue au développement des nouvelles méthodes moléculaires et sérologiques de détection des virus et des nématodes des agrumes et autres cultures. Comme il a pour mission de développer de nouveaux outils pour l’assainissement des plants d’agrumes.

    «Les principales recherches focalisent sur l’amélioration génétique des variétés et porte-greffes d’agrumes par l’application des hybridations de la culture in vitro et de la fusion somatique. Comme elles se concentrent sur la création de porte-greffes résistants aux contraintes biotiques, recherche d’associations de variétés porte-greffes adaptés pour chaque région agrumicole tout en les assainissant pour la production de greffons et semences certifiés», confie à L’Economiste Hassan Benaouda, chef du Centre régional de la recherche agronomique de Kenitra.

    L’ensemble de ces travaux et recherches ont permis la sélection de clones nucellaires de la variété Valancia -late, d’un hybride tardif du mandarinier Nadorcott, la sélection de deux variants de Sanguinelli et de la grosse sanguine avec réalisation d‘un variant de Salustina. De quoi réjouir les agriculteurs de toutes les régions agrumicoles.

    De son côté, Hamid Benyahia, coordinateur de l’unité de recherche-amélioration des plantes et conservation des ressources phytogénétiques au Centre régional de la recherche agronomique El Menzah, a confirmé que son département est en mesure de répondre aux multiples attentes des agriculteurs et de leur fournir des combinaisons performantes dans les régions. Il est également en mesure de proposer des porte greffes de substitution pour passer du porte greffe national à des porte greffes régionaux (Berkane, Souss Marrakech et Béni Mellal).

    De telles avancées ont permis la création de neuf nouvelles variétés de mandarines: Al Gharbaouia, Al Maamora, Al Hamra, Hanna, Al Marzaka, Al Mahdia, Aya, Mabrouka et l’Orange Chamssia. En plus de ces avancées en matière de protection phytosanitaire, l’INRA Kenitra mène des luttes contre les nématodes des cultures et les maladies cryptogamiques post-récolte.

    L’organisation de ces journées ponctue la première décennie du contrat programme et une opportunité pour dresser le bilan sur les avancées réalisées et les contraintes qui restent à relever dans le cadre d’une approche participative.

    A.K.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc