×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Tribune

    Le «Sukuk marocain», un modèle pour l’Afrique

    Par Boubkeur AJDIR | Edition N°:5468 Le 07/03/2019 | Partager

    Boubkeur Ajdir, Partner IFAAS Groupe depuis 2008. Il a dirigé plusieurs projets internationaux en matière de Sukuk, de fonds d’investissement, de Takaful, de mise en place de fenêtres islamiques au sein d’établissements conventionnels

    L’émission du premier Sukuk souverain du Maroc, tant attendue par le secteur financier du Royaume, a eu lieu en octobre 2018. Si l’attente fut longue selon certains observateurs, ce temps était absolument nécessaire. Cet événement marque dans le même temps une date historique pour le marché de la finance participative au Maroc mais aussi pour le continent africain eu égard aux nombreux défis relevés par les autorités marocaines.

    1. Une sécurité juridique indispensable aux investisseurs.
    Si plusieurs pays africains ont précédé le Maroc en matière d’émission de Sukuk souverain, l’expérience du Royaume est passée par des étapes structurelles que les voisins n’ont pas encore franchies.
    L’un des principaux challenges à relever consistait à instaurer d’abord un ancrage réglementaire juridique solide tout en l’inscrivant dans les mécanismes de la titrisation, déjà connus par la place financière. La tâche n’était pas simple car il fallait impérativement éviter de se précipiter en se contentant de répliquer le modèle des pays du Golfe. Ce dernier, en réalité, n’était pas transposable tant l’approche anglo-saxonne du droit se distingue de l’approche civiliste. La loi marocaine relative à la titrisation a été bien «pensée». Les prochains textes, en cours d’élaboration en vue de compléter la réglementation, viendront la renforcer.

    2. Une émission garantissant une sécurité «chariatique»
    D’un autre côté, et comme chacun sait, un instrument financier, quel qu’il soit, ne peut prétendre être «charia compatible» sans se soumettre à un examen à travers le prisme du droit musulman des affaires et de sa jurisprudence. Dans ce contexte, la commission de la Finance participative du Conseil supérieur des oulémas a d’abord dû s’approprier le sujet, le comprendre dans toutes ses dimensions juridico-éthiques et économiques, l’analyser dans ses moindres détails avant de se prononcer sur sa conformité aux préceptes de la charia. Les oulémas ne se sont pas contentés d’émettre une opinion de principe sur un concept, ni sur un simple schéma (comme on pourrait parfois le croire), mais ils ont scruté le montage dans tous ses contours juridique, financier, comptable et transactionnel. Enfin, s’il était nécessaire de réunir «sécurité juridique et sécurité chariatique», tant pour l’Etat – l’émetteur – que pour les investisseurs, il fallait encore donner un sens économique à cette opération en trouvant l’équilibre nécessaire sur le plan purement financier. Il a fallu, par conséquent, mettre en place une structure de Sukuk qui assure un rendement aux investisseurs tout en protégeant leur capital. La tendance du marché étant plutôt orientée vers la prudence, une structure trop risquée ne pouvait s’envisager. Les autorités ont alors retenu une structure classique de type Ijara ayant comme sous-jacents l’usufruit d’actifs immobiliers faisant partie du domaine privé de l’Etat. Le rendement annuel espéré s’élèvant à 2,66% l’an est issu des revenus locatifs, pour une maturité de cinq années. Les investisseurs ne s’exposent à aucune surprise et prennent le risque de défaut de l’Etat marocain. Le premier certificat de Sukuk souverain du Maroc a été sursouscrit 3,6 fois. Les banques conventionnelles ont également été très attirées par ce papier puisqu’elles représentent 39% des investisseurs qui y ont souscrit.

    Les banques participatives mais également les assets-managers, les assureurs et futurs opérateurs Takaful disposent maintenant d’un instrument qui vient diversifier leur univers d’investissement qui, à ce stade reste encore limité. On retrouve cette situation dans d’autres pays africains.

    Les autorités du Royaume n’entendent pas s’arrêter en si bon chemin et comptent poursuivre leurs efforts en vue du renforcement du cadre réglementaire. L’objectif étant d’élargir le champ des possibles pour l’ensemble des typologies de Sukuk qu’ils soient à vocation d’investissement ou de financement tel que le prévoit la loi. Les banques participatives, qui font face à des tensions sur leurs liquidités, pourraient bien être tentées par des émissions de Sukuk pour financer leur développement ou renforcer leurs fonds propres. 

    A plus long terme, le marché pourrait même voir émerger d’autres instruments financiers permettant à l’Etat de lever des fonds sans s’appuyer sur les mécanismes de la titrisation, à l’instar de ce qui se fait dans d’autres pays par exemple avec «des bons du Trésor participatifs».

                                                                      

    Mécanisme de financement innovant pour les économies africaines

    Des études ont été menées dans la zone UEMOA par les régulateurs en vue de l’évolution de la réglementation relative à la titrisation. La Tunisie dispose également d’un texte qui régit les fonds émetteurs de Sukuk. Cet instrument phare de la finance participative s’installe progressivement et naturellement dans le paysage financier africain.

    Plus récemment, la Banque d’Algérie a publié un nouveau règlement mais qui, à ce stade, ne concerne que les produits bancaires participatifs. Par leurs spécificités et leur ancrage dans l’économie réelle, les Sukuk ouvrent ainsi la voie à des mécanismes de financement qui permettront tant aux Etats qu’aux grandes entreprises, qu’elles soient publiques ou privées, de repenser leur approche vis-à-vis des bailleurs de fonds.

    A moyen terme et si l’ensemble des acteurs concernés poursuivent leurs efforts, nous sommes convaincus que les émetteurs du continent africain réduiront progressivement leur niveau d’endettement. Avec un tel objectif (réduction de dette publique et privée), la finance participative dispose d’un argument fort.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc