×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Analyse

    Territoires: Les décideurs manquent de visibilité!

    Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5468 Le 07/03/2019 | Partager
    Les collectivités territoriales appellent à renforcer le système statistique
    C’est décisif pour améliorer le ciblage et l’allocation des ressources
    Les inégalités persistent entre milieux urbain et rural et entre les régions

    Dans son dernier rapport sur les Objectifs de développement durable, la Cour des comptes a ouvertement fustigé le retard accusé dans les réformes du système statistique national. Le même constat vient d’être formulé par l’Observatoire national du développement humain, qui a présenté, hier mercredi, les résultats préliminaires d’une étude sur les disparités territoriales dans le domaine de l’information statistique.

    L’objectif est de favoriser le suivi et l’évaluation des politiques publiques et des stratégies de développement. L’idée est aussi d’accompagner l’implémentation de la régionalisation avancée. D’autant qu’une grande demande a été formulée par les provinces et les préfectures pour enrichir le système d’information, à cause de la rareté et du manque de régularité des données au niveau territorial. Pour les décideurs, l’outil statistique est décisif pour améliorer le ciblage et l’allocation des ressources, mais aussi pour anticiper les tendances sociales.

    Atténuer les disparités territoriales en matière d’information statistique est décisif pour assurer la pertinence du suivi de la réalisation des ODD. Actuellement, «les acquis dans plusieurs domaines peuvent masquer un effritement de la cohésion sociale, si nous ne disposons pas de données sur les disparités territoriales», a estimé Mohamed Douidich, auteur de cette étude.

    Il a rappelé que selon les données actuelles, la pauvreté absolue recule au Maroc, alors que la pauvreté relative stagne. Les inégalités en termes de niveau de vie stagnent également, mais à la frontière du socialement tolérable.

    Ces disparités concernent plusieurs domaines, comme la scolarisation, l’accès aux soins de santé… Dans ces différents secteurs, les inégalités persistent entre les milieux urbain et rural, comme l’a montré le dernier rapport de l’ONDH sur l’analyse longitudinale des vagues du panel des ménages. Selon ce document, «le niveau de vie des urbains est environ 2 fois plus élevé que celui des ruraux».

    Idem pour le taux de pauvreté relative, dont la moyenne est de 19,7% au niveau national, mais qui reste plus important dans le monde rural, avec 38%. Au-delà des disparités par milieu, le renforcement du dispositif statistique au niveau territorial devra favoriser l’adaptation des politiques publiques en fonction des déficits dont souffre chaque région.

    Les déficits encore importants en milieu rural

    • 38% est le taux de pauvreté relative en milieu rural contre 19,7% au niveau national
    • 17,5% est le taux de vulnérabilité en milieu rural contre 9% au niveau national
    • 2,2 ans est la moyenne d’années d’études dans le milieu urbain contre 6,1 ans dans les villes
    • 50% des jeunes ruraux quittent le système éducatif avant de terminer le secondaire ou le 1er cycle supérieur, contre 1/5 des jeunes citadins.

    M.A.M.

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc