×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Fès: Un projet touristique laminé, sans raison...

    Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5453 Le 14/02/2019 | Partager
    Face au silence des autorités, cet acte reste «incompréhensible»
    Le propriétaire du projet réclame réparation physique et morale
    fes-un-projet-touristique-053.jpg

    Gros dégâts suite à la démolition partielle du complexe touristique «Diamant vert». Le propriétaire du projet réclame justice. Il vient de déposer un recours auprès du tribunal administratif (Ph. YSA) 

    Près de deux semaines après la démolition partielle du complexe touristique «Diamant vert», les autorités de Fès continuent de maintenir le silence. En effet, aucun communiqué officiel n’a été publié en guise d’explication. Pourtant, l’opération de destruction, largement rapportée par les médias (cf. https://leconomiste.com/archive), a choqué l’opinion publique.

    Du côté des professionnels du tourisme, c’est l’incompréhension et le désarroi. «Il est anormal que nous n’ayons pas de renseignements sur cette affaire», martèlent des hôteliers de la ville. «Où sont les associations professionnelles, le CRT, la CGEM, la Chambre de commerce…?» s’interrogent-ils.

    Pour rappel, une opération commando a été menée, vendredi 1er février, a priori «pour stopper un chantier non autorisé». Supervisée par le wali de la région, en personne, l’intervention a abouti à la démolition de deux bungalows, 4 piscines, des vestiaires, la pelouse, et autres annexes du complexe touristique. «Notre projet est non seulement autorisé, mais en plus le complexe est ouvert depuis des années», affirme Mustapha Amrani, propriétaire du projet.

    Un premier bilan, selon lui, fait état de «plus de 5 millions de DH de dégâts». Opérationnel depuis plusieurs années, le complexe «Diamant vert» s’étend sur une superficie de 14,5 ha, acquis des Eaux et forêts dans le cadre d’une opération d’échange contre 117 ha.

    L’Economiste dispose d’une copie du titre de propriété de la conservation foncière, le plan du projet autorisé, ainsi que l’attestation du classement de la résidence touristique (catégorie 2, soit un 4 étoiles) avalisée en 2009 par l’ex-wali de la région. Le complexe est doté de 5 piscines, des toboggans, une salle des fêtes, des restaurants, 57 bungalows, et un espace dédié aux camping-cars conformes aux normes d’hygiène et de sécurité.

    Le projet, qui emploie 70 personnes en basse saison et le double en été, est fréquenté, pendant l’hiver, majoritairement par les touristes étrangers. «Nous sommes aux portes de la ville de Fès et à quelques mètres de la forêt d’Aïn Chkef… d’où le succès de notre produit», indique Amrani. D’ailleurs, malgré la démolition d’une partie de son projet, il continue à recevoir ses clients.

    Signalons enfin qu’une commission de classement s’est rendue le 5 février (soit 4 jours après la démolition) pour «contrôler» sa résidence touristique, ou du moins ce qui en reste. A ce titre, Amrani estime qu’il a été victime d’abus et a déjà mandaté des avocats pour défendre son dossier auprès du tribunal administratif. Affaire à suivre

    De notre correspondant permanent, Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc