×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossier Spécial

    Spécial Casablanca/ Hôtellerie: De nouvelles capacités en renfort

    Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5449 Le 08/02/2019 | Partager
    Elles augmentent de 6% chaque année
    Plus de 20.217 lits en 2017
    casa_hotellerie_049.jpg

    Companile et Ibis figurent parmi les nombreuses enseignes hôtelières qui se sont installées à Casablanca ces dernières années (Ph. F. Al Nasser)

    Casablanca est une destination d’affaires incontournable. La ville se positionne depuis peu comme une nouvelle destination de loisirs (nouveaux centres commerciaux, Marina, Grand théâtre…).

    Troisième destination touristique du pays, la capitale économique a enregistré plus de 2 millions de nuitées en 2017, dont la grande majorité est portée par la demande étrangère (75%). Pour rappel, il y a encore quelques années, l’offre hôtelière de la ville était limitée. Du coup, dès qu’il y a 2 ou 3 gros évènements concomitants, les hôtels affichent complet (cf. édition du 26 novembre 2014).

    Aujourd’hui, la donne est en train de changer. La capacité litière de la ville a augmenté en moyenne de 6% depuis 2013, passant d’un peu plus de 16.000 lits à plus de 20.217 en 2017 (voir aussi infographie). Campanile, Onomo, Barcelo Anfa, Novotel, Ibis, Le Casablanca, Four Season, Grand Mogador… Les enseignes et les projets de construction d’hôtels foisonnent à Casablanca. Des unités hôtelières sont en chantier sur le périmètre de la future gare LGV Casa-Voyageurs.

    Parmi lesquelles, l’enseigne Ibis, qui a déjà ouvert ses portes, ainsi que 3 autres unités non loin de la place Albert Ier. Un autre établissement hôtelier (Delta Atlas) est également sis sur le rond-point Shell, à côté de l’Imperial Casablanca, inauguré en 2013.

    Un autre Ibis est actuellement en construction sur boulevard Abdelmoumen, sans oublier l’appt-hôtel Strelysia (sur boulevard Bir Anzarane). Un autre projet est en gestation au quartier Racine. Cette effervescence témoigne du regain d’intérêt et du dynamisme de ce secteur.

    Selon une étude, effectuée par un opérateur de la place, les 4 et 5 étoiles sont les plus prisés, sachant qu’ils représentent 54% de l’offre hôtelière de la métropole. Ils accaparent ainsi plus de 60% des arrivées et nuitées de la métropole. Les 5 étoiles superforment par rapport au marché avec un taux d’occupation de 65% en 2017, supérieur à la moyenne de la ville qui est de 52%.

    Et sans surprise, Français, Anglais et Espagnols figurent en tête des nationalités en termes de nuitées, alors que les visiteurs d’origine africaine représentent encore une minorité d’à peine 6%. Si Casablanca ambitionne de développer, à l’horizon 2020, une offre dédiée au tourisme d’affaires, beaucoup reste encore à faire sur le terrain pour concrétiser cette vision.

    Outre les affaires et le shopping, Casablanca mise aussi sur le développement d’offres de niche comme le golf ou le bien-être. L’objectif aussi est de capitaliser sur l’affluence d’affaires pour mettre en place une offre «city-break», articulée autour de la culture et des loisirs et en optimisant les synergies avec les régions avoisinantes, en particulier les sites de Rabat et d’El Jadida. In fine l’idée est de développer l’offre Mice (meetings, incentives, congrès/conventions et événements).

    Un contrat-programme régional a été signé dans ce sens dès 2014. Ce dernier liste 46 projets qui devront changer le visage de la ville. Mais à l’exception de ceux portés par le fonds  Wessal Capital  ou ceux financés dans le cadre du PDGC, la majorité des projets peine à se concrétiser.

    A titre d’exemple, sur les 6 musées qui devaient être lancés depuis 2014, aucun n’a vu le jour 4 ans plus tard. Il s’agit notamment des musées d’art moderne, de l’aviation, de l’histoire, de la mer, de la mode/design...

    Aziza EL AFFAS

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc