Economie

Fitur/Tourisme: Le Maroc à l’assaut des nouveaux marchés

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5438 Le 24/01/2019 | Partager
USA, Brésil, Chine… des marchés prioritaires
ONMT et CRT mettent en avant les atouts du Royaume
futur-tourisme-038.jpg

Une délégation de plus de 150 professionnels a fait le déplacement à Madrid pour promouvoir la destination et rassurer les TO espagnols. Les professionnels marocains ont été chaleureusement salués par Karima Benyaich, ambassadeur du Maroc en Espagne (à gauche) (Ph. YSA)

C’est hier, mercredi 23 janvier, que s’est ouvert le Fitur 2019 à Madrid, l’un des plus grands salons consacrés au tourisme dans le monde. Le nouveau DG de l’Office national du tourisme, Adel El Fakir, qui venait juste d’exposer son plan d’action 2019, a effectué le déplacement à la tête d’une délégation marocaine composée de plus de 150 opérateurs. Ils ont été chaleureusement salués, pour leur mobilisation exemplaire, par Karima Benyaich, ambassadeur du Maroc en Espagne.

La diplomate a tenu à visiter tous les stands du pavillon Maroc (Hall 6) afin de s’enquérir du plan promotionnel des différentes destinations du Royaume. Elle devrait remettre le «cadeau de Fès» au Roi Felipe d’Espagne.

«Chaque année, nous lui offrons des présents en guise d’amitié séculaire. Après le coffret de la fraternité, et la porte d’Afrique, nous lui transmettons cette année des décorations de bureau conçues par les artisans fassis», explique Aziz Lebbar, président du Conseil provincial du tourisme (CPT) de Fès.

Pour la délégation marocaine, Fitur est une occasion d’établir des contacts avec les opérateurs d’autres pays participant à l’événement mondial, qui se poursuit jusqu’au 27 janvier. Ainsi, les opérateurs touristiques de Fès, Meknès, Rabat, Tanger, Marrakech, Ouarzazate, Sud et autres destinations y montrent les multiples facettes du tourisme marocain.

Leur conviction, partagée avec le DG de l’Office, est de conquérir les nouveaux émergents, comme la Russie, les Etats-Unis, le Brésil et les marchés de l’Asie notamment la Chine. Pour séduire, les opérateurs mettent en avant les atouts, la nature, le balnéaire, les dunes et… la sécurité du pays. Des rencontres BtoB sont au menu avec TO, journalistes, compagnies aériennes et agents de voyages.

Sur place, les exposants sont en ordre de bataille. Une mission est assignée à chacun des participants afin de vanter les destinations nationales. En ce sens, la délégation de la région Fès-Meknès est représentée, à titre d’exemple, par une trentaine de professionnels. «Nous sommes là pour défendre les territoires touristiques, signer des partenariats et séduire un maximum de touristes», indique Lebbar, président du CPT de Fès.

Et d’ajouter: «Nous mobilisons nos partenaires institutionnels, conseils élus et députés pour mieux vendre la ville, créer une véritable synergie et booster la diplomatie parallèle». En fait, la délégation du territoire touristique centre-nord est constituée notamment de Houcine Abbadi, président du conseil préfectoral, Yassir Jawhar, président-délégué du CRT, Adil Terrab, président du CPT de Meknès, ainsi que les opérateurs touristiques Mehdi Abbadi, Rachid Azami, Mohamed Morad, Ahmed Sentissi, Noureddine El Khomssi et Omar El Kadri, entre autres.

Leur ambition est d’accueillir des professionnels intéressés par le marché national, ainsi que des particuliers voulant découvrir le produit touristique, la culture et la richesse civilisationnelle du Royaume, et principalement les médinas renouvelées de Fès et de Meknès, l’offre touristique d’Ifrane, les thermes Vichy Moulay Yacoub, les petites bourgades de Sidi Hrazem, et Volubilis.

Bref, donner de la visibilité sur la destination Fès-Meknès auprès de la clientèle espagnole, en tant que 2e marché émetteur traditionnel à fort potentiel. Mieux encore, les professionnels veulent promouvoir la proximité du Maroc avec l’Europe en programmant «un voyage, deux continents».

«Nous organisons un éductour le 16 février dans le but de lancer un package qui réunit, lors d’un séjour en Europe et Afrique, les villes impériales marocaines avec Séville et Malaga (Espagne)», indique Azzedine Bijjou, directeur du bureau de l’ONMT-Malaga. Selon lui, «les TO Espagnoles se chargeront par la suite de la promotion de ces packages auprès de leur clientèle digitale et traditionnelle».

Pour sa part, le Maroc compte multiplier les actions de communication (réseaux de distribution, médias, grand public...) afin de véhiculer une image positive de son label au Fitur. Pour le Royaume, Madrid représente le principal foyer émetteur de touristes  avec 19% du volume global (2,3 millions de touristes ibériques à fin novembre 2018, un chiffre en hausse de 6%.).

Les chauffeurs de taxi paralysent le salon

chchaffeurs_de_taxi_salon_tourisme_038.jpg

Ce 23 janvier, le Roi d’Espagne a inauguré le 39e Fitur malgré les vives contestations des gilets jaunes et chauffeurs de taxi aux portes de la vitrine internationale du tourisme. Bloquant les principaux accès du salon, ces derniers ont entamé une grève illimitée contre les services de location de voiture avec chauffeur du type Uber et Cabify, qu'ils accusent de concurrence déloyale. «Ils circulent dans les rues, prennent nos clients, et nous en avons assez. Nous payons des taxes cumulées… pas eux», scandent-ils. Leur mouvement a engendré de grosses perturbations pour les organisateurs du salon. Un événement qui attire chaque année plus de 10.000 exposants de 167 pays, et quelque 250.000 visiteurs.

                                                                      

Les priorités de l’ONMT

Au Fitur, Adel El Fakir veut mettre sur le terrain sa stratégie, annoncée le 22 janvier à Casablanca. En effet, le nouveau DG de l’Office amorce un virage digital pour la promotion de la destination Maroc, la consolidation des marchés émetteurs classiques du vieux continent et la conquête des marchés émergeants  tels les USA, le Brésil, la Russie et la Chine.

Pour cette dernière, les touristes sont de plus en plus nombreux à visiter le Royaume. Ils étaient plus 120.000 touristes à se rendre au Maroc en 2017, et plus de 100.000 Chinois rien que sur les cinq premiers mois de l’année 2018. Avec la mise en place d’une liaison aérienne directe entre le Maroc et la Chine, ce chiffre devrait être multiplié par 3 ou 4.

Pour les conquérir, l’ONMT s’appuiera sur l’analyse constante des données (data et big data) préalable à l’adoption d’une stratégie marketing plus pointue. Cette opération devrait permettre une meilleure flexibilité et réactivité nécessaires dans un secteur mondial très compétitif. Signalons enfin que l’amélioration de l’accessibilité aérienne des villes non encore desservies est de mise.

DNES à Madrid, Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    abonnement@leconomiste.com
    mareaction@leconomiste.com
    redaction@leconomiste.com
    publicite@leconomiste.com
    communication@leconomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc