×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Analyse

    Protection de l’environnement: Tout se recycle ou presque!

    Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5430 Le 14/01/2019 | Partager
    La nouvelle décharge de Mnabha revalorise 38% des déchets
    Ce taux devra être porté à 55% d’ici 2029
    tric_recyclage_plastique_030.jpg

    Le centre de valorisation à Mnabha géré par Ecomed reçoit 900 tonnes produites par un million d’habitants. C’est le premier centre de tri et de production du comestible de récupération. Au centre de revalorisation des déchets, on trie, on isole les déchets qui peuvent avoir une deuxième vie et on prend le reste pour enfouissement (Ph. Mokhtari)

    C’est un coup double pour Ecomed à Mnabha. Le gestionnaire délégué des déchets ménagers a réussi à réhabiliter l’ancienne décharge de Harbil/Tamansourt, concevoir la première décharge contrôlée de Marrakech et offrir un centre de revalorisation des déchets à la région.  Le tout à 40 km au nord de Marrakech, loin des zones d’habitations.

    C’était en effet une des conditions afin d’éviter les mauvaises expériences précédentes et en finir avec des décharges non contrôlées, comme celle de Harbil.

    A l’origine, c’est un projet porté par deux femmes: Fatima Zohra Mansouri, ex présidente du conseil de la ville de Marrakech (cf. L’Economiste 3833 du 12 juillet 2012) et boosté ensuite par Hakima el Haite, ex-ministre déléguée auprès du ministre de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement, chargée de l’Environnement.

    Bénéficiant d’une superficie globale de 183 ha, la décharge de Mnabha, opérationnelle depuis février 2015, est constituée d’un casier d’enfouissement, de deux bassins de lixiviat, d’une plate-forme en béton, d’un centre de tri des déchets ainsi qu’un pont bascule.

    C’est ainsi que dès le départ, le projet a été conçu avec un centre de valorisation de déchets qui permet de redonner une seconde vie aux déchets collectés dans la ville de Marrakech et treize communes avoisinantes. Soit le traitement des déchets produits par plus d’un million d’habitants. A noter que pour ce projet, la région a opté pour une vision d’une décharge régionale.

    Côté coût, le secrétariat d’Etat en charge du Développement durable  (ex- département de l’environnement) a mis la main à la poche à hauteur de 130 millions de DH ainsi que la Commune de Marrakech avec une enveloppe budgétaire de 70 millions de DH. La gestion déléguée a été confiée à Ecomed pour une durée de 20 ans. Objectif : encourager la valorisation et le tri des déchets ménagers avant leur enfouissement.

    Plus concrètement, les déchets acheminés sont triés et débarrassés des produits encombrants manuellement, et dirigés dans des bennes pour un traitement mécanique. Les matières triées sont réorientées vers la valorisation comme les plastiques (PET, PEHD, …), le verre, l’aluminium, les cartons et papiers, la ferraille et d’autres encore. Les autres déchets ménagers sont eux revalorisés à l’unité de compostage et l’unité de production du combustible de récupération (CSR). 

    Tout ce processus permet la valorisation de 38 % des déchets reçus à la décharge. Soit près de 280.000 tonnes de déchets par an. Le reste est enfoui dans le site.  Construit sur 10.629 m2, la capacité de traitement  du centre de tri passera à plus de 561.000 tonnes par an à l’horizon 2029 pour une valorisation de 55% des déchets, espère Ahmed Hamidi, patron d’Ecomed.

    Le délégataire qui travaille sur plusieurs autres décharges au Maroc (Fès, Ifrane, Beni-Mellal, Dakhla, Safi, Laâyoune…) ambitionne de généraliser l’expérience de Marrakech à d’autres villes du Royaume.  Implanté au Maroc depuis une douzaine d’années, Ecomed est un holding marocain créé par deux sociétés américaines, GESI et Edgeboro. Le groupe est spécialisé dans la gestion des déchets solides à travers des décharges contrôlées et plus particulièrement dans le domaine du traitement et de la valorisation des déchets solides.

    Badra BERRISSOULE

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc