×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Rififi autour du Grand Stade de Tétouan

    Par Ali ABJIOU | Edition N°:5424 Le 03/01/2019 | Partager
    Un cabinet espagnol assure avoir été plagié
    Nawfal Bakhat, l’architecte marocain, crie à la diffamation
    grand-stade-de-tetouan-024.jpg

    Le stade, théâtre d’un affrontement entre architectes s’arrachant sa paternité, a fait l’objet d’un concours national d’architecture en 2014. Il en est à sa dernière phase de travaux (Ph. Aedis)

    A quelques mois de la fin de ses travaux, le Grand Stade de Tétouan a déjà commencé à alimenter la polémique. Le projet, signé par l’architecte marocain Nawfal Bakhat, a vu sa paternité remise en cause par l’architecte espagnol Carlos Lamela.

    Ce dernier, considéré comme l’architecte du monde du football en Espagne, dont le nom est lié aux récents projets d’extension du Bernabeu, le stade du Real Madrid, a affirmé par voie de presse avoir été plagié. Il avance que les plans du stade se seraient largement inspirés de ses travaux. Une affirmation que réfute en tous points Bakhat.

    L’architecte marocain assure à L’Economiste qu’il s’agit de calomnies et de diffamations, et que le projet est issu de son propre travail.

    L’attribution du projet du Grand Stade de Tétouan a été faite suite à un concours national d’architecture en 2014. Le règlement stipule que seuls les architectes inscrits au tableau de l’Ordre national des architectes du Maroc peuvent participer au concours et le signer en tant qu’auteurs du projet.

    Mais le règlement n’interdit pas aux architectes d’avoir recours à des prestataires externes, ce qui fut le cas avec le cabinet de l’Espagnol Lamela. Un protocole d’accord de collaboration technique avec Estudio Lamela avait alors été signé, mais il n’a pas été mené à son terme suite à des différends techniques entre les deux parties.

    Bakhat assure aussi ne pas comprendre cet acharnement médiatique soudain, intervenant après cinq ans du lancement du projet. Selon l’architecte marocain, «le cabinet Lamela prétend passer outre les lois et règlements en vigueur au Maroc d’un côté, et les conditions de résolution de litiges prévues par le protocole d’accord signé par les deux parties». Il réclamerait des droits sans fondement juridique. Bakhat indique ne pas avoir d’autre alternative que de lancer une procédure judiciaire et de poursuivre Lamela pour propos diffamatoires.

    A noter que le stade est actuellement dans les dernières phases de travaux. Son chantier a été lancé en octobre 2015. Il se trouve dans la périphérie de Tétouan, dans le quartier Mallalyenne, et s’étend sur 36 hectares.

    Il devait au départ accueillir un peu plus de 40.000 places. Ses plans ont ensuite été modifiés en vue de satisfaire aux dernières exigences de la Fifa, pour atteindre les 60.000 places. Pour l’organisation internationale, il s’agit du minimum pour accueillir des compétitions lors du Mondial.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc