×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Tourisme: Le Maroc présente son offre MICE

    Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5420 Le 26/12/2018 | Partager
    Au Meetings Morocco prévu les 10 et 11 janvier à Marrakech
    150 Hosted buyers de 25 pays y participent

    Le tourisme MICE (Meetings, incentives, conferencing, exhibitions) retrouve des couleurs au Maroc. En témoigne le calendrier très chargé des événements en 2018 et celui de 2019. Dans le monde, la place du MICE est croissante. Dans une volonté d’augmenter les formes de tourisme à haute contribution, les offices de tourisme misent de plus en plus sur le tourisme d’affaires, générateur de revenus et d’activité économique importante.

    C’est pour mettre en avant l’offre Maroc sur ce segment qu’un salon dédié a été initié, le Meetings Morocco dont la prochaine édition est prévue du 10 au 11 janvier à Marrakech. Honorant ses engagements envers l’exigence des marchés porteurs de tourisme d’affaires, l’évènement rassemble des acteurs actifs chacun dans sa destination respective ainsi que des experts de l’industrie Mice. 150 Hosted Buyers venus de 25 pays participeront à cette édition.

    La sélection comportera uniquement les acheteurs, porteurs de projets réels en provenance des pays émetteurs. A savoir, la France, l’Angleterre, l’Allemagne, la Pologne, la Russie, l’Italie, l’Espagne, la Turquie, et les nouveaux pays: l’Inde, la Chine, le Liban (8 agences spécialisées), l’Egypte, les UAE, mais aussi le Canada, USA et le Brésil.

    Côté marocain, et dans un souci de garantir un retour sur investissement à l’ensemble des réceptifs présents, l’organisateur a instauré une nouvelle approche pour les réceptifs. 7 voyagistes sur l’ensemble du Royaume aux côtés des hôteliers, centres de congrès, agences réceptives et de voyages-DMC, agences de production, CRT, etc.), en provenance de toutes les régions marocaines (Marrakech, Casablanca, Rabat, Tanger, Agadir, Fès, etc.).

    Pour les fondateurs du Meetings Morocco, le salon veut consolider le produit Maroc, comme une destination distincte face justement à  la demande croissante des entreprises locales pour le Mice, et l’augmentation constante de l’ensemble des PIB européens et mondiaux prévus pour les 5 prochaines années. 

    Et pour se préparer, les destinations marocaines d’accueil doivent aujourd’hui tenir compte d’un besoin mondial en pleine évolution et de plus en plus exigeant. De par son positionnement stratégique, le Maroc dispose de plusieurs atouts pour convoiter des évènements de taille.

    En effet, son infrastructure hôtelière est importante, de même que toutes ses villes sont dotées d’aéroports internationaux et de connexions, de point à point. Marrakech, la ville des congrès dispose même de trois palais des congrès, et milite pour un centre d’exposition de 7 hectares permanent qui lui permettra d’accueillir des événements de la taille de la COP22. Dans le monde, le segment du Mice accueille chaque année 9.000 congrès et Paris en accueille 1.000 par an. Le Maroc attire à peine 5% de ce volume.

    Le Marrakech convention bureau

    Le salon sera aussi l’occasion pour les professionnels d’annoncer les grandes lignes pour la création du Marrakech convention bureau. Une plateforme portée par le conseil régional du tourisme qui regroupera plusieurs professionnels pour se positionner fortement sur ce segment. Le créneau est fort  important pour le tourisme à Marrakech dans la mesure où il constitue un vecteur de communication de premier ordre et rapporte plus de valeur ajoutée et de recette que les autres segments. Le manque d’une structure dédiée à la promotion de l’offre marocaine à l’international, regroupant l’ensemble des intervenants de la filière, entrave aujourd’hui le développement de cette activité et affaiblit la lisibilité des régions en la matière. C’est ce qui empêche la destination Marrakech de se positionner sur ce créneau et d’occuper la place qui lui revient dans l’échiquier mondial.

    Badra BERRISSOULE

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc