×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Le Maroc bipe dans tous les radars belges

    Par L'Economiste | Edition N°:5398 Le 26/11/2018 | Partager
    Une grosse mission économique démarre ce lundi par Casablanca
    En Flandre comme en Wallonie, le Maroc est un marché stratégique
    maroc_belgique_098.jpg

    Les échanges commerciaux entre la Belgique et le Maroc restent encore très moyens. Ils ne dépassent pas les 1,3 milliard d’euros

    Pès de 500 responsables et dirigeants dont plusieurs PDG, 261 entreprises, une dizaine d’organisations patronales, des organismes régionaux et fédéraux, des ministres et une VRP de premier plan et la princesse Astrid, sœur et représentante du roi des Belges. La mission économique, qui démarre ce lundi 26 jusqu’au vendredi 30 novembre au Maroc, est la plus importante jamais organisée à ce jour par la Belgique (voir aussi l’interview).

    La dernière remonte à 2009. L’engouement suscité par cette mission économique traduit au moins un consensus: en Flandre comme en Wallonie, le Maroc est devenu une priorité stratégique pour les chefs d’entreprise. Les différents plans sectoriels (métiers mondiaux du Maroc), la stratégie africaine (politique et économique) du Royaume et sa stabilité font mouche auprès des opérateurs.

    Ces derniers espèrent s’appuyer sur des entreprises marocaines pour se développer sur les marchés de l’Afrique de l’Ouest. Pour l’instant, les échanges commerciaux à 1,3 milliard d’euros restent encore moyens (voir tableau).

    Pour une bonne part, les entreprises qui font partie de cette mission ont déjà des relations d’affaires avec le Maroc. Elles cherchent à consolider leurs partenariats. Et pour les «primo-arrivants», il s’agit de toucher le potentiel transformable en business. Le forum «Doing Business in Morocco», organisé ce matin au Hyatt à Casablanca par la Chambre de commerce belgo-luxembourgeoise,  en collaboration avec l’ambassade de Belgique et l’Agence belge, leur est un peu destiné. Entre les séminaires «B to B» et des rendez-vous, le programme de la mission est plus que chargé (voir www.belgianeconomicmission.be). 

    Les relations maroco-belges c’est aussi une dimension humaine étant donné l’importance de la communauté d’origine marocaine en Belgique. Plus de 500.000 personnes (dont de nombreux entrepreneurs ou cadres), la diaspora belgo-marocaine constitue un véritable relais pour développer les relations économiques entre les deux pays. Plusieurs d’entre eux sont dans la mission économique.

    De Besix à CMI Services en passant par Thomas & Piron, de nombreuses sociétés belges sont actives au Maroc, notamment dans les secteurs textiles et des fibres, dans la construction, le dragage et les constructions portuaires, la logistique, les énergies renouvelables ou les services. Autour du groupe OCP et son partenariat avec Prayon, gravitent une noria de PME prestataires de services à forte valeur ajoutée et plusieurs équipementiers.

    Si quelques grandes entreprises ont fait la promotion du savoir-faire industriel belge au Maroc, c’est surtout les PME qui en sont le porte-drapeau. Côté marocain, la simplicité des opérateurs belges -moins enclins à donner des leçons- est particulièrement appréciée auprès des décideurs. Cette relation basée sur le respect réciproque est un vrai atout.

    Avec ses plateformes portuaires, la Belgique gagnerait à mieux valoir ses compétences de hub logistique pour les exportations marocaines. D’où la présence des dirigeants du port d’Anvers, de Zeebrugge et de Gand. L’enjeu est de capter une partie des exportations marocaines vers l’Europe, premier partenaire commercial du Maroc et attire plus de 40% de ses exportations.

                                                                             

    «Un marché vital pour nous»

    maxens_nobels_098.jpg

    Maxens Nobels, responsable commercial chez Van Meerbeeck Export

    Van Meerbeeck Export SA, branche export d’une PME familiale spécialisée dans le stockage et l’exportation de produits sidérurgiques, est très active au Maroc depuis près de 40 ans. Elle y réalise bon an, mal an, autour de 2,5 millions d’euros, soit 30% de son chiffre d’affaires. «C’est clairement notre marché de référence», assure Maxens Nobels, responsable commercial.

    La société offre des solutions clés en main, vente et stockage des aciers de différentes qualités et de différentes formes (plats, longs et tubulaires) telles que l’acier inoxydable spécialisé, l’acier inoxydable plus conventionnel  et l’acier carbone. Pour le client, la formule clés en main lui assure le «confort» de n’avoir affaire qu’à un seul interlocuteur plutôt que de traiter avec plusieurs prestataires.

    En gros, l’expédition, les formalités douanières, l’emballage,... au même guichet. Ses partenaires marocains sont des PME, sous-traitants et prestataires sur de grands chantiers ou de grandes entreprises. Au siège de Van Meerbeeck Export SA, la réflexion est engagée sur l’implantation d’une structure sur place au Maroc, un bureau de représentation dans un premier temps «afin d’être au plus près des clients».

    Cette PME familiale, qui en est à sa cinquième génération, symbolise à sa manière l’agilité des petites entreprises belges à se projeter à l’international.

    A.S.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      abonnement@leconomiste.com
      mareaction@leconomiste.com
      redaction@leconomiste.com
      publicite@leconomiste.com
      communication@leconomiste.com

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc